EN

Société

A Iwacu, la tristesse allégée par la solidarité

22/10/2020 Cressia Dushime Commentaires fermés sur A Iwacu, la tristesse allégée par la solidarité
A Iwacu, la tristesse allégée par la solidarité
Les ambassadeurs de France, d'Allemagne et des Pays-Bas, le conseiller politique à l'Union européenne et le chargé d'affaires à l'ambassade de Belgique ont effectué une visite de soutien au Groupe de presse Iwacu

Jeudi 22 octobre 2020, une triste journée au journal Iwacu. Ce jour, Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana viennent de boucler un an à la prison de Bubanza. Mais la solidarité était au rendez-vous aussi.

Les professionnels des médias ainsi que des représentants des pays de l’UE sont venus exprimer leur soutien aux journalistes incarcérés.

Visages tristes, mais non abattus, tous les journalistes d’Iwacu ainsi que le reste du personnel étaient debout derrière le directeur des rédactions, Léandre Sikuyavuga, alors qu’il lisait une déclaration.

Une dizaine de professionnels de médias locaux et internationaux étaient là. « C’est une douleur pour nous tous, une année c’est trop, même une journée en prison est une souffrance », a déploré Félix Haburiyakira, journaliste à Iwacu et collègue des quatre journalistes. Il a demandé, avec insistance, au président de la République d’user de sa prérogative de grâce en faveur d’Agnès, Christine, Térence et Egide.

Antéditeste Niragira, journaliste à la Deutsche Welle, a abondé dans le même sens et appelé ses confrères journalistes à ne pas « céder à la peur. » Il a demandé à la justice burundaise, une libération sans condition.

Plus tard dans l’après-midi, des représentants des pays de l’Union européenne ont effectué une visite de soutien au journal Iwacu. La délégation était constituée de l’ambassadeur de France, d’Allemagne, des Pays-Bas, le conseiller politique à l’Union européenne et le Chargé d’Affaires à l’ambassade de Belgique.

Tous ont insisté sur l’importance de « la liberté de la presse ». Ils ont pris les nouvelles de la situation des quatre journalistes en particulier et celle du Groupe de Presse Iwacu en général.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Traduire les paroles en actes

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Traduire les paroles en actes

A Karusi lors de la clôture de la semaine dédiée aux héros de la lutte pour la paix et la démocratie, le Président a encore déclaré la guerre à la corruption : « Nous n’allons en aucun cas tolérer les (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 036 users online