EN

Société

Trafic humain à Rutana : Les passeurs de Rongero condamnés

18/09/2020 Cressia Dushime Commentaires fermés sur Trafic humain à Rutana : Les passeurs de Rongero condamnés
Trafic humain à Rutana : Les passeurs de Rongero condamnés
Me Prime Mbarubukeye appelle les autres juridictions à s’inspirer du verdict rendu par le Tribunal de Grande Instance de Rutana.

Le tribunal de Grande Instance de Rutana a rendu son verdict ce mardi 15 septembre dans l’affaire des trois trafiquants d’enfants interceptés sur la colline Rongero en commune et province Rutana. Ils avaient été arrêtés le même jour alors qu’ils transportaient, avec eux, 16 enfants en provenance de la commune Bugendana de la province Gitega.

L’Observatoire national pour la lutte contre la criminalité transnationale (ONLCT) se dit satisfait de la condamnation par le Tribunal de Grande Instance de Rutana des passeurs d’enfants vers la Tanzanie. Dans un communiqué de ce vendredi 18 septembre, son président, Me Prime Mbarubukeye appelle les autres juridictions à s’en inspirer et ce, en vue d’éradiquer la traite des enfants.

Onesphore Kirimwabagabo, exploiteur, a été condamné à 7 ans de servitude pénale. Quant à Aimé-Acquilas Keziyera et Dieudonné Manirakiza, passeurs, ils ont été condamnés à 3 ans de servitude pénale. Selon le défenseur des droits humains, cette sentence  démontre à quel point le tribunal a pris « le taureau par les cornes » et a réprimé « une barbarie humaine avec célérité ».

Pour rappel, 16 enfants et leur transporteur, du nom d’Aimé Acquilas Keziyera, à bord d’un véhicule Toyota Hiace vers la Tanzanie, ont été interceptés par la police, en mission de contrôle routier. C’était le mardi 15 septembre, vers 11h, sur la colline Rongero en province de Rutana.

Pour Me Mbarubukeye, tous ces enfants, en provenance de la colline Cishwa, commune Bugendana, dans la province de Gitega, ont été victimes du trafic humain, à des fins d’exploitations. Ce défenseur des droits humains soutient que c’était sous le commandement d’un nommé Onesphore Kirimwabagabo âgé de 41 ans, résidant sur la même colline.

Le président de l’ONLCT interpelle les autorités à initier des politiques permettant aux jeunes d’accéder à l’emploi et surtout à promouvoir des activités visant la prévention de la traite des enfants.

 

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 577 users online