Mercredi 05 octobre 2022

Publireportages

Sylvestre Niyonsaba, un businessman altruiste

06/08/2022 2
Sylvestre Niyonsaba, un businessman altruiste
Sylvestre Niyonsaba avec sa famille en train de témoigner

Ce 30 juillet, Sylvestre Niyonsaba, homme d’affaires, lors de la célébration des 50 ans d’anniversaire, a présenté ses réalisations depuis le jour, où il a mis les pieds dans le monde des affaires. Selon ses proches, c’est un cadeau venu du ciel.

Des centaines d’emplois est le nombre de personnes déjà employées par Sylvestre Niyonsaba dans différentes sociétés qu’il a fondées. Il figure parmi les grands hommes d’affaires du Burundi. Monsieur Niyonsaba a emboîté le pas de ses parents : « Ma mère travaille dans le secteur du café depuis plusieurs années. Moi, depuis l’enfance je me suis fait une promesse : Devenir un entrepreneur. C’est pour cela que je me suis intéressé au business », explique Sylvestre Niyonsaba.

Orphelin de père, Mr Niyonsaba n’a pas eu la chance de connaitre son père, il est mort un peu avant sa naissance. En dépit de la perte de son papa, cela ne l’a pas affaibli. Il a su surmonter toutes les épreuves de la vie : « Le passé ne peut pas nous maintenir ou nous empêcher d’avancer. On a besoin d’avancer, fixer les yeux sur le futur, la mort de mon père ne m’a pas rendu infirme », a-t-il conseillé.

Niyonsaba a débuté le métier du commerce, de la culture du café et de l’élevage à l’âge de 19 ans : « Aujourd’hui, notre association exporte du café à l’étranger » lâche-t-il. En 2005 l’homme d’affaires Sylvestre Niyonsaba était propriétaire d’une société opérant dans la commercialisation du café aux USA. Depuis 2010 il a cédé la gestion de cette société à sa mère qui la gère actuellement.

Ambitieux et courageux, en 1998, il se lance dans le secteur minier dans la région du nord : « J’ai organisé des coopératives à cette époque, mais aujourd’hui, c’est une société qui pratique l’extraction minière notamment la cassitérite », a-t-il expliqué.
Cet homme d’affaires, soucieux des autres, a pu rassembler toutes les personnes ouvrant dans le domaine minier. Pendant 10 ans, il a été président de la chambre sectorielle des mines et carrières ainsi que membre du conseil d’administration de la Chambre Fédérale de commerce et d’Industries du Burundi : « Je suis également un business man œuvrant dans le secteur pétrolier. J’ai déjà installé des stations services ici à Bujumbura et à l’intérieur du pays », a-t-il ajouté.

Un homme d’affaires exemplaire

Serviable et humble, monsieur Sylvestre Niyonsaba est apprécié par les communautés et ses employés : « C’est un homme sage, intègre. Il est apprécié par tout le monde, il a une bonne réputation, au début des années 2000, il était dans la vente des produits pharmaceutiques, il avait des pharmacies installées dans la région du nord, », confie un sexagénaire venu pour célébrer les 50 ans d’anniversaire de Sylvestre Niyonsaba.
Même son de cloche pour le Directeur Général de la société de l’extraction des minerais BUMECO, Gaspard Ngendakumana, le fondateur de cette société qui est Sylvestre Niyonsaba, est généreux : « Cette société a été créée en 2017 par lui. Il est toujours sur terrain, il ne se contente jamais de rester dans son fauteuil de chef », a-t-il démêlé.
Jubilé d’or, une récompense.
« Je te souhaite une longue vie comme celle d’Abraham, je te souhaite la sagesse comme celle de Salomon, et l’humilité comme celle de Job. Que tu prospères à tous égards », lui a souhaité son fils aîné Eloi Bertrand Niyibitanga.
Mon père pour moi, poursuit-il, est comme un défi pour moi, soit, je dois être comme lui ou le dépasser.
Sylvestre Niyonsaba est né le 12 juillet en 1972 dans la province de Kayanza. Il est marié et père de quatre enfants. Ce 30 juillet 2022, il a célébré son jubilé d’or : « C’est une joie immense, je ne sais pas ce que je peux offrir à Dieu. Peu atteignent cet âge, mais moi le tout-puissant m’a fait grâce », a-t-il loué.
Pour agrémenter les festivités, des tambourinaires, des artistes : musiciens, peintres et humoristes, le club culturel abagumyabanga et la chorale de l’église du Rocher ont été conviés.

Denise Nkurunziza en train de prier pour Sylvestre Niyonsaba et sa famille

Différentes hautes personnalités ont été invitées notamment l’ex première dame, Denise Nkurunziza, le Premier vice-président de la république, Prosper Bazombanza, des ministres ainsi que d’autres personnalités et hommes d’affaires.

Pasteur Denise Nkurunziza, à travers la prière d’action de grâces, lui a souhaité la prospérité et la protection divine : « Je loue le Seigneur qui t’a protégé durant ces 50 ans. Et je te souhaite d’autres 50 années d’existence », a-t-elle prié.

Chanceuse, sa femme l’honorable Joselyne Gahimbare, le bras droit de Niyonsaba, témoigne le courage de son mari : « Je l’épaule dans tous ses projets, car il mérite une bonne personne à ses côtés pour l’appuyer. Mon époux possède beaucoup de qualités, il aime premièrement Dieu, sa famille, ses amis. Je suis chanceuse de l’avoir rencontré. Il est sage, calme, bosseur surtout et comique », raconte-t-elle avec un sourire sur ses lèvres.

L’histoire continue de s’écrire

Sylvestre Niyonsaba avec ses 4 enfants

Monsieur Niyonsaba assoiffé de voir un Burundi développé, il a d’autres projets. Il compte installer une usine fabriquant des carreaux : « Les carreaux utilisés dans notre pays sont importés. Alors je me suis dit pourquoi ne pas construire une usine de fabrication de ces carreaux ici. Je me suis déjà lancé, mon souhait est que l’année prochaine au mois de mars ces produits seront sur le marché burundais. , a-t-il annoncé. Nous prévoyons également de les exporter pour faire entrer des devises dans les caisses de l’Etat », a indiqué l’homme d’affaires.

D’après Madame Pelouse Nsabimana qui a accueilli Mr Niyonsaba à Bujumbura, ses rêves sont devenus une réalité : « Il était diffèrent des autres arrivistes. Il nous impressionnait tout le temps, je me rappelle qu’il ne cessait de dire qu’il sera un grand directeur et donnera des emplois à beaucoup de gens. Voilà aujourd’hui, ses rêves se sont réalisés. C’est un grand travailleur », a-t-elle relaté.

Son souhait est que, si Dieu lui fait grâce et lui accorde d’autres 50 années, il puisse tripler ses efforts : « Si dans mes 50 ans, j’ai pu embaucher des centaines d’employés, pour mes prochaines 50 ans si Dieu me prête vie, j’aimerais donner de l’emploi à d’autres centaines de personnes et créer d’autres sociétés », a-t-il conclu.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Novat Nintunze

    Felicititations au businessman Niyonsaba. Seulement, l’article ne semble pas correspondre au titre: son altruisme n’apparait nulle part. Embaucher des travailleurs, ce n’est pas de l’altruisme.

  2. Kazirukanyo

    Sans oublier de faire attention aux jaloux. Bonne continuation.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 829 users online