Dimanche 03 mars 2024

Politique

Revue de la presse régionale/RDC-Rwanda : Un incident sécuritaire à la frontière

22/02/2023 Commentaires fermés sur Revue de la presse régionale/RDC-Rwanda : Un incident sécuritaire à la frontière
Revue de la presse régionale/RDC-Rwanda : Un incident sécuritaire à la frontière
Des affrontements se seraient passés entre les armées rwandaises et congolaises au poste frontalier Rusizi 2

Selon un communiqué de l’armée rwandaise (RDF), environ une section des soldats de l’armée congolaise (FARDC) constituée de 12 à 14 soldats est entrée, ce 15 février, dans la zone neutre entre le Rwanda et la RDC et a ouvert le feu vers le poste frontalier dans le district de Rusizi, province de l’Ouest : « Nos forces de sécurité ont répondu et les soldats des FARDC se sont retirés ».

Selon le même communiqué, il n’y a pas eu de victimes du côté rwandais et la situation est calme. RDF, cependant, dit avoir demandé au Mécanisme conjoint de vérification élargi (MCVE) et au Mécanisme de vérification ad hoc d’enquêter sur cet « acte de provocation ».
Selon The New Times, l’incident fait suite à une série de plusieurs actes de provocation des autorités de la RDC envers Kigali alors que les relations entre les deux pays continuent de se détériorer.

Le gouverneur du Sud-Kivu en RDC, Théo Kasi, dément un accrochage entre les militaires congolais et rwandais au poste frontalier Ruzizi 2, entre les villes de Bukavu (RDC) et Cyangugu (Rwanda), écrit Actualité.CD.
« Il s’est produit un incident consécutif à l’altercation entre les éléments des FARDC et une bande de criminels qui fuyaient, après avoir tenté d’opérer dans le quartier avoisinant la frontière. Pendant leur fuite, il y a eu échange des tirs entre les forces de défense et de sécurité et ces porteurs d’armes à feu », lit-on dans le communiqué signé par le gouverneur du Sud-Kivu.

Selon lui, un assaillant a été tué et un autre blessé : « Cette situation a créé une alerte et l’intervention efficace de nos forces a permis de maîtriser quelques-uns du groupe qui sont actuellement aux arrêts ».

Il explique qu’en aucun cas les FARDC ont franchi la zone neutre, encore moins ouvert le feu en direction du Rwanda : « Il s’agit de la tendance du Rwanda de vouloir se victimiser et créer des tensions, en alléguant des faits mensongers dans le but de vouloir attaquer la province du Sud-Kivu, comme c’est le cas de la guerre d’agression qu’il mène au Nord-Kivu ».

Soudan du Sud : Abandon du dollar américain pour la monnaie locale

Le gouvernement sud-soudanais a suspendu l’utilisation du dollar américain et a ordonné que toutes les transactions soient exécutées dans la monnaie locale, la livre sud-soudanaise (SSP).

Selon The East African, la plupart des transactions dans le pays sont effectuées en dollars américains, en grande partie en raison de l’hyperinflation et de la volatilité de la monnaie locale.

« C’est une directive claire de la banque centrale selon laquelle toutes les transactions au Soudan du Sud doivent être effectuées dans notre monnaie. Ainsi, tous les contrats commerciaux doivent être signés dans la monnaie locale », a souligné Michael Makuei Lueth, ministre sud-soudanais de l’Information.

La dernière décision de la Banque du Soudan du Sud porte un coup dur aux importateurs, hôtels, restaurants, voyageurs, ainsi qu’aux opérations des banques régionales telles que KCB, Equity, Stanbic et Co-operative, qui luttent pour survivre dans une économie menacée par l’hyperinflation et à l’instabilité politique, confie The East African.

L’utilisation de la livre sud-soudanaise est l’une des mesures recommandées par un comité nommé par le président Salva Kiir pour trouver des solutions face à la crise économique du pays.

Ouganda : Un combat contre l’homosexualité

Le président Museveni a déclaré que l’Ouganda n’acceptera pas l’homosexualité et que l’Occident devrait cesser de chercher à imposer et contraindre les autres pays à normaliser ce qu’il a appelé des « déviations », écrit Daily Monitor.
« Nous leur avons dit s’il vous plaît, ce problème d’homosexualité n’est pas quelque chose que vous devriez normaliser et célébrer. Ils (les pays occidentaux) n’écoutent pas, ils ne respectent pas les opinions des autres et ils veulent transformer l’anormal en normal et l’imposer aux autres. Nous ne serons pas d’accord ».

Les propos du président Museveni répondaient aux appels de l’archevêque de l’Eglise anglicane d’Ouganda, Stephen Kaziimba Mugalu, demandant le gouvernement de se joindre à l’Eglise pour condamner l’homosexualité et légiférer contre elle.
« Maintenant, nous vous demandons d’être attentifs parce qu’il y a des homosexuels et d’autres vices qui attaquent notre nation. Nous appelons le gouvernement à être audacieux et à combattre tous ces vices qui tueront notre nation ».
L’Ouganda fait partie des 77 pays qui criminalisent l’homosexualité, selon les Nations unies.

Kenya : Uhuru Kenyatta refuse de se retirer de la politique

Uhuru Kenyatta : « Je ne vais pas démissionner en tant que chef du parti Jubilé »

L’ancien président Uhuru Kenyatta a déclaré qu’il ne se retirerait pas de la politique active, signalant une guerre froide prolongée avec son successeur, William Ruto.

Selon Nation, l’ancien président kényan, qui a fait profil bas depuis qu’il a quitté ses fonctions en août de l’année dernière, s’est engagé à conserver son poste de chef du parti Jubilé, même au prix de la perte de ses avantages de retraite.
« Je ne vais pas démissionner en tant que chef du parti. C’est triste que les avantages de retraite soient utilisés comme un gage pour m’empêcher d’exercer mon droit à l’association politique ».

Uhuru Kenyatta a également fustigé des responsables de son parti Jubilé qui ont annoncé le retrait de ce parti de la coalition Azimio la Umoja-One Kenya dirigée par Raila Odinga. Il indique que les députés et les responsables qui ont déclaré leur soutien au président William Ruto seront expulsés du parti : « Ceux qui sont allés à State House et ont ensuite convoqué une réunion illégale à Nakuru devraient immédiatement démissionner de mon parti ».

« Je suis à la retraite, mais je ne suis pas fatigué. Je suis peut-être absent du bureau, mais je suis entièrement derrière Raila. Je l’ai soutenu en 2022, et je le soutiendrai parce que c’est un homme honnête qui veut unir le Kenya. Je ne cherche aucun siège, mais c’est mon droit de soutenir Raila », a fait savoir Kenyatta à Luanda, dans le comté de Vihiga.

Selon l’article 6 de la loi présidentielle sur les avantages de retraite, un président à la retraite ne peut pas occuper un poste dans un parti politique pendant plus de six mois, après avoir cessé d’exercer ses fonctions de président.

La loi prévoit que l’Assemblée nationale peut proposer une motion pour empêcher un président à la retraite d’accéder à ses avantages en raison de sa participation active à la vie politique. Pour qu’une telle motion soit adoptée, la Chambre des 349 membres doit rassembler les votes d’au moins les deux tiers des membres.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 255 users online