Lundi 12 avril 2021

Économie

Tout un mois sans électricité à Rugombo

04/05/2017 Jackson Bahati 7

Les consommateurs du courant se lamentent suite à cette situation qui bloque leurs activités. Ils demandent à la Regideso de trouver une solution à ce problème.

Une agence de banque fermée faute d'électricité
Une agence de banque fermée faute d’électricité

Toutes les activités semblent paralysées suite au manque du courant électrique. Ce sont notamment les couturiers, les propriétaires des moulins, les coiffeurs, les vendeurs des téléphones mobiles, les propriétaires des pâtisseries, les banques, qui affirment accuser un manque à gagner.

Les soudeurs qui ne disposent pas de groupes électrogènes précisent qu’ils ne sont pas à la hauteur de pourvoir aux besoins de leurs familles. « Des fois, l’on passe toute la journée sans rien manger à cause de ce problème », affirme un jeune soudeur. Par ailleurs, il prévoit même de quitter cette province et s’installer dans une localité qui n’enregistre pas des coupures incessantes du courant électrique.

Cette situation présente des répercussions sur l’économie de la province Cibitoke. Les prix des denrées alimentaires ont été revus à la hausse. Les propriétaires des moulins ont décidé d’augmenter le prix à cause du carburant devenu rare. Suite à cela, un kilogramme de farine de manioc se vend à 1600 Fbu au lieu de 1200 Fbu. Celui du riz s’achète à 2000 Fbu au lieu de 1500 Fbu avant cette période du manque du courant électrique.

L’administration impuissante

« Nous ne sommes pas à mesure d’apporter des solutions à ce problème », affirme l’autorité communale à Rugombo. Elle se dit très touchée par cette situation qui met à genou le développement communal.
Cependant, elle souligne qu’il va soumettre le problème au ministère ayant en charge l’Energie et Mines.
L’administration demande à la population de faire preuve de patience en attendant les mesures qui vont être prises par le ministère.

Le chef d’antenne de la Regideso dans cette province se dit aussi très préoccupé de cette situation. Il affirme qu’il va en parler avec son supérieur pour que le courant électrique soit disponible dans cette province.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Mafero

    Comment se fait-il que dans un pays où il n’y a ni éléctricité (les sources sont variées: éolienne, solaire, géothermique…) ni carburant on continue à avoir un ministère dit d’ “Energie”?

    • Bakari

      @Mafero
      L’énergie est diverse; même les calories nécessaires pour taper sur votre clavier constituent de l’énergie. Il en est de même du charbon de bois nécessaire pour faire votre barbecue, ou pour cuisiner vos succulents plats. (C’est du 2nd degré bien sûr, mais l’énergie reste problématique pour les pays peu nantis)!

      • Mafero

        @Bakari: Mes félicitations quand même pour ce chef d’antenne de la REGIDESO à Cibitoke ainsi que les employés d’une Banque de la place qui vont empocher un salaire de ….FBU pour le mois, sans rien faire!

        • jean marc burundi

          ko mpora numva muvuga ngo ibibazo abarundi mufite ni urwanda, none n’icyibazo c’umuyaga nkuba ni urwanda ? murateye isoni……..

          • Congo

            @ jean marc, tu veux te moquer mais les millions de rwandais dans les forêts du Congo ont de l énergie ? Laissez les Burundais régler leurs affaires. Vous avez aussi à faire.

        • Akabanga

          @Mafero
          Pour les banques je ne pense pas qu’ils restent assis. Ils allument des groupes électrogènes.

          • Mafero

            @Akabanga: C’est donc pour me dire qu’à Cibitoke on fabrique du carburant pour alimenter ces groupes éléctrogènes alors qu’à Bujumbura, la Capitale, on en manque?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 437 users online