Lundi 30 janvier 2023

Économie

ANAGESSA : Vers la vente des récoltes de maïs conservée dans les stocks publics

27/11/2022 2
ANAGESSA : Vers la vente des récoltes de maïs conservée dans les stocks publics
Prosper Dodiko : « Un kilo de maïs grains secs sera vendu à 1200 BIF »

Dans un point de presse animé ce 25 novembre, le ministère de l’Agriculture a annoncé qu’il procédera à la vente du maïs se trouvant dans les stocks de l’Agence nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (ANAGESSA) depuis ce 28 novembre. Un kilo sera vendu à 1.200 BIF.

« Après avoir constaté la hausse exponentielle des prix du maïs sur le marché, le gouvernement du Burundi a décidé de revendre à la population la récolte du maïs conservée dans les stocks de l’Anagessa à des prix raisonnables à partir de ce lundi 28 novembre », a indiqué Prosper Dodiko, secrétaire permanent au Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage.

Selon lui, un kilo de maïs grains secs sera vendu à 1.200BIF : « Chaque famille sera représentée par un individu et aura accès à une quantité inférieure ou égale à 50 kg ».

Il a précisé que la vente s’effectuera dans des communes où la récolte de maïs a été collectée et achetée par l’Anagessa. D’après lui, les communes ayant une grande quantité pourront le vendre dans les autres communes où la récolte a pourri dans les stocks ou celles ayant une petite quantité.

Le secrétaire permanent au ministère de l’Agriculture a souligné que les commerçants ne sont pas concernés par cette campagne : « C’est une occasion pour la population de s’approvisionner en grains secs de maïs au prix abordable, en ce moment où un kilo s’achète à plus de 2.000 BIF sur le marché. Les commerçants seront servis après ».

Selon lui, la vente sera coordonnée par une équipe composée de cadres de la primature et d’autres provenant du ministère de l’Agriculture, du ministère du Commerce et celui des Finances : « Les administratifs et les forces de l’ordre vont aussi coordonner la vente dans les communes pour éviter que des commerçants s’approvisionnent en grains de maïs pour les revendre à des prix exorbitants ».

A la question de savoir la quantité de maïs se trouvant dans les stocks de l’Anagessa, Prosper Dodiko a botté en touche : « Il faut attendre que l’équipe technique fasse son travail, détermine la quantité qui est en bon état et celle qui a pourri. Après, on saura la quantité prête à être vendue ».

En outre, il a affirmé que l’Anagessa n’a pas du personnel ni de matériel suffisants. Selon lui, le ministère de l’Agriculture prévoit renforcer les ressources humaines de cette agence : « On donnera aussi à cette agence du matériel surtout des palettes et des sacs pour mieux conserver la récolte du maïs ».

Rappelons que le prix d’achat pour le maïs grains secs proposé aux producteurs, lors de la campagne de collecte et d’achat des produits vivriers de mars cette année, était de 800 BIF par kilo.

Cette vente survient des jours après la publication sur les réseaux sociaux des photos montrant des grains de maïs pourrissant dans les stocks de l’Anagessa.

Ce 27 octobre, le directeur général de cette agence, Evariste Manirambona, a été suspendu par le ministre de l’Agriculture l’accusant de « manquement professionnel entraînant des pertes énormes au sein de l’agence ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Kibinakanwa

    Une question:
    Au moment de la récolte, quel était ke prix d’un kg de maïs?
    Tout doit être mis en oeuvre pour encourager le paysan producteur.
    C’est lui le générateur de richesse

    • Margarita

      Le kg de maïs se vend maintenant à 1 700 fbu/ kg.
      La coopérative Nationale vendra le maïs à 1 200 fbu.
      Je vois déjà des magouilles inouïes

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 1 139 users online