Vendredi 26 février 2021

Politique

Rumonge : craintes de recul de la démocratie

12/01/2018 Félix Nzorubonanya 6

Certains participants à la réunion d’explication du contenu du projet de constitution tenue à Rumonge ont exprimé leurs inquiétudes relatives à certains articles à amender.

Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale :” Seuls les articles ayant trait à la période de transition ont été supprimés. “

La rencontre a eu lieu mardi 9 janvier. Certains participants ont indiqué que le parlement n’aura pas les mêmes pouvoirs qu’aujourd’hui. Par contre, l’exécutif aura des pouvoirs énormes. Les communes seront dirigées par des administrateurs alors qu’aujourd’hui elles sont pilotées par des conseils communaux.

Pour les participants, les provinces pourront être dirigées par des officiers de la l’armée ou de la police, la haute cour de justice qui est compétente pour juger les hauts dignitaires n’est pas encore mise en place.

Ces intervenants ont signalé que cela constitue un recul dans la consolidation de la démocratie au Burundi, craignant même que ça pourra déboucher sur une forme de dictature.

« Le temps de faire campagne n’est pas encore arrivé »

Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale, qui présidait la réunion, a tranquillisé les intervenants. D’après lui, seuls les articles ayant trait à la période de transition ont été supprimés. Il a précisé que ce projet de constitution, une fois voté, va renforcer la démocratie car il y a certains qui ne sont plus à jour et qui sont aujourd’hui difficiles à mettre en application.

Il a en plus indiqué que des textes d’application vont être élaborés. Pour ceux qui ont demandé que les textes de loi et autres textes soient traduits en kirundi, le président de l’Assemblée a dit qu’une commission nationale de législation est à pied d’œuvre pour traduire ces textes de loi en langue nationale.

Certains responsables des parti de l’opposition indiquent que certains responsables du parti au pouvoir et certains autorités ont commencé de faire campagne de ce projet de constitution en demandant à la population de voter « oui » ce qui constitue pour eux une tricherie et ont demandé qu’ils puissent eux commencer à battre campagne.

Pascal Nyabenda, président de l’assemblée, a indiqué que le temps n’est pas encore venu pour commencer à battre campagne sur ce projet de constitution.

Il a demandé aux autorités administratives de faire une large diffusion des amendements de ce projet de constitution et de laisser une libre expression à la population afin qu’elle s’en imprègne avant le référendum.
Signalons que les représentants des partis politiques, des confessions religieuses, de l’administration, des associations de la société civile et des corps de défense et de sécurité étaient présents à cette réunion.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Joseph

    Nous Demandons à tous burundais compatriotes d’user leurs pouvoirs pour que nous n’enterrons la democratie reçue difficilement.

  2. Björn

    Le recul de la democratie?????elle a recule depuis longtemps. Elle n’existe meme pas .si tu oses critiquer les DD ou l’envoye de dieu ?? on t’elimine phisiquement.

  3. Badaud

    Ayo manyanga y’aba DD atujana hehe ??: “War!” Cfr Bob Marley

  4. Rurihose

    Qui croit à cette mascarade?
    Il y a un Akazu qui veut un mandat à vie pour notre président pasteur. Full Stop.
    No matter the country has become the most corrupt and poorest in Africa.

  5. roger crettol

    “Pascal Nyabenda, président de l’assemblée, a indiqué que le temps n’est pas encore venu pour commencer à battre campagne sur ce projet de constitution”

    Qui en doute ? D’abord, et pendant de longs mois, les EXPLICATIONS neutres et objectives du gouvernement, et à la fin, une course de deux semaines pour faire réellement campagne.

    L’opposition a le souffle court, la pauvre, et le gouvernement fait ce qu’il peut pour la protéger.

  6. Ntazizana

    Ne touche pas à la constitution actuelle, plutôt respecte -la! Mr Nyabenda sait très bien que l’amendement vient répondre aux besoins d’un homme et de quelques individus qui savent que tant que cet homme sera au pouvoir, ils auront tout .N’est-ce pas ce qui pousse nduwimana edouard à être le premier à appeler à voter oui? Sous les autres cieux, il aurait démissionné de son poste qui par essence recommande la neutralité en de rassurer tout le monde.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 247 users online