Politique

Prolongation des mesures restrictives contre quatre personnalités

20/09/2016 Fabrice Manirakiza 12
Godefroid Bizimana, Le directeur général adjoint de la police est parmi les quatre personnes visées par les sanctions de l’UE
Godefroid Bizimana, Le directeur général adjoint de la police est parmi les quatre personnes visées par les sanctions de l’UE

Le Conseil européen vient de renouveler, ce mardi 20 septembre 2016, les mesures restrictives jusqu’au 31 Octobre 2017 contre quatre personnes «dont les activités ont été considérées comme compromettant la démocratie ou faisant obstacle à la recherche d’une solution politique à la crise burundaise. Il s’agit notamment d’actes de violence, de répression ou d’incitation à la violence, ainsi que d’actes constituant des atteintes graves aux droits de l’Homme.»

Ces derniers sont Godefroid Bizimana, directeur général adjoint de la police nationale (PNB), Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika, chef de cabinet à la présidence chargé des questions liées à la police nationale, Mathias Joseph Niyonzima alias Kazungu, agent du Service national de renseignement (SNR) et Léonard Ngendakumana, ancien «Chargé de missions de la Présidence» aujourd’hui en exil.

Ces mesures consistent en une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’Union européenne et en un gel des avoirs. «Le Conseil a estimé que l’absence de progrès en ce qui concerne les quatre personnes faisant l’objet de mesures restrictives justifiait la prorogation des sanctions.» Signalons que ces mesures avaient été adoptées le 1er octobre 2015.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. My bad

    Mu burundi ,ikinyoma nico ciganje uhereye hasi gishika hejuru kiburyo bakikwemeza kandi nawe ukakivuga.Abibuka kuri ITABU Gihanga umwaka w’ishure,1995-1996 ,aho umwarimu yarwigusha Civisme ico gihe yama abaza ikibazo muri buri kibazo ngo : »comment sortir le Burundi de cette crise? »inyishu kugira turonke 18/20 ,twishura duti :nuko bofata Aba Frodebu bose bagafungwa,kuko ngo ni Nibantunganya yishe Ndadaye ngo amusubirure. »kandi twategerezwa kwishura uko nyene ,bitari uko bwari ubusa kuri 20.None ntubona Ko ikinyoma twacigishwa no mu mashure.ikibyoma kit avuye mu bantu Amahoro mu Burundi ari kure nk’ukwezi.

  2. Hirwa

    Pauvres DD, que ces Blancs osent critiquer alors qu’ils ne tuent que « leurs » Burundais. L’UE devrait s’occuper de ses propres problemes en effet, et laisser les DD tuer les gens en paix!

  3. Dionise

    D’accord. c’est lui qui fait un effort pour aider les autres,ce n’est que le critique. Beny continue votre mission d’evangelisation. Ijambo ntirivuga uwukuze rivuga uwurizi. Il y’a certaines gens qui savent beaucoup de choses mais pour les enseigner serait autres choses

  4. Samandari

    La communauté internationale n’est pas responsable des tortures de la SNR. La communauité internationale n’est pas responsable des nombreux viols au sein de la SNR. La communauté internationale n’est pas responsable des fausses communes, des enlèvements et des exécutions extrajudiciaires. La communauté internationale n’est pas responsable des Interahamwe presents au Burundi au côté des imbonerakure, encore moins de leurs actes de barbarie qui atteignent un sommet jamais égalé et de leur encadrement afin de commettre un genocide au Burundi. La communauté internationale n’est pas celle qui est entrain d’établir des listes des occupants (maison par maison) et des reunions souvent nocturnes avec les domestiques pour des fins que tu dois sûrement connaître si tu fais parti du système.

    Il est impossible de commettre un genocide à huit clos au 21 siècl. Les commanditaires et les exécutants (à tous les écchelons) sont bel et bien connus et répondront de leurs actes.

  5. roger crettol

    Oui, oui et oui.

    Même le policier qui a violenté une jeune fille mineure dans un quartier de Bujumbura en juin ou juillet 2015, même ce policier n’a fait que protéger La Nation. On a malheureusement oublié de décorer ce héros.

