Samedi 03 juin 2023

Politique

Rufyiri : un nouveau suspect dans l’affaire Manirumva

Le procureur général de la République vient d’annoncer que Gabriel Rufyiri est aussi soupçonné d’avoir trempé dans l’assassinat d’Ernest Manirumva. Une déclaration troublante, survenue à la veille du 5ème anniversaire du meurtre.

Gabriel Rufyiri ( à droite ) : « Ce n’est pas la première fois que l’on m ‘accuse » ©Iwacu
Gabriel Rufyiri ( à droite ) : « Ce n’est pas la première fois que l’on m‘accuse » ©Iwacu

Dans une conférence de presse ce 4 avril, le procureur général de la République, Valentin Bagorikunda, a annoncé qu’il disposait des éléments de preuve  contre le président de l’Olucome, Gabriel Rufyiri, dans l’assassinat d’Ernest Manirumva. « Ce n’est pas parce que un tel dit ceci ou un tel dit cela que le magistrat-instructeur doit absolument prendre les choses comme une vérité de l’Evangile », a pourtant répondu M.Bagorikunda sur la question des hauts gradés cités par certains rapports sur cet assassinat.

Rappel. Dans la matinée du 9 avril 2009, le corps sans vie d’Ernest Manirumva a été retrouvé à l’extérieur de sa maison.
Une première commission judiciaire a été créée par la police nationale peu après le meurtre. Mais elle a été critiquée par la société civile au motif que la police ne pouvait pas enquêter sur un crime dans lequel certains officiers étaient soupçonnés d’être à l’origine.
Une deuxième commission, composée du parquet et de la police, a été mise en place.
Cependant, le procureur général de la République a également dissous la commission. Les organisations de la société civile ont dénoncé son inaction et le lien étroit entre son président et le chef du Service national de renseignements. Le SNR, selon certains témoins, aurait joué un rôle dans l’assassinat.
En octobre 2009, on a créé une troisième commission, dont les membres se sont montrés plus actifs dans la poursuite de l’enquête. Pour la société civile, cette commission, avec les membres des forces de sécurité, avait des rapports moins douteux.

Deux rapports, pas de poursuites …

Le gouvernement a accepté l’offre d’assistance technique proposée par le Bureau fédéral d’enquête américain (FBI) dans les investigations. La troisième commission s’est montrée plus coopérative et a permis aux agents du FBI d’interroger les suspects et de relever leurs empreintes et leur ADN. Les résultats de l’aide médico-légale apportée par le FBI n’ont pas encore été publiés.
Il existe aujourd’hui deux rapports sur l’assassinat d’Ernest Manirumva. Celui de la troisième commission d’enquête et le rapport du FBI. La troisième commission avait demandé qu’il y ait un supplément d’enquête sur un certain nombre de personnalités. Dont certaines étaient hors du pays, en fuite ou en mission. Le rapport du FBI demande aussi qu’il y ait des tests d’ADN sur un certain nombre de hauts gradés de la police nationale et du service national de renseignement. 14 personnes ont été arrêtées dans ce dossier.

Des vices de procédures et des boucs émissaires

Le 22 mai 2012, le tribunal de grande instance de Bujumbura a annoncé son verdict dans le procès des personnes accusées du meurtre d’Ernest Manirumva. Huit ont été condamnées à la prison à vie pour l’infraction d’assassinat de Manirumva, trois à 20 ans de prison pour complicité d’assassinat, et trois autres à 10 ans de prison pour ne pas avoir informé les autorités publiques et pour non assistance à personnes en danger. Les parties civiles ont toujours soutenu que les 14 personnes condamnées en première instance étaient des boucs-émissaires.

