http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Politique

« Honorer nos Héros »

Par Joseph Ntamahungiro, président du Centre D’Echanges Belgo Burundais, journaliste à la retraite.

En ce mois d’avril, un peu partout dans le monde, les Burundais se souviennent des leurs assassinés en ce terrible mois de 1972. Depuis 11 ans, « Honorer nos héros » un groupe informel de 7 Burundais et Burundaises se réunit pour commémorer cette date.

Mgr Ruhuna, un Juste que le groupe a déjà honoré

Mgr Ruhuna, un Juste que le groupe a déjà honoré

Pour nous, comme le disait à Bruxelles l’Abbé Daniel Nahimana, le 28 avril 2012, dans «Pourquoi commémorer », «Commémorer, ce n’est pas cultiver la vengeance. Commémorer, ce n’est pas répandre des discours incendiaires. Commémorer, ce n’est ni séparer ni diviser les gens. Commémorer n’a rien de criminel. C’est tout simplement un devoir pour tout homme qui a encore du coeur (…). C’est le début de la révolution. C’est la clé du ‘plus jamais ça’. C’est la porte de la Réconciliation ».

Notre idéal s’inscrit donc dans ce que le Frère (Père Dominicain) Emmanuel Ntakarutimana appelle «Exorciser la mémoire comme thérapie collective en vue de la réconciliation ».
Pour cela,
1) Nous organisons chaque année la Commémoration du génocide contre les Hutu du Burundi en 1972
2)  Nous célébrons la naissance de l’Abbé Michel Kayoya
3) Nous rendons hommage aux héros anonymes (Burundais et étrangers) qui se sont illustrés dans l’aide et la défense des victimes du génocide de 1972 et autres crimes commis au Burundi depuis 1962.

A ce jour, nous avons déjà rendu hommage (entre autres) au Père Henry FARCY, au Père Wally NEVEN, à Mgr Jean Berchmans NTERERE, à l’Abbé Raphaël NTIGAHERA, à l’Abbé Juvénal BUKUBIYEKO, à Mgr Roger MPUNGU, à Mgr Bernard BUDUDIRA, à Mgr Joachim RUHUNA, à l’Abbé Albert COLLIN, à M. Jean BIRIHANYUMA.

Pour nous, comme l’a rappelé un de nos membres, «Le devoir de mémoire est un travail de libération qu’il importe d’accomplir en faveur des uns et des autres. Il permet aux criminels de mesurer la gravité de leurs crimes et de s’amender. Il donne aux rescapés de guérir de leurs traumatismes. Il dessille les yeux aux complices qui e désolidarisent de toute entreprise criminelle. »

Nous rêvons d’un Burundi où « les Hutu, les Tutsi et les Twa se retrouveront ensemble pour commémorer. Pour ce faire (…), chacun se laissera guider par son sens d’humanisme comme cela se pratique sur nos collines quand le voisin est en deuil. Cette sensibilité citoyenne sera la première véritable victoire sur le génocide. Car, c’est par la compassion qu’on se relève du crime des crimes et non par des accords âprement négociés. C’est en puisant au plus profond de nous-mêmes cette capacité de nous émouvoir que nous grandissons en humanité et tournons le dos aux violences. C’est en renversant le mur que les idéologies criminelles avaient érigé entre ‘nous’ et ‘les autres’ que nous découvrons qu’en face, nous n’avions pas affaire à des sauvages mais à nos propres semblables. Le jour où vous découvrirez que l’autre peut souffrir comme vous, et que vous aussi vous pourriez vous retrouver dans sa situation déplorable, alors vous aurez gagné un frère, vous aurez brisé les chaînes du génocide ».

Pour ce 30 avril , nous invitons tous ceux qui le souhaitent à venir se recueillir avec nous.

Lieu : Pianofabriek
Rue du Fort (Fortstraat), 35
1060 Bruxelles (Saint Gilles – Sint Gillis)
Salles Casablanca II

Programme :

–  13h30’ – 14h :  Accueil
–  14h – 14h30 :  Prière
–  14h30 – 16h : Présentation et échanges autour du livre de Rose Karambizi Ndayahoze,«Le Commandant Martin Ndayahoze, un Visionnaire », publié par les Editions Iwacu.
Le livre sera en vente au prix de 15 euros.

– 16h – 20h :  1. Présentation :
a. Groupe honorer nos héros
b. Le Collectif des Survivants du Génocide hutu 1972 et après : des témoignages.
2. Suite du recueillement
– 20h : Ouverture du bar-bio-éthique (prix d’association) dans la salle Alcantara

Accès par transport en commun :

– Train : Gare du Midi
– Métro lignes 2 et 6 : Arrêt Porte de Hal
– Trams 3, 4, 33, 51 : Arrêt Parvis
– Trams 81, 83: Arrêt Guillaume Tell ou Barrière
– Tram 97: Arrêt Barrière
– Bus 48: Arrêt Saint Gilles ou Barrière

Personnes de contact:

NTACORIGIRA Victor GSM : 0479 75 39 05, email : ntacovic2000@yahoo.fr;
NTAMAHUNGIRO Joseph GSM : 0472 45 69 52, email : ndagateka@yahoo.fr;

  19   Vos commentaires
  1. bosco

    on en’acceptera jamais qui touchera un tutsi. c’est notre frere bien aime
    il est comme il est et nous sommes comme nous sommes.personne n’est pas parfait.
    ni un tutsi ni un hutu extremist sera detruit

  2. Matore

    Est-ce que nous Burundais, sommes humains comme les autres? Peut-etre. La reconciliation viendra et prendra encore du temps. Est-ce Nkurunziza qui la celebrera comme chef d’etat?
    A mon avis, c’est tres injuste de « commemorer les votres » en supposant que « les autres morts »ne comptent pas. Mais c’est aussi normal pour nous Burundais, nous avons souffert et continuons encore pour quelques annees.
    Nous sommes vers le sud du Burundi, en 172, ma famille tutsie a ete decimee ( 7 d’un coup, bon je sais aussi qu’il y en des hutu/tutsi qui ont perdu plus) en quelques minutes par un groupe de hutus, qui tua tout ce qui est tutsi sur leur passage. Armes, formations, reunions, tracks, il parait que tout avait ete minueusement prepare…..Genocide des Tutsis? Non, car probablement que le nombre de tutsis extermines a ete de loin inferieur a l’objectif vise alors. Pire, sous Micombero, on tuera plus de hutus, et surtout qui n’avaient rien a voir avec ce plan macabre. Genocide de tutsis en 1993? Difficile,bNtiba parl « d’agashavu populaire », rien n’etait prepare donc! Y a -t-il des hutus qui acceptent que il y eu un genocide des tutsis? Je n’ai pas encore entendu publiquement un! Ya-t-il des tutsis qui ont deja confesse publiquement qu’il y a eu un genocide des hutu? Pasombreux, mais de rares voix l’ont deja dit.
    Pourtant, on veut la reconciliation, laquelle Mr. Ntamahungiro. La vraie verite, les Burundais n’aiment pas. Laquelle Monseigneur Louis?

    • OYA

      En 1993, il y a eu massacre interethnique: là où les tutsi étaient nombreux, ils ont massacré les hutu (ex: Bujumbura, Ruyigi, Gitega Centre…); là où les hutu étaient plus nombreux (certains endroits des campagnes) ils ont massacré les tutsi. C’est indéniable. Mais le génocide, comme il est compris part d’un plan d’un gouvernement, d’exterminer une race, un groupe… Cela s’est vérifié en 1972, car le génocide des Hutus a été planifié par Micombero et son équipe. Meme si beaucoup de tutsi ont participé à l’orgie du sang, la responsabilité n’est pas ethnique, mais de Micombero, Simbananiye et les conspirateurs de l’époque. Les assassinants ciblés qui ont visé les Hutu de 1962 à 1971 peuvent aussi etre vus en ce sens, car seuls les Hutus étaient tués, et par l’autorité. En 1993, les massacres sont à mettre sur le dos de celui qui a créé le vide de pouvoir en tuant le Président Ndadaye, comme d’ailleurs au Rwanda, la responsabilité définitive du génocide appartient à celui qui a créé le vide de pouvoir en abattant l’avion des présidents Ntaryamira et Habyarimana. L’opposition radicale qui reve d’assassiner notre chef de l’Etat, qu’elle pense aussi à assumer les conséquences qui en découleront.

    • Fofo

      @Matore, [ma famille tutsie a ete decimee],
      Condoléance! Vous êtes aussi portez les douleurs de cette tragédie au même titre que ces hutus qui ont perdu les leurs! Il faut que la CVR fonctionne pour que la vérité soit connue! L’histoire de notre pays est très compliquée. Moi qui n’étais pas à cette époque, on nous que ces sont les mulelistes qui auraient tué les tutsi!! Or, on dit que les mulelistes étaient des congolais!! Les congolais disent qu’à cette époque il n’y avait plus des mulelistes. Ils disent que Mobutu les avait déjà maté depuis 1965! Je me demande également comment les congolais viendraient tuer les tutsi du Burundi? Pour que l’objectif? Il y a bcp d’interrogations mais ce qui est sure il y a eu des victimes de deux côtés qui ont besoin d’une vérité!

  3. congo

    Mr Ntamahungiro, que pensez vous de 1993? Sur le papier que vous écrivez c’est tout simplement une négation du génocide des tutsi . C’est dommage à votre âge.

    • OYA

      Il faut un lieu de mémoire collectif,des Hutus, des Tutsis et des Twas. Pour cela formons une association représentative pour demander ce lieu de mémoire pour tous.

  4. Fofo

    Cela témoigne que les burundais portent encoure les douleurs du passé dans leurs cœurs. Là on ne parle pas encore des étrangers spoliés de leurs biens par le Régime Bagaza!!! Soutenons tous la CVR pour qu’on parvienne à une véritable réconciliation!!!