    JerryCan

    [ Les Anglais n’ont jamais colonisé de peuples – ni en Afrique, ni en Asie. Quelle heureuse Nation ! Les Camerounais, les Kenyans, les Zimbabwéens, les Tanzaniens, les Sud-Africains, les Indiens, les Pakistanais, les BIrmans … j’en oublie certainement – leur en sont éternellement reconnaissants. ]

    Et puis, cet éternel réflexe de trouver à l’extérieur un ennemi diabolique et responsable de tous les maux … maux que les Burundais sont bien assez capables de s’infliger par eux-mêmes. Personne ne vous oblige à vous planter des clous dans vos mains ou un couteau dans vos cuisses.

    De grâce, moins de violence, moins d’attachement à des positions périmées et un peu plus de courage pour accepter l’Autre, le partenaire possible et indispensable à la construction de la Nation. Votre Nation.

    Amen.

  6. polsk

    @Tijos. Il aurait été mieux si tu exposait la pure vérité sur ta personnalité et prouver ton innocence sur tous les événements qu’a traversé notre pays depuis les années passées. Je présumes que tu accuses les autres tout en masquant les tiens et toi même.

  7. Tijos

    @Original: Pour toi, tout marche bien dans le pays de Mwezi Gisabo. Et tous ces cadavres tués et retrouvés dans les riviéres, sont ils des mensonges? Je te rappelerais que certaines de ces personnes ont été arrêtées / enlevées par les services de sécurité au vu de tout le monde. Donc ne défends surtout pas le diable!!!

  8. L’Angleterre a bien fait de quitter l’Union Europeenne qui reve toujours recoloniser le peuple Africain. En tout cas, ces 4 parsonnes ne seront jamais affectes par ces mensoges des Blancs. Nous sommes vraiment tres fiers de ces citoyens qui aiment leur pays et protegent notre Nation.

  9. Orignal

    Je m’arrête par là , mais si ces rapports ne cessent , vous m’en dire la suite .

  10. Orignal

    Je suis burundais et sais que la société burundaise est bâtie sur des mensonges. Je me rappelle une fois en 9 ème année dans les années 1988-1989, nous étions en éducation physique . L’exercice était de courir plus vite et moi je n’étais pas parmi ceux qui couraient . Comme d’habitude les élèves ont commencé à applaudir . Une fille que je ne veux pas nommer ici s’est jeté par terre et a commencé à pleurer . Le professeur est allé vers elle pour savoir ce qui se passait . Quand il lui a demandé elle a répondu que c’était moi qui n’étais même pas dans la course. L’affaire est allée à la direction et ils m’ont donné une punition que j’ai refusé de faire à cause de l’injustice. Finalement j’ai été renvoyé et suis revenu avec mon père. Même avec mon père j’ai refusé, mais à la demande de ma classe j’ai accepté la punition ,car ce sont mes amis qui m’ont aidé à la faire injustement. Nous avons vu pire que ça . En 1996 , j’ai été emprisonné et frôlé la mort juste parce que ma carte d’ identité avait été signée par un certain Nsesema Pascal. Nous avons entendu un mensonge qui dit qu’il y avait un peuple qui naissait avec les semences dans sa main . Par un pur mensonge ,les membres de ma familles ont été tués sous prétexte qu’ils étaient des mulele . Au Burundi, il y a mille et une histoire inventées juste pour nuire aux autres . Quant à ces Messieurs , je ne suis pas avocat pour les défendre, mais Dieu seul sait. Une chose est certaine la communauté internationale est l’ennemi principal des burundais. Je m’arrête par là , mais ces rapports ne cessent , vous m’en dire la suite.

  11. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Je l’ai dit et je le répètre: les commanditaires et autres exécutants des actes répugnants de violation des droits de l’Homme y compris enlèvements, disparitions forcées, viols et exécutions extrajudiciaires et j’en passe…n’auront pas le dernier mot. J’ose espérer que pour ces quatre personnalités là, la prochaine étape sera le Tribunal Penal International ou les juridictions burundaises (quand elles se remettront à fonctionner) pour répondre de leurs actes. Ce jour là sera un des plus beaux jours pour les victimes (ainsi que leurs proches) du 3è mandat de plus en plus chaotique et sanglant de Mr NKURUNZIZA.

  12. James

    No comment

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Bujumbura vs Kigali : Quand les mots attirent les maux

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Bujumbura vs Kigali : Quand les mots attirent les maux

Depuis un certain temps, Bujumbura accuse, condamne Kigali. En revanche, Kigali a toujours nié toute implication dans la crise d’un pays voisin, le Burundi. Jusque-là, cela s’exprimait au travers des marche-manifestations et autres expressions à Bujumbura et ailleurs dans des (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

990 utilisateurs en ligne