#FREE
EN

Société

Grogne chez les cabaretiers et les chanteurs de karaoké

18/09/2020 Alphonse Yikeze Commentaires fermés sur Grogne chez les cabaretiers et les chanteurs de karaoké
Grogne chez les cabaretiers et les chanteurs de karaoké
En cas de fermeture des karaokés, les journaliers seront les plus touchés.

Les tenants des bars-restaurants qui font de l’animation musicale durant la nuit et les chanteurs Karaoké manifestent leur amertume après que le ministère de l’Intérieur ait interdit « le tapage nocturne » dans une circulaire publiée ce 16 septembre.

« Si les heures de travail diminuent, suite notamment à la suppression des karaokés, les employés en seront les premiers impactés. Leur nombre va forcément diminuer car il n’y aura plus rien à faire pour beaucoup d’entre eux », dit tristement U.K, gérant d’un bar dans la ville de Bujumbura.

U.K ajoute que les journaliers sont les plus vulnérables face à cette situation.  « Ils vont être les premiers à partir mais au fil du temps, même les permanents seront licenciés et la pauvreté va frapper beaucoup de familles ».

M.P, un chanteur karaoké contacté manifeste aussi son inquiétude : « Ce métier de karaoké nous fait vivre, nous permet de nourrir nos familles, à moi par exemple, cela m’a permis de payer mes études ». Et d’ajouter que ce sont des familles entières « qui vont se retrouver à la rue ».

Ce chanteur de Karaoké demande aux autorités de fixer les heures de clôture des chansons karaoké pour leur permettre de poursuivre leur métier.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 197 users online