Vendredi 24 mai 2024

Société

Université du Burundi : les délais d’accueil dans les résidences universitaires sont prolongés

02/06/2015 16
Le campus Mutanga toujours désert
Le campus Mutanga toujours désert

Le recteur de l’UB, Gaspard Banyankimbona, annonce, dans un communiqué sorti ce mardi 2 juin, que les délais d’accueil des étudiants dans les résidences universitaires, initialement clôturés le 28 mai, sont prolongés jusqu’au samedi 6 juin. Il demande également aux doyens des facultés d’afficher les horaires des cours à partir du 4 juin.

Signalons que tous les campus de la capitale sont toujours désertés, malgré cet appel. Interrogés, quelques étudiants affirment qu’ils ne peuvent pas regagner les amphis tant que la sécurité à l’intérieur et aux alentours des campus n’est pas garantie. « Les policiers ne nous inspirent plus confiance », confie l’un des étudiants du campus Mutanga.

Forum des lecteurs d'Iwacu

16 réactions
  1. Rumson

    Regagner les homes??Pourquoi s’y ont-ils été chassés?Pour des raisons de sécurité,disaient-ils.Revenez tout est calme;la sécurité n’est plus un problème pour la communauté estudiantine!Pourquoi se moquer des gens?Monsieur le Recteur de l’UB, habitez-vous où?Je devine que vous avez un domicile très loin de la capitale Bujumbura;sinon vous avez perdu la tête.Est-ce que vous,Monsieur le Professeur d’Université,vous vous présentez régulièrement dans votre bureau, question de régler quelques affaires courantes de l’institution dont vous avez la charge.
    Certes, votre poste est cher pour vous et vous voudrez le préserver à « tout prix »,je vous accorde le bénéfice du doute.Mais alors,gober tous les canulars, ce n’est pas digne d’éminent professeur de votre rang!Militant ou pas, à mon humble avis, votre profession devrait primer sur le militantisme politique.De grâce, ressaisissez-vous et prenez le taureau par les cornes.

  2. Un ministre de l’enseignement supérieur qui ferme lui-même l’unique université publique, nn ninistre de l’enseignement primaire et secondaire qui refuse de modifier le calendrier scolaire même si les enfants de la capitale ne sont pas à l’école pour pratiquement tout un trimestre, un Président de la République qui cammandite un coup d’Etat pour nettoyer (kumesa) ceux qu’ils n’aiement pas, un Conseiller Principal du Président de la Républqie qui pratiquement a pris la place de son chef en faisant nommer au Gouvernement son frère et d’autres personnes ayant certains liens parentaux ou d’amitié avec lui, une assemblée nationale qui ouvre une session ordinaire alors qu’elle a déjà terminé son mandat, des agents publics qui organisent une insurrection en pleine messe en vue d’assassiner un Archevêque (heuseusement qu’ils ont échoué) , etc. Tout cela ne peut se passer que dans la République des Tambours, là où on tape sur n’importe quoi et n’importe qui sans beaucoup de raisonnements.

    Ndi LOLOLO, Umugumyabanga atari umugumyabondo.

    • MINANI

      Une très bonne analyse et relecture des événements qui montrent que le pays ne va pas, et avec raison. Sauf que tu oublie de mentionner les organisateurs des manifestations qui brûlent les gens avec des pneus, qui brûlent les voitures et motos des simples citoyens, qui empêchent les paisibles gens d’aller au travail ou au marché, qui font sortir des élèves pour les empêcher de passer le concours national, ….Un simple oubli? ça m’étonnerait!!! Cela montre que toi-même, ou moi-même, nous ne sommes pas différents des autres. Seulement, notre pays va mal sur tous les plans.
      Pour ces étudiants, nous comprenons tous qu’ils sont en difficultés. Mais alors, EST-CE RESTER DEVANT L’AMBASSADE AMERICAINE qui est plus dignitaire et sécurisant? (A moins qu’ils obtiennent l’asile sinon ils finiront par quitter les lieux. Du temps de Buyoya, il y avait la guerre, et des étudiants étaient envoyés au front par force (SMO). D’autres n’étaient-ils pas à l’Université?
      Il y PROBLEME oui. Mais, reconnaissons aussi qu’il y a MANIPULATION POLITIQUE de ces étudiants!!!!

    • NN

      erega si tu je veux pas étudié, laisse les autres étudiés sinon l’année risque d’être blacnhe!!!!!

  3. kibwa jean

    Il les appelle pour les canarder non! On a longtemps parlé des républiques bannières. Maintenant il faudra inventer autre chose car au Burundi nou sommes profondément en dessous de cette république là, peut être il faut dire du Burundi la républiques patates douces!!!!

  4. kimeneke

    Mureke hagende aba dd sinon barabamesa mwibuke ivyashitse ibutare en 1994

  5. Nusu

    Que ça soit un regime d’un hutu ou d’un Tutsi, c’est toujours la même chose

    • Mn

      Bari banirukaniye iki ? Ko bavuga ko ari kubera umutekano muke, est que ubu hari icahinduste ?

      • MINANI

        None bahebe ishure ko atanumwe azi igihe uwo mutekano wabo uzogarukira?

    • kello

      Franchement votre façon de détourner le problème burundais actuel est indigne de quelqu’un qui appartient à l espèce humaine!!!Cette histoire ethnique personne n y croira, sauf ceux qui veulent en tirer profit, je constate que pleins de hutu frondeurs sont trop broyés intérieurement, surveillés 7jours sur 7, 24heures sur 24!!!!
      None Peter yoba Ari un super Hutu irremplaçable? Pauvre Burundi!!!!!!

    • NN

      No kuri regime ya BUYOYA c’était les mêmes histoires kuri campus du Burundi, en tout cas les grands perdants sont les universitaires!!!!

  6. kuri

    Aux étudiants: l’ éducation/ niveau universitaire est de plus en plus recherchée sur le marché du travail tant national qu’ international!!
    Qui vous dira le contarire sera considéré/e comme cotre ennemi!! ALLEZ PRENDRE VOS SYLLABUS SVP!!

    • Yves

      De quel droit proférez-vous des menaces ? De quel droit demandez-vous aux étudiants de mettre en danger leur intégrité physique ? Si cette instabilité vous déplait, plaignez-vous auprès de votre Président ! sans son acharnement aveugle et suicidaire à vouloir un troisième mandat à tout prix, on en serait pas là aujourd’hui…

    • Kirinyoya

      Et ces chômeurs qui viennent de passer des années sans trouver du boulot alors qu’ ils ont terminé l’université. Il faut d’abord résoudre le vrai problème. La suite sera meilleure.

    • tohoza

      Nivyo ukwo n’ ukuri! si les profs sont là la balle se trouve Chez nous étudiants, twebwe niyo tuba kandi twaje tuva hamabvu ya ambassade USA turyama nabi UbU umuntu araryama agasinzira!! Turiko turasaba ko tworonka position militaire ngaha ku mutanaga.

      • MINANI

        Au moins vous vous avez eu de bonnes idées! Erega iyi situation ishobora kumara imyaka !!!! None muzoca muheba ishure? N’igihe hari guerre civile abanyeshure bariga quand même!! Il revient à vous les étudiants d’évaluer le niveau de sécurité vous-mêmes et non écouter les politiciens de tout bord qui veulent vous instrumentaliser pour des fins personnelles. Un étudiant de l’Université est différent d’un élève du Collège. Courage et Bonne chance dans vos recherches. Peut-être qu’un sauveur de la Nation est parmi vous!!!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 5 362 users online