http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/04/US-Economic-Growth-spcialist-23-avril-5mai.pdf

Tensions ethniques à l’Université du Burundi sur fond d’élections des nouveaux représentants des étudiants

La nuit de ce dimanche a été plutôt mouvementée au campus Mutanga. Tout a commencé par une coupure de courant, vers 20h. Au même moment, des messages inquiétants ont circulé parmi les étudiants. Les Tutsi recevaient des messages leurs disant qu’ils sont menacés par les Hutu. Ces derniers, de leur côté, recevaient des avertissement sur « un plan des Tutsi pour les éliminer. »
Ainsi, selon plusieurs sources, de nombreux étudiants et surtout des étudiantes sont allés dormir à l’extérieur du campus suite à la panique engendrée par ces messages. Avant qu’il y ait des rondes nocturnes, « les Tutsi devant le pavillon 11, les Hutu devant le restaurant », confirment nos sources.

A l’origine de ces tensions, les élections du nouveau président de la Fraternité des étudiants de Rumuri (FER) prévues la semaine passée, mais reportées sur décision des autorités de l’UB. Certains étudiants et autorités, surtout les Hutu proches du parti Cndd-Fdd, se seraient coalisés pour rejeter la candidature d’un certain Arakaza Arsène, lui-même largement soutenu par les Tutsi …

  32   Vos commentaires
  1. NDAYISABA J CLAUDE

    iyo tuba twari tuzi ico turi n’ico tuzoba vyari vyiza ko turyana.yampara ko ivyo vyo vyose atavyo tuzi ni muze twime amatwi les politiciens si non tuzokwica n’ico twibaza ngo twokijije

  2. Trop midi

    Vraiment! Vraiment! Vraiment! Ces pauvres « u » niversitaires » qui se laissent diviser par leurs propre responsables! je sens que de la part d Directeur de la ROU (Régie des Œuvres Universitaires) il y n’y a pas de volonté d’écarter le danger en soutenant un seul côté!!!!!! je vois sérieusement en cela une main politique qui se cache derrière! Mais aussi vous les Etudiants, je sais qu’il y a beaucoup Hutus et Tutsis qui veulent une représentation qualitative, demandez une médiation à l’extérieur de l’UB, on suit cela de près et je suis sûr que cette question peut passer en moins d’une journée!!!
    Search For Common Ground « SFCG » en avaient l’habitude de s’aligner le premier dans ce genre de conflit!! Mais d’avance je Propose que dans toutes les instances dirigeantes de la FER il y ait 50/50 ET QUE LES AUTORITES UNIVERSITAIRES ne s’y mêlent plus!!! et d’ailleurs cette crise a commencé quand les autorités de l’université ont déstabilisé l’ancienne ASSER! Vous voyez les premiers responsables non!!!

  3. Jewe nama ndabivuga ngo tera iyo sema!

    Abo banyeshure bo kuri kaminuza y’Uburundi bameze nk’indembe iteruye icuma, eka n’abigisha babo niko bameze cane cane barya batigeze biyunguruza ngo babone imico yo hanze y’igihugu.

    Ee mama uza wumva ngo uwutize kuriyo kaminuza ngo ntiyohigisha. Mbega hanze mubarusha kwiga? Burya ico gisaka ca Universite y’Uburundi gifise iki corata muzindi universite zo hanze Atari amacakubiri y’amoko gusa??? Imbuto itewe niyo imera!!! Uhuye n’umunyeshure yiga kuy’Uburundi, umubwigwa no gutambuka agaye nk’igihepfu nayo mumutwe huzuye impondo zo kuri kiraranganya, atagishasha na kimwe cofasha isi mu bihe tugezemwo.

    Abandi bageze aho bikorera incanco z’ingwara zitandukanye, canke kwikorera amamashini afasha abanyagihugu mubuhinga butandukanye. Yamara abize kuy’Uburundi bobo ntibazi no kwatsa ikibiriti!!!Kwivugisha gusa ibifarasa bigwaye inzoka n’ivyongereza bicuritse. None abo bigisha bobo bamariye iki igihugu cacu, mu gihe bagishira imbere culture d’exclusion? Ninde hoho yokwemera ko uwuvuye hanze harico amurusha mu gihe azi neza ko nuwo bagumanye munzu ataco yamuhaye co kurata hanze?

