Samedi 02 juillet 2022

Politique

Ruhwa : la tension des caméras

16/11/2016 40

Des caméras installées par les policiers burundais dans le poste frontière conjoint qu’ils partagent avec les Rwandais à Ruhwa ont provoqué une tension.

Les agents burundais de la PAFE ont installé des caméras dans le poste frontalier qu’ils partagent avec les Rwandais sans les aviser.
Les agents burundais de la PAFE ont installé des caméras dans le poste frontalier qu’ils partagent avec les Rwandais sans les aviser.

« Nous n’entrerons pas dans ces bureaux tant que ces cameras n’auront pas été enlevées », ont déclaré depuis hier les policiers rwandais partageant avec leurs homologues burundais le poste frontière de Ruhwa, dans la province Cibitoke.

Ruhwa : la tension des caméras
Ruhwa : la tension des caméras

L’incident remonte à ce mardi 15 novembre, dans l’après-midi, quand les policiers burundais ont installé des caméras dans ce poste. Les Rwandais s’y ont aussitôt opposé, parce qu’ils n’ont pas été avisés. « Pourtant, ils ont aussi des caméras » a déclaré un officier burundais. « Oui, mais elles sont sur l’ordinateur et servent à enregistrer les passagers » rétorquent les Rwandais. Pourtant, malgré l’opposition des policiers rwandais, les agents burundais de la PAFE (Police de l’Air, des Frontières et des Etrangers) ont installé quatre cameras, deux de chaque côté du bureau qu’ils partagent avec les policiers rwandais. Ces derniers ont alors arrêté de travailler.

« Ils nous ont dit qu’ils n’ont plus de bureau pour travailler et nous ont conseillés de chercher un autre chemin ou de revenir quand leur bureau aura rouvert » indique un passager congolais, qui a déjà reçu le visa de sorti du côté burundais. « Maintenant, je dois le faire annuler et rebrousser chemin. » Dans ce bureau, une file de passagers s’est formée depuis le matin, à destination du Rwanda, mais ont dû faire annuler le visa burundais de sortie, à cause de l’inactivité du côté rwandais.

« Il n’y a aucun problème. Nous voulons moderniser les services de la PAFE, et les caméras de surveillance en font partie. Nous ne les enlèverons pas », indique le commissaire général de la PAFE, Jimmy Hatungimana. Un peu avant 11h, la frontière était fermée.

Forum des lecteurs d'Iwacu

40 réactions
  1. Ahirwe

    Je ne vois pas en quoi CCTV modernisera le fonctionnement de la PAFE! Quand il s’agit de combattre la corruption, il n y a personne. Mais quand il s’agit de mettre des cameras inutile dans un bureau commun… Bref, je pense que il devrait y avoir un accord avant, ce n’est pas « quemander ». C’est le minimum de politesse et de civilisation. Bon… on pourra se consoler en disant « voyez, c’est eux qui ont ferme le poste! »

    Je me demamnde si les Rwandais n’ont pas surreagi, mais en meme temps travailler en se faisant enregistrer par des ordi locaux d’un pays qui a une attitude pas tout a fait amicale envers le tien, c’est pas mon premier souhait.

    Conseil a la PAFE: achetez vous des vrais ordi de frontieres, avec camera integres (Comme en ont les Rwandais), et cessez de faire n’importe quoi sous pretexte de « modernization ».

    • Ir. Asman Shabani Niyonkuru

      Vas te f ftr tu ne comprends rien, mais alors rien de la SECURITE et la CIRCULSTION DES BIENS et DES PERSONNESentre PAYS LIMITROPHES.. UN BELGE N’ENTRE PAS EN HOLLANDE COMME CI IL ENTRE DANS SA CHAMBRE !!! J ‘habite aux PAYS – BAS depuis plus de 25 ANS, je sais PRECISEMENT ce que j’ecris ( Si tu veux des infos supplementaires, [email protected] )

  2. Salmia Irikungoma

    Iyo ntwaro ya Nkuru irangwa n’inzankano mu mpande zose, Barananiwe yuko mu gihugu hoba ugushirahamwe kw’abarundi bose. !!! Bama bahagaze ku rwanko, amacakubiri n’ubwicanyi, none n’abazimyamuriro birabuze yuko bokumvikana. ONU na EU n’ibindi vyaranse, barabuze aho bafatwa nk’umwana ahiye mu kwaha ! Ayo ma kamera yihishijemwo imigambi mibi myinshi, rindira tuzobibona ico bizovyara kuko hari ibimenyetso vyinshi, izo mbonerakure zasubiriye abajejwe umutekano, ziguma zitegura zongera zikora desordre n’ubwicanyi mu gihugu cose, zifashijwe n’abapolisi n’abasoda igice kimwe ! Ntibigamije ineza y’abarundi !!!!!!!!!!!

