Elections 2015

EAC : des experts juristes se penchent sur la légalité de la candidature de M. Nkurunziza

22-05-2015

D’après Richard Sezibera, son secrétaire général, c’est le rapport des experts juristes qui déterminera la position de la Communauté Est Africaine sur la troisième candidature de Pierre Nkurunziza.

 Richard Sezibera : « Nous respectons la décision de la Cour constitutionnelle »

Richard Sezibera : « Nous respectons la décision de la Cour constitutionnelle »

Dans une conférence de presse tenue ce vendredi, 22 mai, M. Sezibera souligne que la Communauté Est Africaine s’implique beaucoup pour trouver une issue aux problèmes que traverse le Burundi : « Une délégation de l’EAC est déjà au Burundi en consultation avec le président de la République, les leaders politiques et de la société civile.»
Il signale de surcroît le passage de temps en temps de Joseph Warioba, ancien premier ministre tanzanien, depuis le mois de janvier. Richard Sezibera rappelle également la collaboration avec les Nations unies et la CIRGL (Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs), un sommet des Chefs d’Etat membres de cet ensemble sous-régional vient de se tenir en Angola.

La troisième candidature de Nkurunziza, insiste-t-il, est une question d’ordre politique. La présence de la délégation de l’EAC et d’autres vise à enclencher le dialogue entre les différentes parties en conflit : « C’est la seule voie de sortie et le Burundi en sait quelque chose par rapport à son passé.»

Des élections impossibles

Concernant les élections, la position de l’EAC est on ne peut plus claire : «Dans le contexte actuel, elles sont impossibles. Elles doivent être reportées pour arrêter la violence et attendre le retour des réfugiés afin de préserver le caractère inclusif, apaisé et libre des élections. »

La liberté d’expression, assure-t-il, doit être garantie avec la réouverture des médias fermés pour permettre la circulation de l’information.

Selon lui, la Communauté Est Africaine tient beaucoup au strict respect des échéances constitutionnelles pour éviter au Burundi de plonger dans un vide institutionnel.

Nestor Bankumukunzi, directeur de la télévision nationale, abondant dans le sens du président Pierre Nkurunziza fait remarquer à Richard Sezibera que la sécurité est bonne à plus de 99,9%. Par rapport à la commission mise en place par l’EAC, M. Bankumukunzi s’interroge sur les compétences de la Communauté pour rejeter l’arrêt de la Cour constitutionnelle burundaise.

En outre, d’après M. Bankumukunzi, ce n’est pas pour la première fois que des Burundais fuient leur pays : « En 1972, 1993, etc. des gens sont partis mais cela n’a  pas empêché la tenue des élections. On va attendre les réfugiés jusque quand ? »

Et le secrétaire général de l’EAC de répliquer que l’EAC n’a aucune intention de mettre en doute l’arrêt de la Cour. Toutefois, il rappelle que le Burundi est l’un des pays membres : « Il a souscrit à des textes qu’il a l’obligation de respecter. »

Quant à la question des réfugiés, Richard Sezibera indique qu’une délégation de l’EAC vient de visiter les camps des réfugiés burundais au Rwanda et en Tanzanie : « Ces centaines de milliers de Burundais que nous avons trouvés là, qu’est-ce qu’ils ont fui ? Et ces gens qui manifestent à longueur de journées, que revendiquent-ils ? »
Richard Sezibera lui rappelle de faire la part des choses car le contexte de 1972 diffère de celui d’aujourd’hui : « Des gens veulent participer aux élections, pourtant, le contexte sécuritaire électoral qui ne les rassure pas.» Et M. Sezibera d’annoncer le prochain sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de l’EAC pour une date à préciser car celui du 13 mai n’a pas abouti à des conclusions suite au coup d’Etat manqué.