  5. Ntahitangiye

    Mes frères,
    J’ai vécu douloureusement les événements de 1972 qui ont de moi un exilé jusqu’à ce jour. Mais le Dieu Tout -puissant m’a créé avec un cerveau qui me permet de réfléchir et me poser des questions.
    1) Quand je vois que dans une matinée d’une façon instantanée, des enfants deviennent orphelins de père et de mère (la mort du Général de Brigade Athanase Kararuza et son épouse), je me retrouve en 1972 et pourtant nous sommes en 2016. Alors que maintenant , nous sommes des milliers de cadres supérieurs: des ingénieurs, des docteurs, des universitaires, nous sillonnons le monde, nous avons des moyens d’informations (téléphone, internet médias etc.) , nous nous sommes mariés aux américains, aux français, belges, chinois etc.. Mais nous nous laissons tromper pour commettre en encore ces crimes en 2016.
    2) En 1972 Michel Micombero, qui avait pris le pouvoir à 25 ans en 1966 (jeune),avec très peu de Burundais qui avaient fait des études supérieures, sans moyens d’information, sans vision large du monde, sans voyage, etc. ne pouvait-il (Micombero) être trompé et commettre le génocide contre son propre peuple ?

    Et voici ma question à votre réflexion :

    Ne sommes-nous pas plus coupable que Michel Micombero ?

    • harerimana pacifique

      Maintenant mon frère, comme vous aviez vécu cette vie la, prêcher s’il vous plait l’amour et non la vengeance. Si tu es de bonne fois, suivez s’ il vous plait le chemin du CHRIST notre sauveur. Pour sa gloire.Merci

      • Ntahitangiye

        Où voyez-vous que je prêche la vengeance ? Je pense que la vengeance est dans votre tête. L’Amour se réjouit de la vérité. On ne peut pas découvrir la vérité sans se remettre en question. C’est pourquoi je compare objectivement la période de Michel Micombero et notre période et je me rends compte qu’on pouvait le tromper facilement. On voit comment on perfectionne le mensonge pour des raisons d’intérêts et même la crise actuelle au Burundi est le résultat des mensonges. Remarquez aussi qu’on a trompé les fils d Baranyanka pour assassiner le fils de Mwambutsa. Or Mwambutsa et Baranyanka étaient des frères et n’étaient pas Hutu et Tutsi. Si vous vous mettez en colère en disant que les Tutsi ont tué les Hutu ou les Hutu ont tué les Tutsi sans vous remettre en question et réfléchir vous allez vers la vengeance.
        Pour vous prêcher l’amour c’est à dire quoi ? Christ notre Sauveur te dira: « Vas ne tues plus » . Et moi je vous dis la même chose : »Arrêtez de tuer vos semblables »

    • Ntazizana

      Mr Ntahitangiye, tu poses une question très importante à la fin de ton commentaire.Je ne te connais pas mais Je pense que tu dois être un homme honnête.

  6. miralles

    nashitse mu Burundi mu mwaka 1972. Nari ndi patiri mukuru mu Gitongo…ndi munyakilimiro…Abo bose muvuga bai mu mutima no mu bisabisho vyanje. Nitwa P. alfred MIRALLES. Majorque. Espagne

    • nkurunziza

      P.Alfred, woshobora kumpa contact yawe? Je suis à tolède-espagne. Merci ou s’il y aurait quelqu’un qui peut me passer son contact serait mieux pour moi.

      • alfred Miralles

        telefon yanje 609371189.Alfred

    • nkurunziza

      D.Alfred os pido tu contacto porque en este verano quiero venir allí a mayorca,soy seminarista de gitega y etoy haciendo la teología en el seminario san ildefonso de toledo. Muchas gracias para saber mucho de mi tierra.

      • alfred Miralles

        mi tfno. 609371189

  7. aime

    -Merci iwacu d’avoire accpeter de publier .
    -Il faut que l’arusha accord modifier soit d’abord etre presenter au peuple et faire un REFERENDUM sans cacher aucun point et avant aucun installation d’un gouvrnment de l’unite.
    -Il faux savoir que ONE MAN-ONE VOTE est no negociable
    -If faut demander que un tribunal contre le crime de 500 000 morts de 1972 sinon vous perder le temps en negociant
    -Vous pouvez aller negociier toute votre vie

    • Augustin Nkundabashaka

      Oui! Honorons nos héros, honorons nos morts et surtout épargnons les vivants. Aujourd’hui des Burundais tombent nombreux chaque jour sous les balles des mains assassines. Les Burundais qui tuent des Burundais. Quelle honte!Je pleure et mon coeur saigne de commémorer le 44ème anniversaire du génocide de 1972 et des autres crimes contre l’humanité commis au Burundi depuis notre indépendance en 1962. En ces temps d’honorer nos héros/ nos morts travaillons davantage pour protéger et sauver des vies, pour sortir le Burundi de la violence et cultiver la paix et la réconciliation.

    • Kaminu

      Depasse? Peut-etre, mais la haine ne va pas cesser de te ronger mon frere. Patience, fort possible qu, on va le faire prochainement. On peut detruire tout sur Arusha, mais le calvaire ne va pas cesser. Wake up bro!

Publicité