Le procès en appel d’Ernest Manirumva a débuté le 29 novembre de la même année devant la Cour d’appel de Bujumbura et s’est achevé le 3 décembre. En janvier 2013, l’arrêt de la Cour d’appel a confirmé le jugement de la première instance.
Les avocats de la partie civile continuent de maintenir que les autorités judiciaires n’ont pas mené d’enquêtes supplémentaires à chaque étape de la procédure. Y compris en matière d’interrogatoires et de prise d’échantillons d’ADN de personnes citées dans le rapport du FBI. Ils ont affirmé qu’aucun des policiers ou des responsables militaires mentionnés dans le rapport du FBI n’ont fait l’objet d’une enquête. Pour eux, la procédure, tant en première instance qu’en appel, n’a pas respecté les règles du contradictoire, les droits de la défense et la recherche de la vérité. Ils ont fait un pourvoi en cassation auprès de la Cour suprême. Qui a déjà appelé par trois fois cette affaire en audience civile, ce que condamne la partie civile, puisque c’est une affaire pénale.

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. Nzobandora

    Ridicule!
    Iyaba yari Rufyiri aba yafashwe kera amtohoza yaraheze.Pensez vous sincèrement yuko les enquetes zari kuara 5 ansari Rufyiri?Ko yishwe harimwo les policiers mwomenyera asigaye afise des policiers?Ko harimwo abapfuye n’abahunze ni Rufyiri abica canke atuma bangara?Izo nguvu arazifise?
    N’IBIHENDWA BANA!

  2. Patience

    @Niyomugisha:

    ADN ni igikoresho gikomeye mu matohoza ahanitse. Ashobora gushikana uwishe kuvuga uwamutumye. Iyi kumbure ni technologie udatahura ariko imaze gukiza abantu benshi bikekwako ubwicanyi cane cane i burayi,abandi nabo bagafatwa atanumwe yavyibaza.
    Merci

  3. Fred

    Cette affaite accouchera d’une souris… j Jamais vu au Burundi une enquete qui abouti à un resultat fiable. depuis la mort de Rwagasore.. on connait pas tjrs le rôle de la Belgique. du moins officiellement. pareil pour Ngendandumwe… Ntare… Ndadaye… Mgr Koutney…. Mgr Archeveque de Gitega… et les autres grandes personnalité. la j n parle pas d citoyen lambda. It’s a shame.

  4. kabizi

    erega ababipfa nababisangiye noine sibo bari bazi ikirimwo rufyiri abamuvugira bafatira kuki kugira bavuge ko atobarimwo le patron et l’adjoint ntimuzi ko bama barabana ayingwe huraho muritonda kuvuga

  5. Ndayiragije

    Nibafate ADN ya RUFYIRI n’iza ba ba généraux batubarira ikinyoma gikubitigwe ahashashe. Sinari bwabone kw’isi nzima aho abantu qui sont soupçonnés d’avoir trempé dans l’assassinat d’un citoyen refusent d’être soumis au test ADN. Procureur ntaba akwiye nokuvuga. une honte pour notre pays et pour le président de la République qui s’entoure de ces hautes personnalité et qui continuent à être promus dans leur fonction, preuve qu’il bénéficie de la confiance du président de la république et qu’il approuve tout ce qu’ils ont fait et ce qu’ils continuent à faire. Mais tôt ou tard, ces gens finiront par être jugés conformément à la loi.

    • Niyomugisha

      @ Ndayiragije

      Mbe burya urazi ?! Le malfaiteur tue l’homme mais n’atteint jamais son ame. Apres le forfait, il essaie de se cacher ; parfois, osant meme de jouer «l’innocent», oubliant que l’ame du défunt, elle, le guette tjrs sans cesse. Ubukozi bw’ikibi bw’abarundi (bamwe bamwe) burarenze… ! Uravye neza inyifato z’aba na bariya ( harimwo na Olucome n’abandi …) zakurikiye urupfu rw’uwo muhisi Manirumva, jewe si mbona ico abari bajejwe gutohoza kuri iyo dossier bari barindiriye kugira baronderere no muri urwo ruhande. Nayo kuvuga ngo barondera ADN z’aba generaux aba canke abandi, c’est de la diversion. Bisa n’uwovuga ejo ngo akeneye ADN y’uwo Rufyiri canke ya bagenzi biwe bavugwa kugira ngo ukuri abe ariho kumenyekana. Ni les uns ni les autres ne sont des exécutants (logiquement). Les uns ou les autres pourraient plutot etre des commanditaires de l’assassinat ; d’ou l’ADN de ces derniers importe peu ou pas du tout pour la vraie verite. Kimwe gusa, cambu ca Inarunyonga n’umukazana, ni ukuronderera hose no musi y’urutara… .