  3. Kabingo Dora

    Beaucoup parlent de « provocation  » mais qui provoque qui ? Les Rwandais ou les Burundais?

    1 La provocation vient d’abord des Burundais . Et pourquoi ? Lorsque deux personnes partagent un toit ,une parmi elles ne peut se permettre d’y apporter quelque modification que ce soit sans en avoir l’autorisation par l’autre partie. Les Burundais auraient du d’abord se mettre autour d’une table pour en parler et receuillir éventuellement les avis des Rwandais. Tenant de la situation entre les deux pays , la provocation n’y manque pas.
    2 Les burundais sont de mauvaise foi , pourquoi installer les caméra à la frontière , est ce vraiment là on en a besoin? Je ne pense pas. Il faudrait d’abord les installer dans les rues de Bujumbura ou nos femmes se font détrousser par les bandits de la ville .
    3 Les Rwandais ne manquent pas non plus de mauvaise foi à ce sujet ,mais tout dépend de l’endroit dans lequel les burundais ont installé les camera . Car il y a caméra et caméra . Il y a des caméras à reconnaissance faciale pouvant transmettre des données à distance en temps réel , s’il s’agit de cela , alors ca peut poser problème.notamment en matière d’espionnage . C’est normal donc que les rwandais s’en inquiètent . Mais la question : pourquoi les burundais veulent ils installer des caméras là bas?

    • Étonnante histoire

      Quel Diable avait conseillé ces deux pays de se partager un même bureau frontalier??. Normalement il devait y avoir une zone libre. Le Burundi devait avoir son propre bureau frontalier et le Rwanda de même. Au pays des Samandari tout est possible. Attendons voir lorsque l’un ou l’autre décidera de mettre le feu sur sa partie de la cabane.

  4. Jean

    C’est une pure question de droit au depart. Celui a qui appartient l’immeuble fait ce qu’il lui plait sauf disposition contraire. Mais les bonnes manieres importent aussi!

  5. Jereve

    Si nous partons du principe que le Burundi a fermé ses frontières avec le Rwanda, c’est de lors inexplicable que les policiers burundais et rwandais soient logés dans un même bâtiment. Ils font quoi ensemble ? Surveiller que les burundais et leurs biens n’entrent pas au Rwanda et vice-versa ? Quand on pense que quelques burundais qui ont tenté d’entrer au Rwanda ont été accueillis à coups de fusils et que certains en sont morts. On nage en pleine absurdité.

  6. kibonge

    IL FAUDRAIT QUE CHAQUE PAYS CONSTRUISAIT SON PROPRE BUREAU . AVOIR UN SEUL BUREAU POUR DEUX PAYS!!!!!

    • Nzakaha Zacharie

      C’est dans le cadre de l’EAC je suppose. Uniformisation des formalités douanières et d’immigration.

  7. Jean-Marie Ntahonkiriye

    I thought the cameras would help both sides in ensuring security. When will Rwandan authorities understand that Burundi is not Congo where they seem to do whatever they want? We are always one step ahead without making unnecessary noise. Nibabandanye baribwaribwe

  8. Kana A-M

    Cet incident est un signe de plus que les deux nations sont sur les nerfs. Il est vraiment temps que cette situation, « ni de guerre ni de paix » s’arrête. L’histoire de cameras est juste une expression de malaise entre des colocataires forcés d’être sous un même toit sans se digérer. Si réellement, les bureaux sont partagés (bizarre), les deux côtes auraient dû se parler avant de changer l’environnement du lieu de leur travail.
    Ailleurs, les caméras sont visibles partout. Elles sont sur les postes d’entrée et de sortie des pays. Elles sont dans les restaurants, à chaque coin de rue et même sur les propriétés privées. La raison derrière l’idée étant de décourager des malfaiteurs éventuels mais aussi pour capter des éléments de preuves en cas d’acte criminel. On les appelle d’ailleurs « des caméras de sécurité » et c’est le côté positif de la présence de ces gadgets. Malheureusement, il s’est avéré que dans certains cas, l’installation des caméras était motivée par d’autres sentiments : l’espionnage, la traque des gens mais aussi l’intrusion dans la vie privée des citoyens. Rien ne prouve que l’intention de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) était vraiment de nuire mais, il faut qu’elle tranquillise.
    Ceci étant, peu importe ce qu’on voit à la surface, il y a un grand malentendu entre les deux présidents Nkurunziza et Kagame depuis leur rencontre du 13 Avril 2015 à Huye (Butare). Tout travail de médiation sur le Burundi devrait commencer entre ces deux hautes personnalités. La paix dans les deux pays en particulier et de la région en général en dépend. L’Histoire nous le dira.
    Kana Antoine-Marie
    Gatineau, Québec.

