Vendredi 12 juillet 2024

Politique

Un langage polarisant, source de malheurs

26/12/2019 Commentaires fermés sur Un langage polarisant, source de malheurs
Un langage polarisant, source de malheurs
Au nord de la ville de Bujumbura en 2015 : Quand les jeunes de la zone Kamenge voulaient descendre en découdre avec ceux de la zone Ngagara

Utilisé surtout en période électorale, un langage polarisant conduit à la violence de masse s’il n’est pas dénoncé.Les jeunes interpellent les politiciens à faire preuve de responsabilité pendant les échéances électorales de 2020.

«Violence de masse, génocide, violence physique, déchirements, affrontements déstabilisation de la société, isolement», sont entre autres  les conséquences d’un langage  polarisantselon les jeunes rencontrés. Ce langage prend notamment la forme de  stéréotypes, de préjugés, de stigmatisation, d’accusations, d’insultes, …

Pour ces jeunes,  il se crée un climat de méfiance. La cohésion sociale est mise en cause. Les gens sont indifférents à la souffrance des autres simplement par le fait que les victimes n’ont pas la même idéologie. Il est plus grave à l’approche d’une élection quand il est question de séduire un électorat devenu « radicalisé et sectaire ».

Jean Kabura est un jeune habitant l’un des quartiers de la ville de Bujumbura, dit « contestataire».  Vêtu de pantalon noir et une chemise bleue, longue manche, il garde un souvenir amer de 2015. Pour lui, les discours polarisants nourrissent  un sentiment de culpabilité mais aussi de vengeance.

Il explique que les manifestations contre le ’’troisième mandat’’ du président Pierre Nkurunziza ont nourri un sentiment de polarisation entre quartiers sous l’impulsion de certains politiciens.

«Presque dans tous les discours des autorités à l’endroit des quartiers dont les habitants ont participé activement aux manifestations,  étaient considérés comme repères des traitres, ennemis du pays depuis longtemps. Cela a créé la psychose», s’est-il rappelé avec regret.

«La globalisation crée un sentiment de méfiance »

Même sentiment de désolation pour Didas Ndayisaba, jeune de Kamenge. «Selon les idées reçues, il m’était impossible de passer dans le quartier Cibitoke. Ce dernier était considéré comme une base des criminels et j’en étais convaincu. Malheureusement, même les jeunes de Cibitoke nous traitaient de la sorte», déplore-t-il. Et d’ajouter : «Cette globalisation créait un sentiment de méfiance pouvant  conduire à la violence de masse ».

Claude Nitunga, lauréat de l’Université du Burundi revient à la genèse du génocide comme conséquence du langage polarisant. «Ce n’est pas un phénomène qui arrive du jour au lendemain ou sans signes précurseurs. Un génocide suppose de l’organisation et constitue en fait une stratégie délibérée, qui, le plus souvent est mise en œuvre par des gouvernements ou par des groupes influenceurs de l’appareil étatique ».

D’après ce bachelier, Il est important de comprendre comment un génocide survient et  reconnaître les signes qui conduisent à ce calvaire. «L’un des signes les plus évidents est le discours de stigmatisation, polarisé que certains leaders manipulent pour dresser les communautés  les unes contre les autres. Des bons à soutenir et  à protéger, des mauvais  à combattre ou à faire disparaître».

N.K, un jeune de la zone Musaga, au sud de la ville de Bujumbura, met en cause la nature humaine qui, pour lui est égoïste. «Considérer le côté positif d’un autre groupe ou ses membres devient difficile. Mais, il est plus aisé de le traiter de tous les maux. Il devient pour lui, source des malheur.» Et de préciser « la nature aime accuser l’autre. Voilà ce qui nourrit les antagonismes de tout le temps».

Ils convergent sur l’importance de ne pas considérer un adversaire politique comme un ennemi pour une bonne réussite des échéances électorales de 2020. Et de marteler : « Par contre, chaque parti doit  défendre son projet de société d’une façon honnête pour l’intérêt général. Il serait indigne que certains citoyens se sentent humiliés, blessés, opprimés ou lésés »,avertissent ces jeunes.

«Par contre, il faut unir nos efforts pour bâtir un monde de paix, une communauté humaine fière et libre dans un environnement apaisé», ont-ils conclu.

Utilisé surtout en période électorale, un langage polarisant conduit à la violence de masse s’il n’est pas dénoncé.Les jeunes interpellent les politiciens à faire preuve de responsabilité pendant les échéances électorales de 2020.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 005 users online