  6. Muzazi

    -Cher Iwacu, essayez de diffuser des informations actualisees. Cette information est deja vieille et devait etre classee dans les archives enmoins que vous apportiez de nouveax elements.
    -On constate ces derniers jours que votre (notre) journal est a la traine par rapport aux autres medias concernant la diffusion des info a la une.

    • Puisque tu ne veux pas qu’ on parle de rufyikiri….urateye isoni.

  7. Sinarinzi yuko procureur general de la republique avugira muri presse ibintu nkivyo. Nagira yarikuvuga yamaze kumuhagarika pour enquete. Kugira ikinyoma gikubitigwe ahashashe.Canke yanse induru ya societe civile na opposition.

  8. Ntamba juma

    J’aimerais que le procureur continuer a aller sur la voie des ondes pour proclamer l’implication de chaque citoyen dans tel ou tel délit. Nta nisoni agira yaribagiye ico ajejwe.
    hanyuma hari amazina ngo bagorikunda, nkuriragenda,manirumva, muragaba ce n’est pas simple coincidence. N’amazina dusanga muri bibiliya usanga atari irementanya insiguro zayo zirafise ico zivuga.

  9. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Ce sont des mensonges de la part du Procureur général de la République pour essayer de noyer le poisson et brouiller les pistes…! Pourquoi les hauts gradés de la Documentation et de la police refusent de coopérer avec les FBI et pourquoi ce Procureur qui accuse des innocents ne fait rien sur eux? Mr BAGORIKUNDA doit cesser d’infantiliser les Burundais…! Sa déclaration est une honte nationale mais tout cela pourrait changer si Mr NKURUNZIZA, le garant de la justice burundaise part. Ce qu’il a instauré d’injuste s’écroulera derrière lui comme un château de carte y compris les manœuvres dilatoires pour ne pas juger les assassins de MANIRUMVA qui se cachent dans les hautes sphères du pouvoir CNDD-FDD….! Le ridicule ne tue pas..!!!!

  10. Ntamba juma

    Pour faire simple et éviter le bavardage , moi je dis que« Ce n’est pas parce que le magistrat-instructeur dit ceci ou cela d’un tel que l’on doit absolument prendre ces choses comme une vérité de l’Evangile »

  11. Mugamba

    iyo kinamico iraturambiye! ikitabesha ni ADN! none se ko enquêtes za FBI à base de la ADN ko umengo uwo procureur général de la République ntazo azi kandi arizo zerekanye ko Manirumva yagandaguwe n’ivyo bihangange vy’aba polisi n’abasirikikare? Ana nyamerika ntibafyina aha ubona! barazi ko izo nkoho zahawe FDRL nabo bakabaha inzahabu! Twitegurire rero kazoza katagira agatosi muguhana abo bagabo bigira kibirengeye!

    • @bucenehere

      Tu ne sais pas comment se fait l’ADN surtout en terme d’analyse les données. Cette prise et test de l’ADN se fait par rapport a qui?

      • nah

        nmwivugire!iki gihugu kirimwo abantu benshi basenga muri abo hari abemera Imana kandi ntiheba uwayo!vyose bizotinda bija ahabona!tot ou tard!général procureur…bazocirwa urwo bakwiye!murabaza Bagbo et son ami dont le nom m’échappe Ble Goudey

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diplomatie burundaise, le choix de la raison

La visite du puissant ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov et le 21ème Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la Communauté de l’Afrique de l’Est, EAC, ont été les événements phares de la semaine. Force est de constater que (…)

Pôle annonces

  • Il n'y a actuellement aucune annonce à afficher.

Online Users

Total 1 199 users online