  29   Vos commentaires
  1. Iswa

    Mbe bankumukunzi azoheza gusega ryari!burakeye tubirabe?mbere yiyise umuhutu baramutesha kugir’aronk’ibiti,ubu naho yemewa ko 99.9 haramahoro ir’ij’iwabo rizibiye,kw’iremb’iwabo n’iwe abantu birirwa baricwa?ut’umuns’ur’izina uzovyishura!

  2. Anatole NDUWAYO

    Mumbarize Sezibera, Mu Rwanda habaye amatora hari abanyarwanda bangahe inyuma y’igihugu?

  3. Gezaho

    Des experts!!!au burundi?je ne pense pas!on est expert parceque on te nome dans la fonction de l’Etat ou bien parceque tes etudes et tes experiences le prouvent!je doute fort que la cour constitutionnelle était formée par des experts!uhubwo des experts muguswaganya

  4. Poguyam Boukary

    Encore pour endormir le peuple. Déjà la cours constitutionnelle Burundaise est favorable à sa candidature sauf le vice-président de cette cours: voilà un homme honnête. Quelle expertise voulez vous chercher, corrompre des juristes? L’Afrique , j’ai honte de nos gouvernants.
    Pas de troisième mandant. Que Dieu bénisse le peuple frère du Burundi.

  5. Babwire

    Haha ! EWe Sezibera! Aho wobanza kuja guhanura Kagame ngo areke guhindura ibwirizwa shingiro, uhanura S.E P. Nkurunziza. Abirekuriwe n’amategeko?

    Abadashaka amatora, nibatureke twe twitorere. Amatora azoba neza cane. Na Concours yakozwe bavuza induru uko nyene. Nkurunziza arahangamye kuko arashigikiwe

    • Kuba ufise aba paysans bagushigikiye kubera bataronse amahigwe yo kuja kw’ishure ngo bace ubwenge ntibisigura ko uba ufise ukuri. Sinibaza ko hari umuntu azi ubwenge, azi gutandukanya icatsi n’ururo yoba ashigikiye 3eme mandat ihonyanga ibwirizwa-nshingiro ry’igihugu, kiretse ba nsumirinda, ba mpemuke-ndamuke.

      Ndi LOLOLO, umugumyabanga atari umugumyabondo.

      • lololo
        reka kugaya aba paysans,nta bwenge mubarusha ngo mwarize,none ko mubagaya ko aribo bamye bicwa hagize agakoma,nimba ataco bamaze bagiye bazira iki,politique y’igihugu cacu ntigoye,abanyagihugu barazi uwubatwara neza n’uwubahohotera,uwutabafise uzomubaze,il souffre pendant les élections!!!

      • nzobandora

        Abo ba paysans bashigikiye peter ni 90% de la population kandi ntubasuzugure kuko ntanumwe ugaburira, niba batize ni kubera i na u

  6. Bimbabampisha

    None abo ba experts bose bari hehe aho abantu b(tw)agasemerereye kuva kera… ?

  7. Bebe Doc

    Le fait son nom soit cité partout, semble lui plaire; ainsi l’histoire le retiendra. Il est temps qu’il mette de l’eau à la soif honteuse et inextinguible de se cramponner au pouvoir. L’orgeuil et la sagesse ne font pas bon ménage.

  8. Ewe Burundi we uracagwaje kabisa ! Pendant que les Burundais manifestent et font des dégâts pour les mandats, une réunion de CEDEAO en Afrique de l’ouest vient de rejeter la limitation des mandats.

    • Stan Siyomana

      @Ntahitangiye: « Une reunion de la CEDEAO en Afrique de l’Ouest vient de rejeter la limitation des mandats »
      Et ce n’est pas du tout etonnant que, des quinze etats-membres de la Communaute Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest -CEDEAO, ce soit le Togo de Faure Gnassingbe (qui vient d’etre elu pour un troisieme mandat) et la Gambie de Yahya Jammeh (ce lieutenant de l’armee qui vient de passer 20 ans 10 mois et un jour depuis son coup d’état du 22 juillet 1994) qui aient dit non/NIET a la limitation des mandats presidentiels.
      (Voir Roger Adzafo: « CEDEAO: echec du projet de la limitation du mamdat presidential »,www.africatopsuccess.com, 20 mai 2015).
      Mr ou Mme Ntahitangiye, vous ne souhaitez quand meme pas qu’en plein 21 e siecle, LE BEAU PAYS DE MWEZI GISABO devienne une dictature comme le Togo ou la Gambie.
      Merci.

