Vendredi 23 février 2024

Culture

Samandari : «La musique peut rapporter plus que le café» 

04/04/2017 2

img-20170404-wa0038
«Nul ne peut maîtriser le facteur temps. Qui que tu sois, quoi que tu fasses, le temps finit par te rattraper », confie Yves Kami, chanteur burundais, connu sous le sobriquet de Samandari. Son nouvel album «Umwanya»  se traduit en français par «le temps».

Il fait savoir que son œuvre est constituée de huit chansons. Dans son morceau, il martèle que rien ne résiste au temps : «Toutes nos actions se font dans le temps. Il serait vain de penser qu’on le maîtrise.»
Ce passionné de la tradition se dit préoccupé que des chanteurs burundais s’intéressent moins à leur culture. Il affirme que l’investissement dans la culture peut rapporter beaucoup d’argent.

«C’est une richesse d’une valeur incomparable. Le monde entier est en admiration face à notre culture. Si toutes les autorités s’y mettaient, le pays pourrait engranger des devises que le café n’a pas entraîné.»

Triturant une guitare, ce jeune originaire de Muyebe en commune Kayokwe de la province Mwaro, confie qu’entre lui et la musique, c’est une histoire d’amour.

«Le sujet de mon travail de fin d’études a porté sur les droits d’auteur des œuvres d’art. J’ai voulu apporter ma contribution à l’amélioration du quotidien des artistes.» Et d’affirmer qu’il chantera jusqu’à ce que le monde entier reconnaisse le Burundi par sa culture.

Ce licencié en Droit a déjà remporté un prix lors d’une compétition que la radio Isanganiro a organisée en partenariat avec l’Oxfam en 2014 et celui de New Generation la même année.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. nunu nado

    Felicitations monsieur KAMI et Bon courage et bons succe

    • nunu nado

       » Bons Succes  » Excusez-moi!!!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 706 users online