    Abo bategetsi ba kaminuza nibaje barafata imyanya yo gutemberera ayandi makaminuza yo mukarere kugira barahure ubwenge, kandi barekurire abanyeshure bose babikwiriye gusohoka kwiga nk’abana buburundi. Abanyeshure namwe: Kanura mubone! Ingorane z’Uburundi si ubukene bwa sous-sol nkuko twahenzwe n’abakoroni. Ingorane nuko dukenye mumitima. Amacakubiri ayariyo yose adutuma twibagira ibikenewe mwiterambere ryacu, gurtyo tukama dushihana, dutega amashi hanze kandi iwacu vyuzuye! Abategetsi nabo nyene nibikebuke bahagurukire ibibazo vy’iterambere ridakumira, kuko hagutunga wenyene wosega wenyene. Kumbura muhinduke nayo ahandi hoho akarere kazotumirira hamwe.

    • Nsekambabaye

      Mugenzi wavuga n’uko bigoye kumvisha abarundi benshi ukuri ico ari co. Jewe iyo Kaminuza narayizemwo kuva année academique 2004-2005. Abavuga ivyo batazi baze barahora kuko ukuri kwo ng’aho benshi twakumenye munyuma ya bapteme universitaire. Aho umunyeshure w’umuhutu atari arekuriwe kwitoza ngo atware ASSER, ivyakurikiye nivyinshi. E mama munyuma haje ivy’aba dissidents n’aba radicaux, ndibuka ko n’ibara ryahatswe kurwa mu matora yakurikiye inzego mfatakibanza za FER. Abatabizi baze baceceka, ariko ubu heureusement ko harimwo equilibre ethnique kuko kaminuza sinka kera yari iy’abanyeshure wasanga basa n’abava mu ntara zimwe zimwe. Kandi mumenye ko turi ico turi bivanye n’indero twaronse, ivyo twigishijwe haba mu miryango, mu migambwe canke mu mashure. Ku barimu n’abo bigira sura ivu, bamenye ko bariko barasaza, aya makaminuza turiko twiga hanze « ariko atari bo baturungitse », impera n’imperuka ntituzoguma ino. Tuzotaha, kandi aho muri nitwe tuzohasubira. Mwavyanka mwareka.

      • iriho

        vyarivyo mutama ivyo ushikiriza.ariko umuntu ahereye hano mu burundi nyene,tugahera muri kaminuza y’uburundi nyene,biraboneka ko vyinshi vyatitutse.izo kaminuza zo hanze mwagiyemwo hamwe zitoba zimeze nkiziraho tubona ngaha zikora ijoro mwomarira vyinshi igihugu.yamara kuvuga ko atagukumirana,ntawoheza ngo afate umuntu yirigwa aritemberera,bugorovye agateramira kuri HOPE UNIVERSITY,inyuma y’imyaka 3 ngo arahejeje avec 98 pour cent nawe ngo ni yasiste mubandi…

  4. Anonyme

    Honte aux étudiants de l’UB,l’institution que j’ai connue à pour le moment un comportement barbare,
    inadmissible dans le monde intellectuelle et regrettable par tous!

    Honte,honte,honte sur tous que sème la zizanie ethnique !!!