  9. Stan Siyomana

    EST-CE VRAIMENT LOGIQUE/NORMAL d’affirmer que « LA SECURITE EST BONNE A 99,9% » quand :
    1. Plus de 100 mille citoyens burundais/BANYAGIHUGU NYARUCARI ont pris le chemin de l’exil;
    2. Une bonne vingtaine d’entre eux sont atteints de cholera dans les camps de refugies en Tanzanie;
    3. Les emissaires du pouvoir de Bujumbura n’ont pas pu convaincre les refugies burundais de rentrer des camps du Rwanda;
    4. Des milliers de manifestants decendent chaque jour dans la rue a cause du 3 eme mandat presidential;
    5. QUAND LES CITOYENS NE PEUVENT PLUS VACQUER A LEURS ACTIVITES DANS LA CAPITALE?
    Merci.

    • Stan Siyomana

      CE QUE UN EMINENT AFRICAIN ET VOISIN DU BURUNDI EN PENSE:
      Le docteur Salim Ahmed Salim (Secretaire general de l’Organisation de l’Unite Africaine (OUA) de 1989 a 2001; Premier ministre de la Republique Unie de Tanzanie de 1984 a 1985) vient de faire part de sa preoccupation sur la situation au Burundi:
      « …Il y a quinze ans, comme Secretaire general de l’Organisation de l’Unite Africaine, j’etais temoin a la signature des accords historiques de paix d’Arusha, en Tanzanie, qui promettaient/signifiaient la paix pour le Burundi après 10 longues annees de guere civile/after 10 gruelling years of civil war…
      J’avais le meme espoir de tous les burundais que les Accords de Paix et de Reconcilliation de 2000 (d’Arusha) allaient server de fondation pour la paix retrouvee..
      Avant tout, LE PRESIDENT DOIT RECONNAITRE QUE LES CONDITIONS POLITIQUES ET SECURITAIRES N’EXISTENT PAS POUR LE MOMENT DANS LE PAYS POUR AVOIR DES ELECTIONS PAISIBLES, CREDIBLES, TRANSPARENTES ET INCLUSIVES.
      Creer ces conditions favorales doit etre LA PRIORITE DU GOUVERNEMENT BURUNDAIS ET DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE.
      Puis, LE GOUVERNEMENT DOIT DEMONTRER SON ATTACHEMENT A LA DEMOCRATIE en respectant les lois de base de liberte d’assemblee et d’expression. LES MANIFESTANTS NE DEVRAIENT PAS ETRE MIS DANS LA MEME AMALGAME QUE LES PUTSCHISTES QUI ONT TENTE DE RENVERSER LE REGIME DE PIERRE NKURUNZIZA/Protestors must not be equated with the putschists who attempted to seize power… »
      (Voir Salim Ahmed Salim: « Burundi on the brik again: Only united regiona action will restore peace », http://www.theeastafrican.co.ke, 23 May 2015).
      Merci.

    • nzobandora

      100.000 /10.000.000 Ko ico giharuro hanyuma ureke gushikuza, iyo niyo democratie

  10. L'histoire est en marche

    Le départ de Nkurunziza est non négociable. We na karya kagwi ka ba courtisans nibavyumve une bonne fois pour toutes. Notre dignité ne sera jamais bradée. Ivy’amatora nayo ya le 5 juin c’est une vaste plaisanterie nico kimwe na barya bidigadiga ngo bari muri campagne électorale. He has to go NOW!!! Abo bo muri eac barashobora kumuronderera point de chute nibamugerageze. Pour lui it’s over.

