Mardi 27 septembre 2022

Société

Abandon scolaire, des chiffres alarmants

19/09/2022 2
Abandon scolaire, des chiffres alarmants
Des intervenants au plateau dans l’émission en synergie Umunoni.

Mercredi 31 août s’est tenue l’émission en synergie Umunoni, diffusée à partir de Bubanza, sur la problématique de l’abandon scolaire. Les intervenants ont noté une situation alarmante et recommandent la mise en place des cantines scolaires et un encadrement rigoureux des jeunes.

Selon les données du ministère en charge de l’Education, en 2020-2021, la province Ruyigi vient en tête avec le plus grand nombre d’abandons. Sur 126 377 inscrits, 14 852 ont quitté l’école, soit 11,15 %. La province Bujumbura compte moins d’abandons avec 3,72%. Les intervenants s’alarment de cette situation et proposent la mise en place des cantines scolaires et un encadrement rigoureux des jeunes.

Sur 126 377 inscrits, 14 852 ont quitté l’école, soit 11,15 %. Ces élèves vont intégrer l’autre établissement qui donne la même formation.

Les intervenants dans l’émission sont revenus sur les causes principales des abandons scolaires. Entre autres, la pauvreté des ménages, les grossesses précoces, la violence à l’école, le manque d’équipements, le manque de modèle et d’encouragement dans la communauté, la mauvaise qualité de l’éducation. En 2020-2021, 1.195 jeunes filles ont été victimes des grossesses non-désirées et ont abandonné l’école.

D’après Joseph Nyandwi, directeur provincial de l’Enseignement en province Cibitoke, ce phénomène d’abandon scolaire constitue un grand défi qui doit être résolu dans les plus brefs délais pour que le rendement s’améliore dans les différentes écoles. Il a indiqué que ledit phénomène a commencé à prendre une allure inquiétante. Dans sa province, 16 907 ont quitté l’école l’année scolaire de 2021-2022.

Jean Samandari, représentant de l’Association BAFASHEBIGE, a fait savoir que les chiffres alarmants d’abandon se trouvent dans des provinces limitrophes à d’autres pays ou ayant des sous-sols riches en minerais : « Les élèves abandonnent l’école pour aller chercher de l’argent. Il parle notamment des provinces comme Ruyigi, Muyinga, Kayanza, Cibitoke, Ruyigi, Makamba, Rutana et Rumonge.»

Anna Nahumuremyi, responsable du Centre de développement familial et communautaire (CDFC) à Bubanza abonde dans le même sens : « Les enseignants doivent encadrer les élèves. Malheureusement, il y en a même qui mettent enceintes leurs élèves. Les autres sont traumatisés et refusent d’y retourner.»

D’après Cassilde Hatangimana, un représentant des parents, le concubinage et l’irresponsabilité des parents poussent les enfants à prendre des décisions irréfléchies. « Les conséquences sont néfastes, notamment le vol et le phénomène des enfants en situation de rue ».

Toutes les parties prenantes dans le secteur sont mobilisées

Pour endiguer ce problème, les parents doivent être sensibilisés sur l’encadrement de leurs enfants. Et les enseignants impliqués doivent se ressaisir. Elle appelle à la fin de l’impunité des auteurs des grossesses en milieu scolaire.

Brigitte Nibigira, conseillère chargée des questions politiques en commune Mpanda, évoque un projet de mobilisation des aînés pour sensibiliser les plus jeunes à continuer les études. « Le sujet est évoqué dans toutes les réunions. Nous espérons que la situation va changer ».

Jean Samandari de BAFASHEBIGE invite l’administration à s’impliquer et recommande l’instauration des cantines scolaires dans toutes les écoles pour limiter le nombre d’abandons scolaires. Il a également appelé les parents à pratiquer le planning familial : « C’est pour limiter les naissances et ainsi avoir des enfants qu’ils sont capables d’encadrer.»

Tours les intervenants sont convaincus que tous les enfants doivent rester sur le banc de l’école. Les efforts de toutes les parties prenantes, parents, élèves, ministère et administration, sont indispensables pour réussir le pari.

L’émission en synergie Umunoni, soutenue par l’ONG Benevolencjia sur financement de l’Union européenne, a été transmise sur 7 radios dont Radiyo Isanganiro, Radio Rema FM, Izere FM, Radio TV Buntu, Umuco FM, Radio Culture, Ijwi ry’Umukenyezi. Et sur d’autres supports comme Journal Iwacu, Masharki TV et Magazine Jimbere.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Burundi gihugu ciza

    les lauréats des universités sont des vendeurs d’unités de recharge,des serveurs des bistrots et restaurants cela décourage nos enfants. none mwumva bokunda ishure gute ?

  2. Kazoviyo

    Quand les langues ont la possibilité de se délier, uwutwara arahakurira icigwa. Ingingo ngira zizokwirikira.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 254 users online