Politique

Rumonge : la traite et le trafic des êtres humains tend à s’amplifier

Quatre jeunes filles présumées victimes d’un trafic humain et une femme présumée trafiquante sont détenues au cachot de la police de Rumonge depuis le 3 octobre. Les organisations qui luttent contre ce phénomène tirent la sonnette d’alarme.

Une grosse pirogue quittant Rumonge pour la RDC
Une grosse pirogue quittant Rumonge pour la RDC

Originaires des provinces de Karusi, Gitega et Bujumbura rural, leur âge varie entre 16 ans et 20 ans, elles ont été arrêtées dans le quartier swahili et dans le quartier Birimba de la ville de Rumonge au début de cette semaine selon des sources administratives locales.

Elles étaient employées comme domestiques dans des ménages dans la ville de Rumonge avant qu’une femme trafiquante qui est pour le moment détenue ne les approche pour tenter de les embarquer vers la petite ville de Baraka située au sud Kivu selon les mêmes sources.

Au niveau de la police judiciaire à Rumonge, l’on indique que les enquêtes se poursuivent pour établir les responsabilités, le mari de la femme présumée trafiquante a été arrêté car il est membre d’équipage du bateau qui devait les transporter jusqu’en R.D.C.

La femme et son mari plaident non coupables et indiquent que ces fillettes sont des prostituées et elles voulaient se rendre en R.D.C pour y faire de la prostitution.

La Pafe et les OPJ appelés à la vigilance

Le représentant de l’association ONLCT, ’’Où est ton frère ?’’(Organisation nationale contre la criminalité transfrontalière) dans la région sud indique que ces derniers mois des gens amènent des jeunes filles vers différentes localités de la R.D.C arguant que c’est pour rendre visite aux parentés, pour des études ou pour la recherche d’un emploi. Pour l’ONLT, il s’agirait de la traite et un trafic humain déguisés.

Cette organisation demande surtout aux policiers de la PAFE et les officiers de police judiciaire à être vigilants pour juguler ce phénomène qui tend s’amplifier.

Il se remarque ces derniers jours dans les provinces de Rumonge et Makamba, des gens qui franchissent la frontière. Ils affirment tous que c’est pour la recherche du travail dans les pays limitrophes : la Tanzanie et la RDC.

L’ONLT appelle la PAFE à suivre de près tout mouvement sur les différentes frontières. Selon cette organisation, les trafiquants injectent beaucoup de moyens financiers dans la traite et le trafic humain pour corrompre ou écarter tout élément gênant.

Elle demande au gouvernement et aux organisations de la société civile à vulgariser les différents textes de loi qui réprime ce phénomène notamment la loi no 1/28 du 29 octobre 2014 portant prévention et répression de la traite des personnes et protection des victimes de la traite.

«La convention des Nations Unies contre le crime transnational organisé et les protocoles additionnels de Palerme doivent être vulgarisés», plaide cette organisation.

Pour l’ONLT, la sensibilisation des communautés contre ce phénomène s’avère nécessaire pour amener la population à dénoncer ce crime et à soutenir et protéger les victimes de la traite et du trafic humain.
Signalons que deux filles victimes de ce trafic ont été remises à leurs familles dernièrement en commune de Kibago de la province de Makamba lorsque les trafiquants tentaient de les embarquer vers la Tanzanie en passant par cette commune.

Des observateurs demandent qu’il y ait des formations des OPJ, des magistrats pour mieux réprimer cette infraction et précisent que la traite et le trafic humain génèrent des revenus tout comme le commerce des stupéfiants et le commerce illégal des minerais.

Pour la plupart d’observateurs interrogés, ce phénomène risque de s’amplifier au Burundi compte tenu de la pauvreté sévissant dans plusieurs familles. «Elle pousse aujourd’hui des jeunes Burundaises à devenir des travailleurs migrants».

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Kayo

    Peut-être pour les filles mais pour les hommes il faut savoir que le Congo Kinshasa c’est un pays continent alors avec cette démographie galopante de notre pays, il faut aller chercher de terre à cultiver dans ce pays continent mais aussi du travail par exemple un homme qui travaille dans les champs, peut revenir avec 2000$ pendant une année passée au Congo alors pour moi j’encourage les gens d’y aller sauf les prostituées

  2. nunu

    Ce personnes ignobles nous donnent le degout, le mepris, et l’amertume. Une femme qui ose vendre sa fille, sa soeurou sa cousine, Quelle honte!!. Vous voulez vous enrichir? Combien coute ta fille ou une personne?
    SHAME ON YOU !!!!!. Qui a jete un mauvais sort sur notre pays?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Inch’Allah !

Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Inch’Allah !

Le message de pacification du secrétaire général du ’’Parti de l’Aigle’’ lors de la 3e édition de la journée dédiée aux Imbonerakure vient à point nommé, si pas tard au vu de l’ampleur, souvent minimisée, des escarmouches, assassinats, coups et (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 181 users online