    • Nduwubike Marie

      Mbega bankumukunzi Nestor… Kotumuzi neza….uwo ntabashavuze…ntanakimwe amaze…

    • Tu casse trop violemment.un peu de douceur tu sais dans la vie tout peut arriver.mais au fond je te comprend car tu y croissant tellement.ciurage, c’est ca la conviction.mais mais un peu de speed tout peut arriver.conseil d’un grand hahahaha.un peu d’houmur ….,

  11. Congera Athanase

    De quelle messe s’agit-elle pour les experts en droit?, quelle expertise et dans quel domaine  » le droit constitutionnel ou le droit de violer la loi ». Qui même un enfant de l’école primaire est incapable de faire la différence entre le mode de scrutin et la limitation de mandats. Une exception faite au mode de scrutin n’a pas été faite au niveau de la limitation des mandats. Un mandat que celui qui l’exerce d’une façon effective après avoir été élu par le parlement a les mêmes prérogatives que celui élu au suffrage direct. Le sportif a exerce le premier mandat au même titre que le second et la limitation est a 2.

    Si l’exception avait été prévue par le législateur en ce qui de la limitation, elle ne porterait pas seulement au mode de scrutin mais clairement sur les deux. Ce qui n’a pas été prévue relève de l’imaginaire. Cette messe est une spéculation.

    • king salomon

      Moi j’ai fais plus que l’ecole primaire mais j’ai de la difficulte a croire qu’il ne nous a pas dirige de 2005 a maintenant.
      Mode d’elections,il ya des burundais qui n’ont vote ni en 2005 ni en 2010 mais ils n’ont pas manque d’avoir un President.
      Le reste c’est de la politique.

  12. Janvier M.

    La candidature irrégulière de Nkurunziza suit apparemment le cours normal des choses comme si de rien n’était. Pour le Peuple burundais et la Communauté internationale qui le soutient, il est maintenant question de donner UNE DATE BUTOIR à NKURUNZIZA d’arrêt définitif de son sarcasme et surtout de renoncer à sa candidature inconstitutionnelle sans quoi il devrait y être forcé à la fin du/de son présent mandat et dernier des légitimes requis. Il n’y a plus de légalité dans cette affaire mais de l’éligibilité de Nkurunziza devenu lui-même objet par-dessus tout de tous les dégâts en cours au Burundi! Sa candidature divise, sa candidature massacre, perturbe, désorganise, martyrise des citoyens innocents, paralyse tout, muselle tous les médias, incendie tout, insécurise et traumatise la population, dites-moi alors où résiderait la légalité de cette candidature au Burundi? Personne ne hait Nkurunziza mais sa candidature est devenue insupportable voire indigeste pour tous sauf évidemment pour des inciviques, désolé pour le terme, on en est là, il doit partir !!!…

  13. Quand un peuple est dans la rue pour contester, ca ne veut pas dire que tout le monde conteste, il faut se mettre en tete qu’un autre peuple soutient sa candidature. D apres moi les deux « peuples » ont tous raisons. Le premier dit que NKurunziza vient de faire deux mandats VRAI et l’autre dit qu’il a vote directement Nkurunziza une fois.VRAI aussi.le reste n’est que argumentaire.Pour moi la faute est aux hommes de droit burundais et etrangers qui veulent

    • Garder les gens dans le doute parceque eux aussi ne savent pas quoi faire quand deux parties se chamaillent et ont raison.INHabituelle et Jamais peut dans leurs carrieres.