    • Raphou

      Je n’y vois aucun scandal là dedans!
      Si ces caméras étaient installées dans les bureaux (je ne connais néanmoins pas la configuration de ce poste) cela aurait été un acte « non amical ». Mais, si j’ai bien lu et saisi ces propos, je crois que nos policiers ont fait ce qu’ils devainet faire selon l’rganisation interne. Pas dnc besoin d’aller « quémander » la permission d’installer ces outils. Nous sommes un peuples souverrains et indépendant….. Nous respectons très bien nos frères et soeurs rwandais, ils doivent eux aussi faire le respect le leur! S’ils veulent qu’on déinstalle ces caméras, euh bah, qu’ils fassent la même chose ou qu’ils se taisent et continuer de travailler comme d’habitude! Surprise, pour les policiers burundais ne s’est jamais opposé à l’installation des caméras sur les postes de travail de nos confrères rwandais?
      Bref, un petit conseil à nos dirigeants, ce serait très intelligent de séparer ces postes à tel enseigne que chaque poste soit totalement AUTONOMONE, c’est bizarre d’ailleurs de partager des postes stratégiques comme c’est le cas.
      personnellement et comme certains l’ont déjà précisé, ailleurs, des caméras sont presque partout….. même dans des toilettes et personne n’a jamais, à mon humble connaissance, protesté contre et dire qu’il ne pourra pas aller aux toilettes tant que ces caméras ne sont pas enlevées……..

  9. J .Dondogori

    Quand des provocations se multiplient semant des problemes chaque jour,pour vouloir cacher des problemes internes cela est de notre gout amer.Surtout qu,un civil ose giffler un policier rwandais cela depasse le robicon de provocation .Alerte Burundais.

  10. Tétu

    Une bonne leçon d’entetement. Depuis quand est-ce qu’une frontière appartient-elle à une seule partie? Une frontière est comme un mur mitoyen. Elle ne peut être exploitée n’importe comment par une partie sans l’accord de l’autre.

  11. Fofo

    Que fait vraiment un caméra? Prendre une image c’est tout! Qui aurait peur d’un caméra? Un voleur!

    • Ir. Asman Shabani Niyonkuru

      100 pour 100 avec vous

    • Mweneso

      T es un ignorant !!! Mon oeil!

  12. Rugero

    Wow!!!!,
    abanyarwanda baririmba technologie avance batazi n’ico ari co. Ibihe tugeze mwo si ivyo kwihisha mu ngundi, ja kuri camera niba wiyemera ko ukora vyiza bose bakurabe. Ni binjire bakore canke naho babonye ko program bari bafise igiye kumenyekana batahe haje abandi bakora neza. Camera si inkoho, ahubwo ifasha kumenya ukuri kw’ibihakoregwa. Muzova mu mwijima ryari?

  13. Mutama

    Abavyara ntaho bashirana!!! Bazoguma bavyaruzanya gushika aho baja muri nankana.

    • Bakari

      @Mutama
      « Abavyara ntaho bashirana!!! Bazoguma bavyaruzanya gushika aho baja muri nankana. »

      Oya nawe nu! S’abavyara n’amahasa!

  14. ferdinand mbonihankuye

    wait and see!

  15. Zihinjishi Casside

    Est-ce que ces policiers rwandais ont des choses à cacher ? Eux, ils ont des caméras et personne ne les en empêche, pour quelle raison, ils ont peur de travailler dans la transparence et aux vues de leurs voisins ? Pourtant, ces bureaux ont été conçus pour ça: La transparence et l’équité entre les voisins ! Le souhait le plus honnête est que les policiers du Burundi maintiennent leur décision et que celui qui a peur de la modernité et de la modernisation des bureaux publics se replie sur soi et chez lui. Le Burundi, au nom du progrès et de la vigilance se passera des petites recettes enregistrées dans ce poste frontalier.

