Vendredi 07 octobre 2022

Société

Test de niveau des enseignants:« Il ne s’agit nullement d’un test pour renvoyer les faibles »

04/02/2022 3
Test de niveau des enseignants:« Il ne s’agit nullement d’un test pour renvoyer les faibles »
François Havyarimana : « Les points obtenus au test de niveau n’allaient pas être rendus publics, pas même communiqués à l’enseignant »

Dans le procès-verbal du Conseil des ministres tenu jeudi 3 février, le ministère de l’Education a présenté une note sur le recyclage des enseignants. Il a tenu à donner des éclaircissements sur ce test de niveau qui a suscité la colère des enseignants jusqu’à lancer un préavis de grève, aujourd’hui suspendu.

Selon ce procès-verbal signé par le Secrétaire général et porte-parole, Prosper Ntahorwamiye, le ministre chargé de l’Education a indiqué qu’il avait prévu un test d’évaluation des compétences pour enseignants aux fins d’organiser un recyclage pour ceux qui en auraient le plus besoin, au regard des points obtenus.

« Il ne s’agit nullement d’un test pour renvoyer les faibles ou dévaloriser qui que ce soit, car les points obtenus ne seront pas rendus publics, et ne seront même pas portés à la connaissance de l’enseignant », indique ce procès-verbal du conseil des ministres.

Malgré ces assurances, poursuit cette note, les enseignants ont refusé ce test, et ont plutôt soulevé d’autres questions qui n’ont rien à voir avec ce test comme l’organisation des examens en réseau et la politique salariale, allant jusqu’à menacer de déclencher un mouvement de grève.

« Le Conseil des ministres s’est étonné par cette attitude de refus d’être recyclé car c’est la seule façon d’accroître les compétences chez l’enseignant », lit-on dans ce procès-verbal.
Le conseil des ministres a recommandé d’organiser ce recyclage, et de faire signer aux enseignants un contrat de performance qui servira de base pour la cotation annuelle.

Signalons que la menace de lancer le préavis de grève annoncée par la Centrale syndicale Cossesona pour protester contre ce test de niveau, a également suscité la colère du Chef de l’Etat, même s’il a été suspendu suite au rétropédalage du ministère chargé de l’Education. Les pourparlers entre les deux parties sous la houlette du Conseil national de dialogue social.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Thierry MEERT

    Le problème de l’enseignement est le manque de connaissance de la langue française aussi bien du côté des enseignants que du côté des étudiants. C’est là que le bât blesse concernant l’apprentissage des connaissances que doivent emmagasiner les étudiants. De plus, la réflexion est trop souvent oublié au profit de l’apprentissage « par cœur ». Très mauvaise initiative pour l’avenir professionnel de la jeunesse burundaise.

    • Nijimbere

      @MEERT
      En effet, comment voulez-vous que les étudiants maîtrisent la langue d’apprentissage si l’enseignant ne la leur apprend pas correctement ?
      Le ministre de l’éducation nationale devrait mettre le problème sur table et en analyser les réponse avec les experts de son ministère. Demain, ce sont ceux qui ont mal appris qui prendront en main les élèves !! Qu’est-ce que cela donnera ?

  2. Kagayo

    Je suppose que dans le statut des fonctionnaires, il y a des articles qui indiquent les modalités de licenciement d’un agent. Si la procédure est respectée où est le problème ?
    Quant au recyclage, on peut comprendre qu’il soit organisé matière par matière ou par groupe de matières, le test se faisant pour clôturer les recyclages.
    C’est au gestionnaire de l’enseignant de lui indiquer lors de l’entretien de l’évaluation annuelle de la suite qu’il donnera aux résultats des tests.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 934 users online