http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/Mail-Room-VA-7dec.pdf
Droits Humains

Droits de l’Homme : plus de 1.000 arrestations depuis 26 avril

30-06-2015

C’est le bilan dressé par l’Association pour la protection des droits de l’homme et des personnes détenues (Aprodh), lors d’une conférence de presse de ce mardi 30 juin, à Bujumbura.

Pour Pierre Claver Mbonimpa, la Communauté Internationale doit se saisir des cas de traitements inhumains faits dans certains cachots de la documentation

Pour Pierre Claver Mbonimpa, la Communauté Internationale doit se saisir des cas de traitements inhumains faits dans certains cachots de la documentation

« Ces personnes sont soit accusées d’avoir pris part aux manifestations, soit d’inciter au boycott des élections, tandis que d’autres sont enlevés dans les quartiers contestataires ou à l’intérieur du pays », déclare Pierre Claver Mbonimpa, président de l’Aprodh.

Ce qui est révoltant, poursuit-il, elles sont détenues dans des conditions inhumaines, loin de leurs familles et ne sont pas jugées. Il note que les personnes arrêtées à l’intérieur du pays sont transférées clandestinement vers d’autres lieux de détention. Or, explique-t-il, la loi précise que toute personne arrêtée a le droit de prendre connaissance du motif de son arrestation et de bénéficier des visites de sa famille.

Ici, il donne l’exemple d’une personne arrêtée à Mugongomanga ou à Ijenda et qui est transférée à Rubirizi dans la commune Mutimbuzi, province de Bujumbura. Dans ce cas, précise-t-il, « sa famille ne saura jamais où la trouver».

Pire encore, déplore-t-il, d’autres personnes arrêtées sont directement transférées dans des cachots du Service national de renseignements (SNR) : « Là, elles subissent des tortures, elles sont malmenées. Et en cas de visite des agents de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) ou d’autres œuvrant dans le secteur de la protection des droits humains, elles sont cachées », affirme-t-il, regrettant le fait que le personnel de l’Aprodh n’a plus accès aux différents lieux de détention pour mieux identifier des cas d’emprisonnements illégaux, de tortures, etc. Signalant qu’il y a des arrestations pour des mobiles politiques, Pierre Claver Mbonimpa alerte la Communauté internationale de se saisir de tels cas afin que ces mauvais traitements s’arrêtent.

Contacté par téléphone, Télésphore Bigirimana, porte-parole du Service national de renseignement (SNR) affirme que ces cas de tortures n’existent pas. Par ailleurs, poursuit-il, des visites du personnel de la CNIDH sont quasi permanentes ainsi que d’autres organisations des droits de l’homme. « Il faut que Pierre Claver Mbonimpa donne des cas concrets, les dates ainsi que les auteurs de ces traitements inhumains », conclut-il, signalant que même l’Aprodh peut effectuer des visites dans les cachots du SNR sans problèmes.

  9   Vos commentaires
  1. Inyankamugayo

    twarabonye akakurimwo sha. Gushaka kwica umukuru w’igihugu! Uburundi burimwo imbabazi kubona utarafungwa, kandi ntavyo ndakwifurije mutama ahubwo ndakwifurije kumenya Imana niho uzomenya inzira irashe ufata.

  2. uko vyoba bimeze kose ntanumwe arekuriwe kuzimanganya ubuzima bwa mugenzi.

  3. Uwo mutama avuga ivyo bamubariye atazi iyo bija niyo bivuye, naje muri pension areke abakiri bato bakore akazi gategetswe n’iyo association(Aprodh) batohoje neza cane ivyo bavuga. Mbega mu ma associations nta limitation yi mandat ya président iriho ?

    • Prosper

      Good point. I never thought of that. There must be some term limits in APRODH or any other organisation. Let those who preach be a good exemple. I grew up hearing that name Mbonimpa. Is he appointed king in APRODH ?

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @NTAHITANGIYE,
      Généralement dans ce forum, on débat, on expose ses opinions, on partage ses idées mais on ne vient pas y raconter des fariboles comme vous le faites à propos de Mr MBONIMPA déjà honoré par plusieurs prix internationaux et que Barack OBAMA a cité dans son discours de Septembre 2014 à l’occasion de l’Assemblée Générale des NU ce qui a accéléré sa libération des geôles de Mpimba. Alors, cher internaute, cessez de plaisanter car ce n’est pas le moment au Burundi où la situation s’aggrave chaque jour et où personne ne voit l’horizon avec un Président de la République qui pratique la politique de l’autruche, n’écoute personne et ne voit surtout pas qu’il est complètement isolé et entrain d’hypothéquer l’avenir des millions de Burundais qui n’en avaient pas besoin après tout ce qu’ils ont vécu ces 20 dernières années..! Alors, débattez, donnez des idées mais cessez de plaisanter s’il vous plait…..!!! Vos propos sont autant ridiciules qu’irreflechis…!!

      • Prosper

        @RUGAMBA RUTAGANZWA
        I do not really get your point here. Just because another human being talked about Mbonimpa does not make him perfect or uncriticisable. We need to know how many terms did he accomplish in his APRODH. He is not a king there. When we talk about democracy, we do not only think of government . Every institution you can imagine for example school, organisations, enterprises, families …. you can’t be a dictator dad in your family and cry for injustice from the authorities . Burundi problem is a resolvable equation. In the world , every one pursues his own interest. Those people around the world most of them were supporting those trouble makers based on rumors and they were expecting too much from them. But for sure Burundi can offer them double than what those chaos spreaders can offer. Burundi is becoming stronger. it is a gold being refined. All those around the world will come back to Burundi soon. Do not think Burundi is isolated at all. Very soon it is going to be a respected country. It is going to be the leader of Africa.

  4. Viator

    Non mr Bonimpa le travail de l’aprodh s’est arrete le jour mwagiye muri groupe igwanya le 3 mandat .Il faut etre sincere et laisser cette place a quelqu’un d’autre, Vous resterait simple membre de votre association muga « imigere ibiri ntitereka ».Desole pour un si beau travail gacher pour si peu

  5. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Nous sommes dans le Royaume des ténèbres et de la violence où le la loi du plus fort est la meilleure..! Dans ce genre de siatuation, on parle simplement de République babanière…!!

  6. GACIYUBWENGE

    Igisigaye sinzi ic’ari co, kuko jewe mbona abantu bari en conflit batakiri ku ma ondes amwe. Rero nibaza ko aha ibivugwa vyose uruhande rumwe rutacumva la logique ‘ukuntu isi isigaye imeze. Abo rero nibaza ko hakwiye ubundi buryo bwo kuvugana nabo. A BON ENTENDEUR SALUT.

Publicité