  5. Nziza

    Honte aux universitaires Burundais!
    Occupez-vous des recherches et laissez ces problemes ethniques au passe.
    Moi, j’etais de passage a l’ UB en 1985 et ces chansons ethniques existaient, mais notre objectif etait d’ etudier. Et vous les Barundi, vous croyez qu’ avec ces conneries vous arriverez a concurrencer les universitaires des Pays de la Region Est- Africaine dont le Burundi est membre?
    C’est la raison pour la quelle, au moment dont je vous parle, le Burundi et la TZ sont deja mis a l’ ecart a cause de votre passivite, et voila qu’ a Kigali il y a un sommet entre le Kenye, Ouganda et le Rwanda, et nous les Barundi sommes mis a l ‘ecart alors que le Corridor Nord nous concerne aussi. Ce sont les questions qui nous interesse et pas ETHNIQUES !
    Vous universitaires, vous etes le Burundi de demain, les dirigeants de demain, et ce que vous faites, n’est pas digne de votre nom. S.V.P. , tournez la page, et concentrez-vous a vos etudes et votre avenir.
    Saviez-vous qu’ en TZ, il ya des etrangers qui dirigent le pays, ou d’ origine etrangere a commencer par leurs presidents? Nyerere (Burundais) Mkapa (Malawite), Mwinyi (RDC), Jakaya Mrisho Gikweto (Burundi / RD Congo- Umubembe) ; Ouganda ( Rwandais au pouvoir), Rwanda (….)…
    Et si nous faisons des recherches approfondies sur tout burundais, qui est parmi vous un vrai Murundi?
    A bon entendeur, salut!

  6. Magara

    N’est-ce pas qu’on chantait à qui voulait l’entendre que les problèmes ethniques relèvent du passé loitin. Mon oeil! Il y a encore du chemin à faire. Les problèmes ethniques ne peuvent pas disparaître aussi longtemps qu’il en a qui en tirent profit. « Gukamisha ubwoko ».

  7. Kayondi jean

    De toute les façons les universitaires du Burundi n,ont jamais montré leurs intelligences pourtant ils se croient plus intelligents que les autres,je trouves que le paysan simple le plus par rapport à eux

  8. Hima Empire

    Le problème des Burundais: c est toujours l hypocrisie et le mensonge. Le racisme ou l´éthnisme au Burundi n a jamais disparu. Seulement, les gens Font semblant. Vous croyez qu avant les massacres de 1972, la situation n était pas mieux qu aujourd hui? Je parie qu elle était beaucoup mieux. Mais personne n a pu éviter la descente aux enfers. Aujourd hui, lorsque quelqu un ose dire que telle ou telle autre autre organismo est composée par une seule éthnie, il est qualifié de raciste. Et pourtant, si nous voulons que les divisions entre hutu et tutsi disparaissent, nous devont promouvoir la parité. Nous devrions aller jusqu à encourager par des subventions ou d autres avantages fiscaux les mariages mixtes. Avez – vous été dans un mariage à Ngagara? Je parie que 99,99% des participants étaient des tutsi! A Kamenge, ou d autres quartiers fortement peuplés par des hutu, sûrement l inverse. Sauf si le couple était mixte, chose rare au Burundi! Nous devrions commencer par là! Appellons les choses par leurs noms. Si nous voulons guérir cette maladie, il faut en faire correctement le diagnostic.

    • Kimaumau

      Les mariages ne sont pas à encourager. Umwe wese arazi ico ari gusa bakwiye kukimwubahirizako. Yamara kubera ubukene abatutsikazi bamwe bamwe basigaye birongorerwa n’abahutu b’aba DD bifitiye amahera. Dans le passé les mariage mixte zarabaye yamara avec 72 et 93, abarundi benshi barabonye ko bitera beaucoup de problèmes. Hari uwambariye ko mu Ntambara ya 93 hari aba Frodebu bishe ba Nyina wabo ngi ni Abatutsikazi. Iyumvire amaganya n’agahinda umuvyeyi umwe (umututsikazi) w’ I Mwumba/ yari afise yumva umuhungu wiwe ko ategera abatutsi kumabarabara.

  9. John

    C’est vraiment regrettable qu’au jour où nous sommes, il existe des universitaires qui pensent à ces histoires d’ethnies au lieu de se concentrer sur le volet académique. Le comble de malheur est qu’ils osent s’appeler RUMURI, quel éclair qui au 21ème siècle reste dans l’obscurantisme ethnique. Les burundais ont la même culture, même langue, même faim, même pauvreté et des étudiants de l’université publique osent se targuer de hutu et tutsi.
    Je suis sidéré qu’aucune autorité tant politique que rectorale ne puisse réagir à cette honte publique. Quelle vision 2025, quel OMD face à un pays sans culture intellectuelle ni critique. J’encourage les autres jeunes des universités privées de rester solidaire et de montrer un exemple de cohabitation à ces jeunes de l’université publique qui jadis se croyaient plus intelligents.
    Mon cœur souffre d’attendre des histoires pareilles et nos politiciens se la courent douce face à une action incivile des étudiants futures dirigeants du Burundi.
    J’exhorte mes confrères burundais épris de paix de se lever en un seul homme pour dire non et non à ce comportement indigne d’un universitaire.

