Mercredi 22 septembre 2021

Société

Recensement des chômeurs : les militants du Cndd-fdd, prioritaires?

16/03/2021 6
Recensement des chômeurs : les militants du Cndd-fdd, prioritaires?
Une jeune femme, parmi les nouvelles recrues, en train de taxer un camion sur la route Bujumbura-Bubanza.

Plus de 5 mois après le recensement des chômeurs, le gouvernement vient de recruter de nouveaux percepteurs de taxes. Constat : 9 sur 10 recrues rencontrées sont du parti au pouvoir.

Zone Kinama, il est midi dans ce quartier populaire du nord de la mairie de Bujumbura. Une grande circulation s’observe sur cette route reliant Bujumbura-Bubanza (RN9).

Au niveau du quartier Carama III de la même zone Kinama, un groupe de jeunes hommes et femmes sont assis au bord de la route avec, chacun, un petit carnet dans la main. A côté d’eux, un panneau montre « Halte taxe mairie ». Ce sont de nouveaux percepteurs de taxes qui ont remplacés les anciens, accusés de corruption. A chaque passage d’un camion, ces jeunes se précipitent pour arrêter le véhicule et taxer le chauffeur.

Nadine Niyubashe, 28 ans, est l’une de ces nouvelles recrues qui travaillent sur ce poste. Habitante de la zone Kinama, elle reçoit un bon matin l’appel du chef de zone qui lui dit de se dépêcher au bureau de la zone. Elle y trouve beaucoup d’autres jeunes. « L’on nous a directement donné des carnets de quittance pour commencer à travailler le lendemain».

Cette jeune femme affirme qu’elle appartient au parti Cndd-Fdd. Elle était recenseur dans l’enregistrement des chômeurs organisé en septembre 2020. Elle s’est aussi inscrite sur la liste.

Nadine a terminé l’école secondaire dans la section juridique, il y a 7 ans. Faute d’avoir du travail, elle faisait jusque-là du petit commerce de lait. Elle assure ne pas connaître les critères sur lesquels on s’est basé pour sélectionner.

Un poste, 8 percepteurs, tous du parti au pouvoir

Ce poste de collecte de taxes de la zone Kinama comprend 8 percepteurs, tous du parti au pouvoir.

« Je pense que l’on m’a choisie parce que je suis du parti au pouvoir », affirme Nadine en riant. D’après elle, ce poste compte huit percepteurs, tous du parti au pouvoir. Trois d’entre eux étaient recenseurs lors dudit recensement des chômeurs.

Nadine indique qu’elle a recensé personnellement plus de 140 chômeurs. Elle en connaît six qui ont été engagés, « tous du parti Cndd-Fdd ».

Eric Nzobakenga, 37 ans, est un autre percepteur sur ce poste. Il affirme avoir aussi été appelé par le chef de zone. « Nous avons fait la formation le même jour et le lendemain nous avons commencé le travail».

Détenteur du diplôme A2 dans l’électronique à l’ETS Kamenge depuis 2002, il était également parmi les recenseurs de la zone Kinama. Il affirme être membre de la coopérative Sangwe de cette zone et milite pour le parti au pouvoir.

A 2 km de ce poste, un autre point de perception est occupé par deux jeunes femmes. C’est dans la zone Rubirizi, commune Mutimbuzi, province Bujumbura rural. Tout près de ce poste, des camions benne vont extraire du sable et du moellon dans la rivière Murago. Elles sont chargées de les taxer à chaque passage.

Philomène Bukuru, 36 ans, affirme avoir été appelée en urgence par sa commune d’origine, Mutimbuzi. Diplômée D6 en pédagogie, elle était chômeuse depuis 7 ans. Elle s’est aussi faite enregistrer dans le recensement de septembre dernier. Elle affirme être militante du parti Cndd-Fdd. « Je ne pense pas que mon appartenance au parti au pouvoir est la raison de ma sélection. Sinon, j’aurais eu un emploi depuis longtemps. Cela fait 6 ans que je suis au chômage, alors que je milite pour le parti au pouvoir depuis ma jeunesse».

Sa collègue, Bayisenge, 20 ans, est lauréate du post-fondamental depuis l’année dernière. Contrairement à tous les autres qui ont été directement contactés par les administratifs locaux, cette habitante de la zone Kamenge a été informée par ses parents. D’après elle, c’est l’administrateur communal qui les a appelés. Elle et sa sœur ont été recrutées.

D’une mère juge dans un tribunal de Bujumbura et d’un père conseiller à la commune Mutimbuzi, Bayisenge indique qu’elle ne s’est pas faite enregistrer lors du recensement des chômeurs.

