Mardi 13 avril 2021

Société

«Si rien n’est fait, la RN7 ne sera plus qu’un mythe»

18/12/2019 Commentaires fermés sur «Si rien n’est fait, la RN7 ne sera plus qu’un mythe»
«Si rien n’est fait, la RN7 ne sera plus qu’un mythe»
La RN7 qui menace de s’écrouler dans la zone Nyabiraba

Il est 11 heures. Nous sommes sur la RN7 dans la zone Nyabiraba à 18 km de Bujumbura. Il fait frais ici. De part et d’autre de la route, une nature luxuriante s’offre à la vue des passants.

Des voitures passent, des commerçants traînent leurs marchandises sur leurs vélos et des lycéens empruntent cette route à la sortie des classes pour rejoindre leurs domiciles.
Au premier abord, un jour normal comme un autre. Pourtant, depuis sept mois, la route court un grave danger. Sur l’un de ses bords latéraux, la vallée abritant la rivière Nyabiraba s’épaissit au fil des jours et morcelle un peu plus ce seul axe reliant Bujumbura aux provinces Mwaro, Bururi et Rutana.

«Des camions remorquent et autres poids lourds n’arrêtent pas de passer par ici. Cela fragilise encore un peu plus cette route. Dans les jours à venir, ce sont toutes les transactions commerciales rendues possibles par cette voie qui n’auront plus lieu», souligne un usager régulier de cette route. «Il y a urgence, il faut des moyens pour réhabiliter cette route qui nous est très utile avant qu’il ne soit trop tard ».

Rencontré sur les lieux, G.K est élève au lycée communal de Nyabiraba. Il témoigne qu’un accident a déjà eu lieu. «Cherchant à éviter l’une et l’autre l’énorme nid de poule ou autre cassure causée par la vallée, une voiture et une moto sont entrées en collision. Heureusement, tout le monde s’en est sorti indemne.»

Et de préciser qu’à un moment donné, des grosses pierres avaient été placées au côté nord de la voie pour signaler la menace. «Ces pierres ont été aujourd’hui enlevées et des automobiles courent plus que jamais le risque de se retrouver dans la ravin».

Joint par téléphone, Ferdinand Simbananiye, administrateur de la commune Nyabiraba, affirme que ce problème «dépasse largement le cadre communal» et que par conséquent, il a été signalé «en haut lieu» auprès duquel un suivi est exercé. «Jusqu’à présent, nous attendons toujours des actions des plus hautes autorités».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 029 users online