Mercredi 05 octobre 2022

Sports

Soigner et donner l’espoir grâce au football

08/05/2016 Commentaires fermés sur Soigner et donner l’espoir grâce au football

Socialiser les enfants en situation de rue est l’objectif du Centre Football for Hope de Kabondo.

Wenceslas Nyabenda : « Le football que nous pratiquons ici est appelé football de socialisation»
Wenceslas Nyabenda : « Le football que nous pratiquons ici est appelé football de socialisation»

C’est un véritable oasis planté à Kabondo que les enfants en situation de rue ont trouvé dans ce centre. Environs 120 enfants de la rue, garçons et filles peuvent venir se faire soigner de leurs maladies et blessures. Mais aussi souffler un peu, oublier la rue et sa misère, apprendre des jeux de socialisation. On les voit, avec bonheur, s’amuser sur cette petite pelouse qui n’a pas grand-chose à envier à celle de l’Allianz Arena de Munich.

Pour Wenceslas Nyabenda, le directeur technique de ce centre financé par la FIFA et confié aux deux ONG, Giriyuja et Terre des Hommes, il faut accompagner les enfants, bâtir la confiance avec les éducateurs. « Nous pratiquons ici ce que l’on appelle le football de socialisation », explique encore M. Nyabenda.

Ce centre ne se limite pas à offrir un terrain et des ballons, il offre également un cadre d’écoute individuel à ces enfants pour les aider à réintégrer leurs familles d’origine.

Une assistance psychologique pour les jeunes filles

Wenceslas précise que les jeunes filles y reçoivent une assistance psychologique : « On a fait le plaidoyer auprès de nos partenaires, maintenant elles sont placées dans des centres de transit, nous avons maintenant 10 jeunes filles». Ces jeunes filles y reçoivent un toit protecteur afin d’éviter qu’elles dorment dans la rue où elles sont souvent violées.

Grâce à ce centre, 65 enfants en âge de scolarisation ont été inscrits en 6 mois et 110 enfants depuis une année dont 30 jeunes en formation professionnelle pour les rendre plus autonomes.

Le centre Football for Hope de Kabondo accompagne aussi les familles de ces enfants en situation de rue pour subvenir aux besoins de ces enfants par des projets générateurs de revenus pour éviter un retour à la case départ. Ces six derniers mois, il a appuyé 35 familles.

Les bénéficiaires de ce centre sont reconnaissants pour l’encadrement qu’ils y reçoivent, en témoigne ces deux jeunes.

Augustin, 20 ans (à gauche), et Ndayizeye, 14 ans, (à droite) : deux jeunes du centre.
Augustin, 20 ans (à gauche), et Ndayizeye, 14 ans, (à droite) : deux jeunes du centre.

On y apprend à jouer avec les autres

Augustin, 20 ans, habite le quartier Asiatique et fréquente le centre trois fois par semaine depuis au moins 3 ans. En dehors du centre il est portefaix et quand il rentre c’est pour se retrouver dans les rues du quartier Asiatique.

Depuis qu’il fréquente le centre, selon lui, il a arrêté de voler et est maintenant plus sage et sait comment se tenir devant ses ainés grâce à tout ce qu’il apprend dans ce centre.

Ndayizeye, 14 ans, vient dans ce centre parce que ses parents qui sont restés à Ruziba l’ont maltraité. Actuellement il vit avec Augustin mais désire retourner un jour chez lui. En attendant, comme il le dit, il apprend l’anglais et joue avec les autres.

Le Centre Football for Hope de Kabondo avec l’aide du Programme Alimentaire Mondiale (PAM), certains soirs avec l’aide du Café Gourmand, donne à manger à ces enfants avant qu’ils ne s’en retournent dans la rue. Au nom des enfants, Wenceslas Nyabenda remercie les bienfaiteurs.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 341 users online