Au sud de la mairie de Bujumbura, zone Kamesa, P.N, 31 ans, est un nouveau percepteur de taxes sur un poste situé sur le bord de la RN7, Kamesa-Ijenda. Il a été appelé par le chef de zone Kamesa comme presque tous les autres. Ce licencié en psychologie clinique s’est inscrit lors du recensement national. Il milite pour le parti Cndd-Fdd. Il fait savoir qu’il perçoit autour de 900 mille BIF par jour sur tous les véhicules de transport.

« Les meilleurs » retenus

Administrateur de la commune Muha : « Pas de critère particulier. Ceux qui étaient disponibles en urgence ont été retenus. »

Interrogé, l’administrateur de la commune Ntahangwa, Ernest Niyonzima, affirme que l’enregistrement dans le recensement des chômeurs est le premier critère de recrutement des nouveaux percepteurs de taxes. « Nous avons choisi les meilleurs. Ceux qui maîtrisaient et utilisaient bien l’application de recensement », souligne-t-il en hésitant. 97 collecteurs de taxes ont été recrutés dans la commune Ntahangwa, d’après l’administrateur.

L’administrateur de la commune Muha, Dévote Ndayisenga, soutient qu’il n’y a pas de critère particulier : « Nous avons contacté par hasard ceux qui étaient sur les listes. Ceux qui étaient disponibles et qui ont répondu présent au même moment ont été retenus. » D’après elle, le recrutement s’est fait en urgence.

Mme Ndayisenga réfute le fait que ce sont les jeunes du parti au pouvoir qui ont été privilégiés. Elle fait savoir que 56 nouveaux percepteurs ont été recrutés dans la commune Muha.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a parlé de la compétence et de l’ordre d’arrivée lors de l’enregistrement comme critères retenus.

Pour rappel, le ministre de l’Intérieur a annoncé, lundi 15 février, qu’une somme de 40 milliards de BIF a été détournée dans 10 communes du pays en une année. Et 121 millions de BIF par semaine en mairie de Bujumbura. Les anciens collecteurs ont été immédiatement remerciés.

247 nouveaux collecteurs de taxes et impôts ont été recrutés en mairie de Bujumbura, d’après la directrice des finances communales au ministère de l’Intérieur, Annonciate Mpfukamensenge. Et plus de 300 000 jeunes chômeurs ont été enregistrés lors du recensement général qui a débuté le 12 septembre 2020.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Benit

    Si c’est le cas c’est deplorable, je pense qu’il faudrait plutot privileger les competences plutot que l’appartenance politique, voila d’ou viennent les malheures de l’Afrique, et apres on commence a pleurer a la colonisation, y’a t’il plus mal que d’etre ecarter par ton compatriote parceque vous ne partagez pas les idees poliques ? Est ce qu’on est tous oblige d’etre membre du CNDD FDD pour avoir du travail.

  2. Aloys Gisho

    Dans d autres pays, on fait passer un examen de recrutement

  3. Mbazumutima

    Bravo ! Un article équilibré : on a les avis des uns et des autres puis au lecteur de se faire les siens.

  4. Jean de dieu Nindagiye

    Imagine en 2021 , dans un pays ou on recrute selon les appartenances etniques ou politiques , c’est quand meme ridicule et meme laborieux . On ne peut pas avancer comme pays avec une telle mentalite . Il faut primer les competences .

    • Yanikana

      @Jean de dieu Nindagiye
      ” Il faut primer les competences”
      Vu que le nombre de candidats est de loin supérieur au nombre de places disponibles , on peut admettre sans trop se tromper qu’il y a plusieurs candidats compétents pour un même poste, et que même les compétences peuvent être comparables. Le choix peut être difficile. Mais pour être équitable, il faudrait utiliser des critères objectifs pour choisir un candidat dans un groupe de candidats tous compétents. C’est ainsi qu’il y a des gens qui utilisent des concours de sélection. Ces concours peuvent être manipulés, beaucoup, un peu ou pas du tout. C’est selon le degré de bonne gestion (gouvernance) de l’organisation. J’ai cru entendre que le test du QI est né du concours de recrutement de soldats américains à une époque où le chômage sévissait et qu’on avait énormément de candidats pour une même place vacante. C’est un test qui a permis de sélectionner (éliminer) des candidats de façon objective (et non une mesure de leur intelligence).

      • Jean de dieu Nindagiye

        Je ne pense pas que test du QI est necessaire . Il y a des criteres qui priment mieux que les autres Pour embaucher une personne tel que : l’experience , les references … ce n’est pas l’intelligence qui fait le boulot c’est plustot le ” savoir faire ” et tout le monde n’en a pas .

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 134 users online