    • Desire

      Icambere n’ukumenya uwazanye izo info muba etudiants uwariwe kuko sans doute n’umuntu umwe uravye le contenu des messages n’igihe zatangiwe. Son objectif diviser pour arriver à des objectifs inconnus mais surement pour des intérêts politiques égoïstes. Abakora gutyo barazi les points sensibles de la société burundaise qu’il faut toucher pour semer la panique kuko ubwicanyi ntawe budatera ubwoba vue ce qui a été vécu dans le passé. Ariko pour vous étudiants et toute la population en général, il est temps de savoir discerner les gens mal intentionnées pour éviter leurs pièges.

  10. seriously !!!

    chaque fois que une personne parle des propos de haine et de racisme dans ma presence
    je chante toujoiurs dans ma tete une de mes chansons favorite que J’entendais en grandisant dans mon pauvre pays, voice quelque parole de cette chanson : uyo muntu azoza yigisha amacakubiri ,murareka kumwumviriza yegome ababare niyashaka ameneke !!!!

  11. Emery

    Seulement que les investigations soient faites pour tracer l origine de ces messages et punir l’auteur! c est bien clair que ca! Si ce sont des « creations » du journalistes que la loi soit appliquee!!

  12. Posons-nous la question « à qui profite cette tension? » et cherchons ensemble l’origine de ces messages. A mon avis ce sont les services des renseignements du pouvoir en place qui cherchent à créer un climat de tension dans l’espoir de faire oublier les machinations en cours pour le troisième mandat de Nkurunziza.

  13. saleh

    Je trouve que les universitaires devrarient enquêter ensemble. ils trouveraient certainement la vérité.

    Ce qui est clair, quelqu’un veux qu’ils se rentrent dedans. Ce quelqu’un, c’est celui qui a envoyé le message de terreur. Il faut trouver l’origine de ce message et cela n’est pas du tout compliqué.
    Ils suffit qu’ils se mettent ensemble pour enquêter. Même la police peux les aider en cela, pour peu qu’ils le demandent(D’ailleurs la police doit-elle attendre une demande dans ce cas?)

    Si non, s’ils ne font pas cela, personnellement je les considéreraient comme des gens qui ne savent pas où est leur intérêt.

    • bornto

      Arrête Monsieur ! Dans le passé, il y a eu des morts. Cela peut recommencer. Qui avez-vous déjà puni ? Où vous voulez encore un massacre dans le silence ?! Je trouve courageux celui qui a commencé et alerté ainsi pour que la Police veille et sécurise tout le monde.

      • saleh

        Mon cher ami bornto, tu ne comprend pas. Lis un peu ce qui est écrit :
         » Les Tutsi recevaient des messages leurs disant qu’ils sont menacés par les Hutu. Ces derniers, de leur côté, recevaient des avertissement sur « un plan des Tutsi pour les éliminer. » »

        Ne trouves-tu pas que les deux messages ont été très probablement émis par une même personne?
        Ne crois-tu pas que dans ce cas il faut qu’on la retrouve et qu’elle s’explique un peu?

  14. Shaza

    @Rédaction IWACU/Jean-Marie Ntahimpera
    «Les Tutsi recevaient des messages leurs disant qu’ils sont menacés par les Hutu. Ces derniers, de leur côté, recevaient des avertissement sur « un plan des Tutsi pour les éliminer».

    Se coaliser entre hutus ou tutsis pour rejeter une candidature n’est pas un problème kuko na parti UPRONA twese turazi ko ari iy’abatutsi kandi igifise ijambo mu Burundi mais user des moyens indignes et sauvages comme ces fomentations des rumeurs haineuses interethniques parce que deux groupes de hutus et de tutsis ne s’entendent pas sur une candidature présentée/proposée, vyerekana ko abarundi tutarijukira intumbero nyakuri ya démocratie en plus ku rwego rwa Université!… None ko umenga iryo zina rya «Fraternité des étudiants de Rumuri» ririko rirahinduka «Fraternité des étudiants de la Noirceur», si vraisemblablement on entend par «Rumuri» la clarté, la lumière, la transparence, etc. Ivyo bintu birateye isoni à l’ère où nous sommes, et les étudiants ainsi que personnel de l’université à l’origine des ces agissements et menaces interethniques devraient être punis d’une façon exemplaire.

