http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Editorial

Mr Mkapa, there is a still long way to go

Léandre Sikuyavuga

Léandre Sikuyavuga

La qualité des invités aux consultations du 21 mai à Arusha a suscité de vives critiques à l’endroit de la médiation. D’un côté, comment ne pas y convier les leaders de la campagne «Halte au troisième mandat»?

Pour les partisans de cette société civile engagée, seuls Pacifique Ninihazwe, Vital Nshimirimana et Pierre Claver Mbonimpa pouvaient mobiliser. «Leur appel à la mobilisation générale ou à la trêve était respecté.»

De l’autre, l’absence du Cnared, «plateformede l’opposition est une erreur de la part de la médiation », ont estimé les fidèles de cette opposition radicale. C’est ainsi que l’on a traité le président Mkapa d’amateur, de penchant, d’être à la solde de Bujumbura. «La médiation a suivi une liste établie par le gouvernement burundais».

Or, ce dernier a juré par tous les dieux qu’il ne s’assoira pas avec les deux groupes ci-haut cités qu’il qualifie de terroristes.

Et pourtant, le processus devrait être de nouveau sur les rails. Seulement, il faut que le médiateur trouve une stratégie.

« Pas de négociations directes. Pour ces premières consultations, il est seulement question de rencontres, à huis clos, entre la médiation et les différents groupes d’acteurs présents».

Oui, ils se sont exprimés-y compris le gouvernement-, il les a écoutés afin de comprendre le noeud de la crise. A l’issue de la session, les participants semblent satisfaits. «Tout le monde s’est engagé pour le dialogue. Pour tous les participants, la guerre n’est pas une solution », a fait savoir le médiateur.

Toutefois, Mkapa ne ferme pas la porte : «Dans les deux prochaines semaines, je vais poursuivre et achever les consultations avec ceux qui ne sont pas venus participer à cette session, mais dont je pense qu’ils pourraient contribuer positivement à ce processus. »

Cette déclaration n’exclut donc ni le Cnared, ni les mobilisateurs de la campagne «Halte au troisième mandat», ni toute autre organisation qui veut trouver une solution à la crise burundaise. S’il faut s’arrêter seulement sur ce premier round des consultations, le président Mkapa a encore des Burundais au confessionnal.

Le processus de dialogue inter-burundais est sur les rails, la locomotive peine à partir,
certains wagons ne sont pas encore attelés. Le cheminot devrait tout vérifier.

  1   Vos commentaires
  1. Karabadogomba

    Wright! To meet CNARED and the leaders of « No to the third Term » campaign is a must.

Publicité