    • Raphou

      Merci beaucoup cher WIHINJISHI pour ces mots: « Le souhait le plus honnête est que les policiers du Burundi maintiennent leur décision et que celui qui a peur de la modernité et de la modernisation des bureaux publics se replie sur soi et chez lui. Le Burundi, au nom du progrès et de la vigilance se passera des petites recettes enregistrées dans ce poste frontalier. »
      Je n’y vois aucun scandal là dedans!
      Si ces caméras étaient installées dans les bureaux (je ne connais néanmoins pas la configuration de ce poste) cela aurait été un acte « non amical ». Mais, si j’ai bien lu et saisi ces propos, je crois que nos policiers ont fait ce qu’ils devainet faire selon l’rganisation interne. Pas dnc besoin d’aller « quémander » la permission d’installer ces outils. Nous sommes un peuples souverrains et indépendant….. Nous respectons très bien nos frères et soeurs rwandais, ils doivent eux aussi faire le respect le leur! S’ils veulent qu’on déinstalle ces caméras, euh bah, qu’ils fassent la même chose ou qu’ils se taisent et continuer de travailler comme d’habitude! Surprise, pour les policiers burundais ne s’est jamais opposé à l’installation des caméras sur les postes de travail de nos confrères rwandais?
      Bref, un petit conseil à nos dirigeants, ce serait très intelligent de séparer ces postes à tel enseigne que chaque poste soit totalement AUTONOMONE, c’est bizarre d’ailleurs de partager des postes stratégiques comme c’est le cas.
      personnellement et comme certains l’ont déjà précisé, ailleurs, des caméras sont presque partout….. même dans des toilettes et personne n’a jamais, à mon humble connaissance, protesté contre et dire qu’il ne pourra pas aller aux toilettes tant que ces caméras ne sont pas enlevées……..

    • John

      Cassilde, une camera installee sur l’odinateur est fait pour identifier le passager qui fait enregistrer son visa. Elle est completement differente d’une camera de surveillance, elle installee sur une partie du batiment a l’interieur ou a son exterieur. Si les policiers rwandais s’en mefient ce n’est pas qu’ils ignorent ou son derriere en technologie par raport a leurs collegues burundais, loin s’en font si on on connait les deux pays. S’il y a mefiance c’est que ou bien les rwandais protestent de cette installation parce qu’elle menace leur securite ou la serenite du lieu de travail ou c’est simplement par agahigo, du fait qu’ils n’ont pas ete avises par leurs collegues avant l’installation des cameras dans un bureau qu’ils partagent. Le partage des bureaux, finances par un fonds japonais etait sense faciliter le mouvement des personnes et des biens entre les pays de la region, ce qui etait le cas, et non pour que ce soit un environnement de conflit comme c’est le cas maintenant a ce poste.C’est dommage.

  16. KABAMBA Caritas

    Ils n’ont pas seulement de caméra ils ont aussi des drones. Mais je pense que quand vous partagez un bureau on n’y installe pas de camera de surveillance sans l’accord et la consultation de l’autre. Aujourd’hui ce sont les caméra demain des mitrailleuses, après demain ce sera …. Ils avaient fait un effort en faisant cohabiter la photo de Kagame avec celle de Nkurunziza sur un même mûr, il faut faire de même pour s’entendre sur cette question.

  17. Ruzoviyo

    Encore une autre provocation …au lieu d moderniser leur ordinateurs en y integrant le necessaire digne d un poste frontalier. .bati natwe baraturaba eka dushireko CCTV hahaha..oh God, c un petit probleme les rwandais devraient leur laisser les locaux …on verra a quoi servira ces cameras sans traffic . Abantu inzara irabica mu kirundo ehee raba aho amahera bayashize.

    • Orignal

      Ruzoviyo mwe na Kabingo iyaba vyokunda nkabafata nobaboha kuko mufise amacakubiri . Ehe nimuterure mugende kwibera Nyamirambo basi . None karashize ingani ntiducungere imbibe z’igihugu cacu kubera u Rwanda ? Ahubwo ivyo bureau ni babivemwo hubakwe ibindi umutekano ucungerwe uko bikwiye .

