Mardi 28 mai 2024

Politique

Amendement du code électoral : les partis veulent avoir voix au chapitre

19/07/2023 3
Amendement du code électoral : les partis veulent avoir voix au chapitre
Olivier Nkurunziza : « C'est nous qui avons observé des défis sur terrain en 2020 »

Les formations politiques attendent d’être associées par la Ceni dans l’amendement de la loi électorale annoncé par ladite commission. Un activiste interrogé prône un code en mesure de prévenir des violences pendant la période électorale.

« Nous proposons d’abord que la Ceni ne travaille pas seule », propose d’emblée Kefa Nibizi président du parti Codebu. Pour lui, il devrait d’abord écouter les concernés, en l’occurrence les partis politiques qui sont les acteurs clés du processus électoral pour qu’ils puissent lui faire des suggestions qui vont lui permettre de faire un bon projet de loi. « Tout se gâche au début », fait remarquer M. Nibizi. Il soutient que le code électoral de 2020 contient certaines lacunes. Il critique le pourcentage exigé pour être au Parlement : « Le pourcentage de 2 % devrait être minoré jusqu’à 1 %. »   

En 2020, le code électoral autorisait que certaines décisions soient prises par 60 % des membres des Commissions électorales communales, provinciales ou nationales. Codebu aimerait que tout le monde soit consulté. Pour ce parti, le nombre de religieux et de membres de la société civile devraient être limité à au plus aux 2/5 dans une commission électorale, certains parmi eux étant membres d’un parti politique. La notion de représentant du gouvernement devrait être supprimée, explique-t-il, car les membres de l’administration sont pour la majorité membres du parti au pouvoir.

Accorder une place importance aux observateurs

Ce qui est important, pour Gaspard Kobako, acteur politique, c’est que la Ceni associe également la société civile et les partenaires techniques et financiers dans la préparation du code électoral. Ces derniers, souligne-t-il, peuvent être sollicités pour financer les élections vu la pauvreté du pays : « 70 % vit en dessous du seuil de pauvreté. »  Il considère aussi que le code électoral devrait réserver une place prépondérante aux observateurs nationaux, sous-régionaux et internationaux. « Les organisations dont nous faisons partie ont le droit de venir observer ce qui se passe au Burundi pendant les élections. Les élections ne peuvent se dérouler en vase clos. Il faudra donc que les observateurs aient une place importante pour rendre crédibles les élections à tous les niveaux », observe M. Kobako.

Le parti Uprona rejoint Codebu pour demander qu’il n’y ait pas beaucoup de documents exigés pour les candidats aux élections. « Que la Ceni exige quelques document nécessaires », suggère Olivier Nkurunziza, président du parti Uprona. Si le candidat a la chance d’être élu, poursuit-il, il pourra prendre le temps pour compléter son dossier. Il souhaite que le nouveau code électoral puisse empêcher que les bureaux de vote soient presque monocolores comme en 2020 : « Tous les membres des bureaux de vote étaient presque tous du parti au pouvoir. » Or, il fait savoir que le code électoral en vigueur prévoit la présence de plusieurs partis politiques dans un bureau de vote.

Olivier Nkurunziza demande aussi à la CENI et au ministère de l’Intérieur de ne pas préparer l’amendement du code électoral sans consultation des partis politiques.  Il propose de larges consultations pour éviter ce qui s’est passé avec la loi sur le nouveau découpage administratif adopté sans que les partis politiques ne soient consultés.

Refus d’« un silence sur les préparatifs »


« Nous voyons vraiment qu’il y a un silence sur les préparatifs des élections de 2025 et 2027 », critique Phénias Nigaba, vice-président du parti Sahwanya Frodebu. Selon lui, le code électoral doit être révisé non seulement conformément au nouveau découpage administratif, mais aussi revoir des dispositions qu’il juge liberticides. C’est notamment l’article qui dispose qu’un député ou un conseiller communal qui change de parti doit céder la place à une autre personne du parti. Il soutient que c’est contraire à la Constitution qui dispose que le mandat d’un député est national. « S’il a un mandat national, il ne doit pas travailler sous pression », analyse ce vice-président du parti du héros de la démocratie au Burundi.

Il pense aussi que la disposition qui prévoit un conseiller communal sur chaque colline doit être revue : « Cela n’a pas apporté de valeur ajoutée. Il faut des personnes compétentes, capables de trouver des solutions aux problèmes de la population. » Et de proposer un code électoral qui privilégie la représentation des femmes dans les institutions élues pour proposer des solutions aux problèmes qui leur sont spécifiques.

