Mardi 21 septembre 2021

Politique

Le Burundi plaide pour son retrait immédiat de l’agenda du Conseil de Sécurité

25/09/2020 Commentaires fermés sur Le Burundi plaide pour son retrait immédiat de l’agenda du Conseil de Sécurité
Le Burundi plaide pour son retrait immédiat de l’agenda du Conseil de Sécurité
Selon le président Ndayishimiye, le Burundi se trouve arbitrairement sur l’agenda du Conseil de Sécurité pour des intérêts égoïstes de certaines puissances.

S’exprimant en visioconférence lors de la 75ème Assemblée générale des nations unies, ce jeudi 24 septembre, le président Ndayishimiye a dénoncé la « diplomatie des muscles » et appelé à la coopération bénéfique pour tous les Etats.

« Nous réitérons donc notre appel légitime au retrait immédiat du Burundi de l’agenda du Conseil de Sécurité, et d’utiliser ce temps précieux pour traiter du développement socio-économique et pour accompagner les efforts nationaux dans la mise en œuvre du plan national de développement du Burundi 2018-2027 et des objectifs de développement durable de l’agenda 2030», a déclaré Evariste Ndayishimiye, président du Burundi.

Pour lui, le fait qu’il figure sur cet agenda constitue un facteur de déstabilisation du pays au lieu de favoriser la paix et la tranquillité. « Le Burundi se trouve arbitrairement sur l’agenda du Conseil de Sécurité pour des raisons politiques et des intérêts égoïstes de certaines  puissances, qui n’ont rien à voir avec le bien-être du peuple burundais, qui ne constitue en aucune manière une menace à la paix et la sécurité internationales».

«Coopération mutuellement bénéfique et respectueuse»

Au niveau diplomatique, le chef de l’Etat burundais souhaite que la diplomatie des muscles cède la place à la coopération mutuellement bénéfique et respectueuse. Il parle de « la tendance de certains Etats qui utilisent des moyens à la fois subtils et illégaux pour réguler la géopolitique dans les pays du Sud et se substituer à la communauté internationale pour oppresser d’autres pays en leur imposant des mesures coercitives unilatérales en violation des principes de la charte des Nations Unies doit cesser ».

Le président Ndayishimiye a fait savoir que le Burundi reste ouvert aux pays et aux organisations internationales qui souhaitent tisser des relations de coopération mutuellement avantageuses et respectueuses.  « Mon pays réaffirme son engagement à prendre sa part, toute sa part, de la construction d’un ordre mondial basé sur la règle de droit, un monde pacifique, équitable et prospère et respectueux des principes de la Charte des Nations-Unies ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 12 424 users online