Culture

Triste et beau

19/05/2019 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Triste et beau

La collection « Témoins » des Editions Iwacu vient s’enrichir d’un autre livre instructif et émouvant.

Dans la mémoire collective burundaise, « 1972 » évoque « l’Ikiza » subi par les Hutus. Selon les historiens, les tueries ont démarré par le massacre des Tutsis dans le sud du pays.

Cette année-là, Novat Nitunze est un jeune séminariste de 14 ans. Quand il rentre pour les vacances, il découvre l’horreur : son père, plusieurs membres de sa famille, des amis, des voisins, tous Tutsis, ont été massacrés. Il ne reconnaît plus son Bukurira natal dévasté.

Novat Nitunze ne se prétend pas historien ou analyste politique. Son témoignage est limité sur une région et sur une période. Et c’est justement son intérêt. Dans ce livre, il raconte simplement ses souvenirs, son enfance paisible dans un paysage bucolique avec ses collines et vallons qui ressemblent à la campagne helvétique, mais aussi les récits des rescapés qu’il a recueillis des années plus tard.

C’est un livre triste et beau. Triste, car il raconte l’horreur, le déferlement de la violence, la peur, la haine. Mais il est beau aussi : c’est un hommage d’un fils à ce père assassiné et jeté dans la brousse, à tous ces justes, ces voisins hutus qui ont refusé de tuer, qui ont caché des Tutsis traqués. Il évoque aussi des Tutsi qui protégeront plus tard des Hutus pourchassés. Ces hommes et femmes qui n’ont pas sombré dans la haine de l’autre.

Aujourd’hui, ingénieur en électronique et informatique installé aux Etats-Unis, Novat Nitunze n’a rien oublié. Pourtant, malgré ce drame qui l’a fortement marqué, il prône la paix et la réconciliation, mais sans occulter la vérité sur ce passé horrible. Tel est le message essentiel de son témoignage émouvant et profondément humain. Un livre à lire absolument.

Vous pouvez commander l’ouvrage directement ici sur le site ou sur la plateforme AMAZON


Virement bancairePaypal

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 247 users online