      • Ruzoviyo

        Uti wotuboha hahaha kwakundi muhora mubigenza pr les pauvres citoyens. Sur ce forum on argumente on utilise ses idees. Kumboha sinzi ko wobishobora kandi nawe uboshe mu mutwe. Inzu abanyarwanda bayibahebeye tu peux crier victoire bien sur s Il en ai une haha ..nimucungere imbibe zanyu mubandanye murondera abo muboha. Et d ailleurs,on partage pas son assiette avec des malades de rage. On les mets en quarantaine. S Ils depassent la ligne. .toI meme tu sais ce qui arrive. A bon entendeur …

        • Orignal

          Je suis désolé nabivuze kugira numve ivyo muvuga . Ariko turakwiye kuvugira canke tukavuga neza igihugu cacu. Womenga abarundi bishe umuntu !!! Bashizeho camera
          dans le cadre yo gucungera umutekano . Ariko mwebwe ndavye imvugo zanyu muri k’uruhande rw’u Rwanda . Ntawanka konka nyina ngo arwaye amahere . U Burundi murabwanka ariko akabura ntikaboneke ni nyina w’umuntu . Abo nabo bavuga ngo imbere yo gushiraho izo camera bagomba kubanza kwicarana n’abanyarwanda ngo bakabivugana , nibaza ko gukorera munzu imwe bidahindura u Burundi n’u Rwanda igihugu kimwe . Bamwe bose bakora ku neza y’igihugu cabo : U Burundi canke u Rwanda .

          • Bakari

            @Orignal
            Nibikunanira kubabohesha umugozi uragerageza ubohe izo commentaires zabo zuzuyemwo solidarité négative!

    • polsk

      Ce que tu dits est vrai mais tu oublies ou tu ne veux pas croire que c’est pareil même au Rwanda. Là aussi la famine sème la pagaille et dans plusieurs coins.

      • Ahirwe

        Faux.

      • Meurlsaut

        @polsk
        On pouvait te croire davantage si tu donnais les chiffres des rwandais qui traversent les frontières burundaises pour se chercher des miettes à remplir les estomacs vides dans notre chère patrie dd.Par contre l’inverse est criante! Et pourquoi toujours cette manie de vouloir- tout le temps- se justifier et se donner bonne conscience en se référant à ce qui ne va pas ailleurs? A toi et à tous les dd contentez-vous de la pauvreté de la vision de votre administration.

        • John

          @@meurisot, 100% vrai ce que tu dis. Un autre indicateur criant: si tu as l’occasion d’aller au Rwanda en empruntant la route de Kirundo , je te prie de bien observer le paysage autour de toi : habitations, etat de la route , etat des centres de negoce, distribution de l’electricite, habillement de la population que tu rencontres sur la route.,..,,bref donnes toi des indicateus visibles. Meme s’il n avait pas de point de barriere a Gasenyi, tu verras que tu as traverse la frontiere, autant la difference est criante entre les deux communes du Busoni et du Bugesera au Rwanda

  18. Kabingo Dora

    Qui vivra verra

    • J .Dondogori

      Quand des provocations se multiplent semant des problemes chaque jour,pour vouloir cacher des problemes internes cela est de notre gout amer.Surtout qu,un civil ose giffler un policier rwandais cela depasse le robicon de provocation .Alerte Burundais.

      • muheto

        Chers Burundais n’auriez-vous pas penser avant de vous précipiter à installer vos cameras nettoyez au moins vos murs et colonnes ? Quelle honte | Barabitoye kweri abavuzeko ngo iyo umuntu aba muri WC ntamenya ko inuka.

        • Bakari

          @muheto
          Quoi? Ces colonnes appartiennent aux seuls burundais ou elles sont dans un immeuble en copropriété? Tout nous trahit!

        • nunu

          Quand on travaille dans un meme bureau la communication est tres necessaire et l’information est tres importante peu importe le degre de respect il ya.

          • Bakari

            @nunu
            Degré de respect ou d’amour (ou détestation)?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’indépendance du Burundi. A luta continua

Le 1er juillet 2022, le Burundi célèbre ses 60 ans d’indépendance. Des préparatifs vont bon train à Bujumbura comme dans le reste du pays pour commémorer cet événement heureux qui, malheureusement, a tendance de se réduire à un simple moment (…)

Online Users

Total 1 892 users online