M. Nigaba est favorable au renouvellement de la Ceni suivant les doléances des partis politiques.
Aloys Baricako, président du parti Ranac, abonde dans le même sens que les autres partis sur la nécessité de les associer dans l’amendement du code électoral.

« Nous attendons une loi qui garantit réellement des élections crédibles » réagit Simon Bizimungu, secrétaire général du parti Cnl. Une loi, insiste-t-il qui tient compte des principes démocratiques et traitant tous les concurrents aux élections de la même façon. Il propose aussi l’implication des partis politiques dans le processus de modification de cette loi et la prise en compte de leurs amendements. M.Bizimungu assure que le code électoral de 2020 avait certaines imperfections. Celui de 2025 devrait alors indiquer clairement comment les élections devront être organisées en toute transparence. « Par exemple, en supprimant le vote par procuration ». Et de plaider pour une place prépondérante des observateurs tant nationaux qu’internationaux pour des élections crédibles.

Pour des élections crédibles, soutient le secrétaire général du Cnl, il faut que la prochaine Ceni soit une Ceni consensuelle, inclusive et réellement indépendante.

Prévenir et réprimer les violations des droits humains

 

Vianney Ndayisaba : « Nous voulons qu’il y ait des dispositions qui répriment les gens qui violentent leurs adversaires »

Vianney Ndayisaba, Coordinateur National de l’Association de Lutte contre le Chômage et la Torture (ALUCHOTO), demande que le nouveau code électoral puisse prévenir les violences observées en 2020 : « Nous avons assisté à des emprisonnements illégaux et à des membres des partis politiques qui se sont rentrés dedans », affirme ce défenseur des droits humains. Il recommande à la Ceni de penser à des dispositions qui préviennent les violations des droits de la personne humaine durant la période électorale. :« Nous voulons qu’il y ait des dispositions qui répriment les gens qui violentent leurs adversaires en cours d’élections. »

Il prône également un code électoral qui réprime non seulement les violences politiques, mais aussi les discours de haine pendant les élections. « Cela permettrait à l’administration, les corps de sécurité et les tribunaux de prendre des décisions propices à la tenue d’élections libres, transparentes, paisibles et démocratiques », a-t-il conclu.

Pour rappel, Pierre Claver Kazihise, président de la Ceni, lors d’un point de presse du 19 juin, a annoncé que sa commission réfléchit sur l’amendement de certaines dispositions de la loi électorale en vigueur. Des propositions seront transmises aux autorités habilitées en tenant compte des recommandations des partenaires électoraux et de la nouvelle loi portant détermination et délimitation des provinces, des communes, des zones et des collines/quartiers.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Hihi

    Au parlement l opposition à un certain nombre de députés et de sénateurs
    la loi électorale les concernent
    Mais aucun ne prend la parole
    Tous sont muets.
    Alors à quoi ça sert d avoir une démocratie et renoncer à la parole
    Alors arrêtez de revendiquer
    Vous n aurez aucune chance de changer les choses
    2024 va voir la majorité serrez les rangs, . bloquer toutes les institutions être prêt pour 2025
    Une chose pourrait changer les choses
    Seule la communauté internationale pourra, si elle le veut, rejeter la main mise complète du pouvoir au Burundi
    Mais j en doute..
    Pauvre pays des milles et une colline !!!!

    • Stan Siyomana

      @Hihi
      1. Vous ecrivez:« Seule la communauté internationale pourra, si elle le veut, rejeter la main mise complète du pouvoir au Burundi… »
      2. Mon commentaire
      a. Je crois que pour le moment le Burundi a un certain role strategique a jouer a cause de ses frontieres avec le vaste et riche Congo (encore meurtri par des guerres internes) et ceci pourrait etre la priorite de la communaute internationale.
      b. Je crois qu’il y a une nouvelle generation africaine qui est en train d’emerger et pour laquelle l’intervention de la communaute internationale va mener au neocolonialisme.
      c. Et puis aussi la communaute internationale va se demander si ca vaut la peine de mettre au pouvoir des partis politiques comme l’UPRONA et le CNL qui ont des divisions internes.
      Dernierement j’etais surpris de voir que la minorite Twa a 3 sieges alors que l’UPRONA n’a que 2 sieges au parlement (CNL a 32 et le CNDD-FDD a 86).

  2. Stan Siyomana

    Au Burundi nous pouvons mettre sur place la meilleure loi electorale du monde, mais malheureusement en fin de compte nous n’avons pas de sens de l’honeur ou de concurrence loyale et equitable en politique et dans les affaires.
    « win (something)/beat somebody fair and square
    to win a competition, sports match etc honestly and without cheating… »
    https://www.ldoceonline.com/dictionary/win-something-beat-somebody-fair-and-square

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 762 users online