Politique

Sept partis politiques suspendus

13/07/2017 Egide Nikiza 9

Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieur, a suspendu, mercredi 12 juillet, pour une durée indéterminée, sept partis politiques. Ceux-ci sont PIT, Vert-Intwari, CDP, Naddebu, Sonovi, Rusangi et Abahuza.

Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieur
Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieur

Selon lui, ces partis ne sont pas en ordre au regard de la loi en vigueur sur les partis politiques. «Ils ne fonctionnent plus depuis un certain temps. Ils ne transmettent pas de rapport financier annuel». Avant d’ajouter que cela fait trois ans qu’ils ne donnent pas la liste des membres de leurs organes dirigeants.

A ce sujet, l’article 36 de la loi sur l’organisation et le fonctionnement des partis politiques stipule que « tout parti politique doit transmettre chaque année, au mois de janvier, la liste des organes dirigeants à l’échelon national, au ministère ayant l’Intérieur dans ses attributions».

Anicet Niyonkuru, président du parti Conseil des patriotes (CDP), dénonce une mesure injuste. Il soutient que l’espace politique, en particulier pour l’opposition, est verrouillé au Burundi. « Même en l’absence de suspension, les partis politiques ne peuvent pas tenir de meeting, les leaders politiques ne peuvent pas rencontrer leurs membres,… ».
Et d’accuser le pouvoir de maltraiter leurs membres. « Nos membres sont même tués ».

M. Niyonkuru minimise. «Une suspension des partis qui n’étaient pas autorisés à fonctionner, ça revient au même».

Il laisse entendre qu’elle n’aura pas d’impact sur son engagement politique. « Nous n’allons pas céder. Nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que le Burundi recouvre la dignité». Et de dire que les partis suspendus seront réhabilités quand le pays aura eu des «autorités prêtes à laisser les partis jouir de leurs droits».

Signalons que le Mouvement pour la solidarité et le développement (Msd) a été suspendu en avril pour 6 mois.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Yves

    @Eric : une démocratie est par définition un espace de liberté dans lequel circulent, s’expriment (et parfois s’entrechoquent) autant d’opinions politiques que nécessaires. Fixer une limitation à la participation politique est incompatible avec le terme “démocratie”. Mais, venant de vous, plus rien ne nous étonne…

  2. eric

    Le burundi n ‘a pad besoin de plus de 5 parties politic.SVP
    La competition de 2 ou 3 est deja une democracy

  3. Rurihose

    De toute la façon, il n y a que le CNDD FDD qui a droit de travailler au Burundi.
    L opposition alimentaire ezt une caisse de résonnance.
    Les autres sont des putschistes

  4. Jereve

    Ce gouvernement est en train d’envoyer beaucoup de monde dans la clandestinité. Attention à l’effet boomerang!

  5. Mafero

    ▲Le pouvoir rend f**. Ce ministre sait pertinement que les partis autres que le CNDD/FDD sont empêchés de fonctionner sur tout le territoire. Et le voilà qui s’évertue à prendre d’autres restrictions à l’encontre de ces partis.

  6. rema

    Est – ce que c est le vrai moment de créer des bruits sur les partis politiques? Et si le MININTER se gardait de prendre cette décision inutile qui ne fait que réveiller gratuitement des bruits envers le Gouvernement dont il est membre?
    Logiquement c’est mieux de balancer entre les avantages et les inconvenients avant de prendre une décision.

  7. roger crettol

    La liste des mesures discriminatoires ou liberticides prises par le gouvernement en place – consultez Zazie pour la légitimité – cette liste s’allonge. Tout comme augmentent l’indignation et le mépris que ces mesures suscitent.

    Le CNDD-FDD, qui n’a pas l’honneur ni la vigueur nécessaires pour s’opposer à ces dérives, prendra tôt ou tard la place qui lui revient – à côté des illustres partis autoritaristes de tout acabit qui pourrissent sur les bas-côtés de l’Histoire.

    Quelle hypocrisie – prêcher l’Unité et vouloir passer la nation burundaise au tamis du Parti – ou faut-il dire du Culte ?

  8. HARURA

    Est-ce vrai ? De 47 millions à 100 000 ? Et on nous dit que tout va bien ? Les 100 000 et les autres sont partagés alors avec ceux qui disent que tout beigne ?
    “…Selon les Nations unies, le flux d’investissements directs étrangers au Burundi qui s’élevaient à 47 millions de dollars en 2014 est tombé en 2016 à 100 000 dollars”.
    http://www.arib.info/index.php?option=com_content&task=view&id=16837&Itemid=1

  9. Ceci est un avant-goût. Il n’y aura pas que la suspension, on va voir la radiation des radios et des partis politiques susceptibles de gêner.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

En aval et en amont

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En aval et en amont

« Trois familles menacent de regagner l’exil. » C’est le titre d’un article du correspondant d’Iwacu à Rumonge. La Cour spéciale des terres et autres biens vient de donner gain de cause à un résident au cours d’un procès foncier (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 272 users online