Société

Rumonge : Quatre personnes condamnées pour sorcellerie

24/02/2019 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur Rumonge : Quatre personnes condamnées pour sorcellerie
Rumonge : Quatre personnes condamnées pour sorcellerie
Eslon Vyemero, l’homme qui a avoué détenir des forces maléfiques

Une servitude pénale de 2 ans, 20 ans et la perpétuité. Tel est le verdict du procès rendu, en flagrance ce vendredi 22 février, par le tribunal de grande instance de la province Rumonge, contre quatre personnes de la colline Mugara en commune et province Rumonge. Elles sont accusées d’actes de sorcellerie.

Accusé de meurtre par sorcelerie, Eslon Vyemero, septuagénaire, a plaidé coupable. Il a affirmé que depuis 2 ans, deux personnes ont été emportées par ses forces occultes maléfiques. La troisième victime allait être sa belle-fille. Il l’a ensorcelée pour avoir refusé de coucher avec lui. Il a écopé d’une peine de 20 ans.

Néanmoins, accusée par la TGI Rumonge de complicité, sa femme Rachelle Niragira a crié à l’injustice. Pendant l’audience publique, cette dernière a supplié sans répit que des voisins viennent la défendre. Au terme de la séance, la TGI Rumonge lui a infligé une peine à perpétuité pour complicité dans la sorcellerie.

Les deux autres prévenues, aussi accusées de complicité dans l’ensorcellement de la belle-fille de M. Vyemero, ont également plaidé non coupables.

Dans leur argumentaire, Agnès Nijimbere et Goreth Ndayisaba ont demandé qu’il y ait des accusateurs. «Il faut des témoins pour qu’il y ait transparence dans la justice», ont-elles plaidé. Elles ont été condamnées à deux ans de prison.

A cinq, ces personnes avaient été arrêtées ce jeudi 21 janvier. Eric Ntunzwenimana, de la colline Gashasha en zone Kigwena de la commune Rumonge, présumé d’être le distributeur d’objets de sorcellerie, a été blanchi par la TGI Rumonge.

Des responsables locaux des organisations de la société civile appellent l’administration à user de la prudence dans des cas de présomption de sorcellerie. Ils indiquent que d’autres différends, notamment des conflits fonciers, peuvent être des prétextes à des accusations en ce sens.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 381 users online