Samedi 18 septembre 2021

Économie

79% des Burundais ignorent les services bancaires

30/11/2018 Commentaires fermés sur 79% des Burundais ignorent les services bancaires
79% des Burundais ignorent les services bancaires
Diane-Jocelyn Bizimana : «L’inégale répartition des points de services plombe le taux d’inclusion financière»

Seuls 21% de la population burundaise font recours aux services bancaires selon une enquête menée en 2016 par la Banque de la République du Burundi. Ces résultats ont été dévoilés ce mercredi 28 novembre.

C’était au cours d’un atelier  d’échanges sur la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’inclusion financière mise en place en 2012. La BRB se dit préoccupée par ce faible taux.

Diane-Jocelyn Bizimana, secrétaire du comité national chargé de l’inclusion financière déplore, entre autres obstacles à l’implication de la population dans ces opérations, l’inégale répartition des  points de services.

D’après Mme Bizimana, le Burundi compte 701 points de services dont plus de la moitié implantée en mairie de Bujumbura. Seule la commune Mukaza occupe plus de 80%. Ces points de service englobent les sièges, les agences, les guichets des établissements financiers à savoir les banques commerciales, les micro-finances et la régie nationale des postes.

Pour elle, le faible taux de l’inclusion financière tient ainsi lieu de l’éloignement de ces services par rapport au lieu de résidence de la population. Par voie de conséquence, elle insiste sur la réduction des distances en implantant des antennes au plus à 8km des résidences des habitants.

Mais ce n’est pas tout, Jocelyn Bizimana souligne une autre préoccupation : les exigences requises par les établissements financiers plombent le niveau d’inclusion. Elle pointe du doigt le montant exigé pour l’ouverture des comptes d’épargne ou encore celui dit de tenue de compte.

Cette experte exhorte des consensus entre ces institutions et la population sur la fixation des montants requis. L’implication de différents acteurs dans la sensibilisation de la population sur l’importance des opérations bancaires est aussi de grande importance. Un autre souci relevé par la secrétaire du comité national chargé de l’inclusion financière : la promotion des transactions bancaires à travers la téléphonie mobile.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 184 users online