Jeudi 29 février 2024

Société

Cinq défenseurs des droits humains arrêtés : réaction du ministre de l’Intérieur

16/02/2023 5
Cinq défenseurs des droits humains arrêtés :  réaction du ministre de l’Intérieur
Martin Niteretse : « Le dossier est en cours. Les résultats dont nous disposons pour le moment montrent qu’il y a une grande probabilité qu’il y ait risque de financement du terrorisme à travers ces fonds-là. »

Sonia Ndikumasabo, présidente de l’Association des Femmes Juristes du Burundi (AFJB), Marie Emerusabe, coordinatrice générale de cette association, Audace Havyarimana, représentant légal de l’Association pour la Paix et la Promotion des Droits de l’Homme (APDH), Sylvana Inamahoro, directrice exécutive de cette association, ont été arrêtés à l’Aéroport Melchior Ndadaye de Bujumbura. C’était ce 14 février alors qu’ils s’apprêtaient à s’envoler pour Kampala pour une réunion avec des partenaires. Le coordonnateur du projet foncier au sein de l’APDH, Prosper Runyange, a été arrêté à Ngozi.

« Juste au début de cette semaine, on a eu beaucoup d’informations sur des personnes qui travaillent avec une ONG qui s’est retirée du Burundi pendant la législature 2015-2020 et, malheureusement, cette ONG a continué à travailler avec les organisations de la société civile agréées au Burundi et non agréés », réagit le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Martin Niteretse.

Selon lui, cette ONG fournit des fonds à ces associations sans but lucratif (ASBL) officieusement parce que les rapports que ces associations produisent et transmettent au ministère de l’Intérieur ne montrent aucune trace de ces financements. « Depuis 3 mois, on a fait des investigations progressivement.Curieusement, nous avons compris que ces ASBL travaillent avec cette ONG étrangère raison pour laquelle on a procédé à l’arrestation de ces 4 personnes à l’aéroport alors qu’elles se dirigeaient à Kampala dans une réunion organisée par cette même ONG dans le cadre du comité de pilotage. »

Et d’ajouter : « Le dossier est en cours. Les résultats dont nous disposons pour le moment montrent qu’il y a une grande probabilité qu’il y ait risque de financement du terrorisme à travers ces fonds-là. On doit être vigilant sur tous les points pour que rien ne vienne perturber la paix et l’ordre public. »

L’ONG Avocats Sans Frontières (ASF) avait quitté le Burundi en 2018

Selon des sources, l’ONG étrangère dont parle le ministre Niteretse est Avocats Sans Frontières (ASF). « Comme toutes les ONG internationales présentes au Burundi, Avocats Sans Frontières a vu ses activités dans le pays suspendues par le Conseil national de sécurité depuis le 1er octobre dernier, au motif de ne pas s’être mise en conformité avec la loi sur les organisations non gouvernementales étrangères (ONGE) adoptée en janvier 2017 », a écrit en décembre 2018 l’ONG Avocats Sans Frontières.

Selon cette ONG, le ministère de l’Intérieur burundais avait conditionné la levée de cette suspension au dépôt et à la validation, avant le 31 décembre de cette année, d’un dossier comprenant quatre documents.

ASF a fait savoir qu’il s’agissait plus précisément d’une convention de partenariat avec le ministère des Relations extérieures, d’un protocole d’accord avec le ministère de la Justice, d’un engagement à respecter les lois bancaires et la loi sur les ONGE, et d’un plan d’action pour mettre en place des mesures de recrutement visant à atteindre des quotas déterminés en termes de composition ethnique de notre personnel.

« Après mûre réflexion, nous estimons que répondre favorablement à certaines demandes des autorités serait contraire au fondement même de notre organisation et à ses valeurs. Nous ne serons donc pas en mesure d’obtenir la levée de notre suspension. Après 20 ans de présence ininterrompue au Burundi, nous sommes ainsi contraints, à notre plus grand regret, de fermer notre bureau à Bujumbura et de quitter le pays à la date du 31 décembre 2018. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Alexis

    C’est scandaleux et honteux pour le Pays d’arrêter des défenseurs des droits humains pour des motifs non seulement bizarres mais aussi imaginaires .

    Une bonne image du BURUNDI au niveau des droits humains prendra du temps pour être soignée car pour le moment on fait 1 pas en avant et 2 pas en arrière

  2. Jereve

    Arrêter les gens à l’aéroport BJM est une pratique aussi vielle que la république elle-même. Sous les anciens régimes, la documentation était toujours à l’affut pour mettre la main aux collets de certains individus qui avaient eu la chance de pouvoir entrer dans le ventre des avions. La pratique était simple, on attrapait l’individu dont la tête ne convenait pas et on le conduisait à la documentation (quartier Ceceka pour ceux qui se rappellent) et direct à Mpimba. Vous pouvez imaginer le motif de ces arrestations et emprisonnements: intelligence avec l’ennemi. Tout le monde savait que c’est faux, mais tout le monde se taisait. On a beaucoup de cas comme ça qui reviennent à la mémoire quand on se rend compte que le phénomène a tendance à revenir aujourd’hui. Les arrestations à l’aéroport sont certes spectaculaires, mais elles créent une psychose qui éloignent voyageurs, touristes et investisseurs. La documentation a toute la puissance pour arrêter des gens, avec ou sans motif valable, mais les arrêter à l’aéroport n’est certainement pas une bonne idée.

  3. Tharcisse

    C’est très dangereux d’avoir un ministre de l’intérieur aussi (…) mot censuré car il peut être compris comme une insulte. Selon ses anciens collaborateurs, il (…) censuré. Accusation sans preuve.
    Dérrière tout cela, il y a cette jalousie à la burundaise. Partir à l’étranger est interprété comme un privilège, il fallait leur ôter ce privilège. Surtout que ces soi-disant agents du SNR, n’ont pas cette occasion.
    Note du modérateur
    SVP, ne nous compliquez pas la gestion du forum ! Evitez les accusations gratuites et autres gros mots.
    Restez courtois et argumentez, sans passion ni indécence.
    Merci

  4. Kibinakanwa

    Avocats sans frontières qui finance le terrorisme . My goodness

  5. Baba

    Et ceux qui avaient planifié un coup d’état l’année passée avaient-été arrêtés?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 830 users online