Vendredi 09 décembre 2022

Société

Rumonge : Vers la délocalisation d’un parking

18/02/2022 Commentaires fermés sur Rumonge : Vers la délocalisation d’un parking
Rumonge : Vers la délocalisation d’un parking

Le parking des véhicules qui font le transport vers Bujumbura va être provisoirement installé près du marché d’un opérateur économique situé au sud de cette ville dans le quartier Kanyenkoko. Ceci pour mettre fin aux embouteillages et aux accidents. Les voyageurs et les chauffeurs demandent à la commune de construire une gare routière.

Dans une réunion que le secrétaire exécutif de la commune Rumonge a eue avec les chauffeurs lundi 7 février, il a été décidé que prochainement le parking des véhicules de transport en commun qui desservent la ville de Bujumbura sera délocalisé pour être installé dans le quartier de Kanyenkoko. Erasme Hakizimana, a motivé cette décision par le fait que à côté de ce parking se trouvent aussi des parkings de motos, de vélos et de voitures. Ce qui cause souvent des accidents et des embouteillages au niveau de la RN 3 car ce parking se trouve sur la chaussée.

Il a demandé aux chauffeurs d’être flexibles et de se diriger dans ce nouveau parking et demande aux voyageurs de comprendre cette décision car l’ancien parking était très encombrant avec toutes les conséquences que cela comporte.

Certains voyageurs demandent qu’un accent particulier soit mis sur l’hygiène surtout en mettant à leur disposition des latrines publiques et de l’eau potable. « Il faut bien assainir le lieu où sera installé ce parking pour que les gens puissent trouver où ils peuvent s’asseoir, se reposer, prévoir des restaurants. » D’autres demandent à la commune de Rumonge de construire une gare routière digne de ce nom pour permettre aux voyageurs un peu de confort afin de se prévenir aussi des maladies. « Prévoir une petite infirmerie pour pouvoir traiter sur place l’une ou l’autre maladie ou des accidents qui peuvent subvenir, des boutiques à l’intérieur pour s’approvisionner en certains produits dont les voyageurs ont besoin. »

Nécessité d’une gare routière

Ces voyageurs lancent un appel au conseil communal de mettre sur les points à l’ordre du jour les questions liées à la construction d’une gare routière, la construction d’une décharge publique, l’extension de la morgue ainsi que l’assainissement et la réhabilitation de la voirie urbaine. Certains chauffeurs indiquent que la décision est fondée mais demandent à la commune de communiquer cela à leurs clients et de mettre en place une équipe de suivi pour sa mise en œuvre. Ils suggèrent que les taxes perçues sur le transport rémunéré des personnes puissent contribuer à la construction de cette gare routière.

H .A., un voyageur rencontré sur un des parkings de la ville de Rumonge salue cette mesure mais demande que chaque décision puisse mettre au centre des préoccupations la personne humaine et non les taxes qui seront collectées. Il suggère que la population soit consultée avant la construction car selon lui un parking est une infrastructure publique par excellence qui doit être entretenue mais surtout il faut que le voyageur puisse se sentir à l’aise dans ce parking.

Les sources proches de la commune de Rumonge indiquent qu’une gare routière sera construite par la société qui est en train de construite la route Gitaza-Rumonge dans le cadre des projets connexes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 2 813 users online