  14. Je m’adresse à Monsieur BANKUMUKUNZI qui dit que ce n’est pas le première fois que les burundais fuient leur pays en faisant référence aux années 1972 et 1993. Je peux lui demander si dans ces années le Burundi se préparait aux élection? Je pense non. En 1972 il n’y avait pas les élections. En 1993, les burundais avaient fuit suite aux événements qui ont endeuillé notre pays après les élections démocratique.Il faut éviter cette mauvaise attitude de confondre les chose de ce parti au pouvoir: Modes d’élection et les mandats…. Actuellement, parmi les gens qui ont quitté le pays plus de 110.000 personnes la majorité fait partie du fichier électorale car ils se faisaient enrôlé, pourquoi BANKUMUKUNZI et son parti politique CNDD-FDD veulent les priver leur droit? Pour moi la réponse est simple: Monsieur NKURUNZIZA rennonce le 3ème mandat, la paix revient, les réfugiés se rapatrient et les élections continuent. Il y a le slogan scandé par les CNDD-FDD en disant qu’il y a ce qui ne veulent pas les élections. Moi je c’est bel et bien ce parti qui ne veut pas les élections, car il a présenté sciemment la Candidature de Pierre NKURUNZIZA tout en sachant que la constitution et les Accords de Paix d’Arusha ne lui autorisent pas. Que les juristes de l’EAC ne tombent pas dans le même piège que la Cour Constitutionnelle Burundaise.

  15. Wise

    Soyez courageux chers presidents de l’ EAC . Pierre Nkurunziza a signe l’ accord sans le vouloir. NYAMITWE WILLY je sais que tu va lire mon message . Umbwirire Peter ko jewe inababiri nda (…) censuré car pouvant être considéré comme une insulte naho ntamuvyaye. Le sang des burundais azo (…) censuré. Il ne vaincra jamais le peuple burundais.

    Courage chers manifestants . Vous avez faim et soif while peter et sa clique se soule du champagne . Dieu est avec vous.
    Rappel du modérateur: Restez mesuré dans vos propos SVP

  16. Theus Nahaga

    Si Nkurunziza veut négocier le droit de partir ou bon lui sembler, on peu négocier. Mais si Nkurunziza veut négocier le droit de se porter candidat aux élections, alors le non est catégorique.
    On nous a tué et canardé, on a détruit des infrastructures, on a violé nos textes fondamentaux. Dans ces conditions négocier pour que Nkurunziza puisse avoir la moindre chance de se faire élir président est une absurdité.
    Que les experts juridiques le sachent, nous ne pouvons plus accepter une interprétation fantaisiste de notre constitution: Deux mandats de cinq ans chacun. Puis on s’en va.
    Nkurunziza dans les conditions actuelles doit être mis en accusation de putsch, d’intimidation de crimes contre l’humanité. Tout le programme. Qu’il soit envoyé à Arusha ou à la Haye pour y être jugé comme Tyalor de triste mémoire, comme Bemba, comme les autres criminels de son espèce.

    • Et si c etait pas lui seul qui veut rester.il a du soutient vu les deniers evenements, il faut avoir un plan de sorti si non,tout droit dans la guerre.un conseil:ntuzosemere umwansi wawe munzu yawe utu Ngaho ngaho uzohava usanga ukanze nabari munzu yawe.

      • Intabwigwa ibwirwa nuko amaso atukuye!qu il continue a tuer son peuple! Il va en repondre!!les references sont nombreuses! Qu il se souvienne de khadafi, Bagbo, Mubarak et autres! C,est son tour qui arrive!!

        • NDUWAYO ulie

          TURAKUNZE KUBONA KO ABANTU BESHI BAKUNDA KWUMVIRA IMPANURO Z’ABAVYEYI CANE CANE BA MAMAN BABO NONE MURATUBWIRIRA ABAMWEGEREYE BAZOMUSABE AZOJE KUBAZA URYA MAMAN WIWE W’I NGOZI YUMVE IJAMBO RYA NYUMA YOMUHANURA KUKO NDI SURE Y’UKO IVYO BIRIRWA BARAVUGA KU MWANA WIWE BIMUTUNTUJE GUSUMBA ABANDI BOSE.

Publicité