Mercredi 12 mai 2021

Archives

Alerte aux fausses informations

22/04/2021 0
Alerte aux fausses informations
D’après Adrien Sindayigaya, il ne faut se fier qu’aux informations vérifiées.

Pour préserver la cohésion sociale et la stabilité, il est important de s’abstenir des fausses informations. En tout cas, pour Adrien Sindayigaya, journaliste et formateur sur le journalisme de paix, les fake news peuvent embraser la société.

Selon le professionnel des médias, dans une société déjà fragilisée par des crises cycliques, les fausses informations peuvent avoir des conséquences néfastes. « Elles peuvent provoquer des violences de masse si c’est un groupe qui est visé. Nous l’avons vu surtout durant des contextes politiques où il y avait une instrumentalisation du fait ethnique. Nous l’avons vu dans plusieurs pays y compris le Burundi en côte d’ivoire, etc. », indique Adrien Sindayigaya.

D’après lui, les fausses informations sont plus vite partagées. Elles sont, dit-il, parfois exagérées et suscitent la curiosité des auditoires ou des lecteurs. « Elles les poussent à vouloir entendre plus et en partager parce que hors du commun, les gens veulent absolument en savoir plus». Et de préciser que les effets atteignent le plus grand nombre.

Pour lui, ceux qui fabriquent et propagent ces intox visent à manipuler ou tromper le public. Certains veulent atteindre ou protéger leurs propres intérêts. « Il y a ceux qui le font pour nuire aux autres considérés comme des ennemis, les affaiblir et profiter de l’occasion pour trouver ou sécuriser leurs propres intérêts. D’autres le font juste pour se venger».

Cet expert considère que les réactions face à ces informations peuvent être différentes, selon la personnalité de chacun. Selon l’ampleur et la délicatesse de l’information, dit-il, la personne qui la reçoit n’arrive pas à s’en sortir. « Si on vous accuse par exemple de crime ou de viol, c’est difficilement tolérable. Certains réagissent immédiatement alors qu’il en est d’autres qui prennent du temps pour réfléchir donc qui ne sont pas violents ». D’après lui, les conséquences dépendent de la réaction des auditeurs, lecteurs ou concernés.

Adrien Sindayigaya trouve qu’il est important de décourager la diffusion de toute fausse information. Il prône une information équilibrée, vérifiée et recoupée. Il fait également appel aux autorités en vue d’une sanction sévère à l’égard des auteurs des fausses informations. « En cas d’impunité, ceux qui le font vont le considérer comme normal et poursuivre sur cette lancée ».

Il invite aussi à une sensibilisation des gens sur la gestion d’une information trop sensible. Par-là, il requiert de l’esprit critique de la part des consommateurs de l’information. « Il faut confronter la fausse information par d’autres sources d’information. Pas la prendre comme une parole d’évangile », conclut-il.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 280 users online