Samedi 13 août 2022

Société

Violences faites aux femmes : une répression disproportionnée ?

01/12/2021 Commentaires fermés sur Violences faites aux femmes : une répression disproportionnée ?
Violences faites aux femmes : une répression disproportionnée ?
Alice Emilie Ntamatungiro pense que le législateur a voulu protéger la dislocation des familles.

« La loi sur la répression des violences basées sur le genre est moins sévère par rapport à celles économiques et psychologiques », a reconnu Alice-Emilie Ntamatungiro, cadre au ministère de la Justice. C’était dans un café de presse organisé par le ministère en charge des droits de l’Homme ce mardi 3o novembre 2021.

« Alors que le viol peut être puni jusqu’à une peine de perpétuité, les violences économiques sont punies d’une amende de 20 mille à 100 mille BIF seulement ».

Pour les violences psychologiques, poursuit Alice-Emilie Ntamatungiro, l’auteur est passible d’une peine de prison d’un mois à deux ans. Les amendes varient de 50 mille à 100 mille BIF.

Cette juriste pense que le législateur a voulu protéger la dislocation des familles. « Peut-être, il a trouvé aussi que ces crimes n’ont pas la même gravité ».

Or, regrette Dr Théophile Bigayi, ces crimes ont des conséquences très néfastes sur la vie et la santé physique des personnes. « Les violences psychologiques contre une mère enceinte se répercutent sur l’intelligence de l’enfant dans l’avenir », a-t-il rappelé.

Ce cadre du Programme national de la Santé et de la Reproduction au ministère de la Santé publique fait savoir que les douleurs psychiques sont à l’origine des maladies physiques difficiles à traiter. « La victime se fait soigner dans différents hôpitaux sans pouvoir guérir ».

Pour rappel, les violences basées sur le genre se résument à cinq à savoir le viol, les violences psychologiques, économiques et physiques. « A ces types de VBG, s’ajoute le meurtre, conséquences de ces 4 crimes », a indiqué Donatienne Girukwishaka, directrice générale de la promotion de la femme au ministère des Affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

En panne

Pardon. Ce jeudi, quand je me suis assis pour rédiger l’éditorial de la semaine, j’ai eu comme un vide, une sorte de syndrome de la page blanche. Vous savez, cette impression de ne plus savoir quoi dire. Je me suis (…)

Online Users

Total 1 019 users online