  15. NDAKAZI

    Cette histoire, à mon avis, n’est guère étonnante. Depuis plus de 40 ans, quel Hutu, en effet, a fait ses études à l’université du Burundi, sans jamais être chassé et poursuivi dans son refuge par son compatriote tutsi, surtout en avril ou en mai. Les chasseurs d’hier sont aujourd’hui professeurs et dirigeants de cette université que j’appelle l’université des pauvres, car personne ne s’en occupe.

  16. Abanya politique bafise ivyo barondera ni babirondere ahandi bareke abo bana bigihugu bige bironderere kazoza kabo kumbure bize mu mahoro n’umutekano bokwiyumvamwo cane igihugu cabo bakazogiteza imbere

  17. reponse

    pauvres universitaires!!aho none ntimwumva nisoni??au lieu de vs concentrer sur vos etudes muja kwiconcentra mubuhutu nubututsi!!vous etes vraiment malheureux!!

  18. bornto

    Attention, Attention, Attention !
    Pour le moment, ce ne sera pas comme dans le passé.
    Chaque année il y a commémoration des victimes des années passées dans ce campus.
    Attention, nous n’avons de voir encore du sang versé dans la barbarie.

  19. Universiteur

    Ntibitangaje ko ari aba universiteuses bagiye kurara hanze kubwinshi. Nuko bobo atamwaga bafise. Hanyuma abiga muri kaminuza ubu tubite ngwiki? Abahigisha bobo??? Nakoresheje iro mu kurindira ko Mayugi na Ntahokaja bazuka

  20. anonyme

    «N’allumez pas un feu que vous n’êtes pas sûrs d’éteindre». Je ne suis pour aucune violence mais je suis pour que l’Université du Burundi soit mixte avec des Hutus et des Tutsis partout. Que ca soit parmi les professeurs,assistants,etc. Jusqu’à à la femme de ménage dans cette université.

  21. Mthukuzi

    Toutes ces histoires n’honorent ni l’universite ni les etudiants eux-mêmes. La politique n’a pas sa place dans nos campus, et tous ces etudiants « Rumuri » doivent vraiment se comporter comme des eclaireurs.

  22. Backary

    Les époques passent mais se ressemblent toutes: un certain jour du mois d’avril 1979 à l’université du Burundi une rumeur disant que les tueries qui s’étaient passées 7 ans au paravent allaient recommencer; résultat: plusieurs de nos camarades (dont Ntibantunganya) fuient à l’étranger craignant de subir le sort des leurs surpris dans leur naïveté d’innocence quelques années avant. Leurs études sont interrompues pour la plupart.
    Il nous faudra 50 ans sans accident de parcours pour pouvoir cicatriser les blessures subies dans ce pays!

    • karimangingos

       » Il nous faudra 50 ans sans accidnt de parcours pour pouvoir cicatriser les blessures subbies dans ce pays!  »
      Pour toi ,Bakry, comment est ce que tu qualifie les tueries de 1995? Pauvre Bakary!!!!

      • Bakary

        J’ai sous-entendu 50 ans à partir de maintenant, cher pauvre karimangingos!

    • manariyos

      Entre 1972 et 2012 il n y a pas eu aucun incident si on peut l’ appeller ainsi comme le prédent notre cher (e) Bakary . Tôt ou tard la vérité éclatera au grand jour. on voit que tu as toujours soif de.. mais je pense que tu peux te retenir. kunda mugenzawe nkuko wikunda wewe nyene. Akataretse kaba gasema.

      • Backary

        Je voulais dire 50 ans à partir du moment où j’écris, chers karimangingos & manariyos!
        Vous m’aurez (mal) compris! Sans (trop) rancune!!!

Publicité