EN

Économie

Plaidoyer pour une vision commune des affaires dans le secteur privé et public

12/03/2017 Hervé Mugisha 0
Audace Ndayizeye, président de la CFCIB: « Ce partenariat doit garantir la transparence et l’efficacité dans l’élaboration des projets. »
Audace Ndayizeye, président de la CFCIB: « Ce partenariat doit garantir la transparence et l’efficacité dans l’élaboration des projets. »

« Le partenariat privé et public(PPP) ne pourra être fonctionnel que si l’on brise la glace et s’ouvre à l’autre », a martelé dans son mot de bienvenu, Audace Ndayizeye, le président de la Chambre fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi (CFCIB). Cette dernière a tenu, vendredi 10 mars, un café de presse à l’endroit des opérateurs économiques et du ministère du Commerce.

Pour Pascal Nibogora, président de l’association des commerçants du Burundi (ACOBU), la traduction en kirundi et la vulgarisation de la loi régissant ce partenariat figurent parmi les préalables indispensables pour sa mise en application. Les acteurs économiques présents ont aussi demandé au gouvernement d’emboîter le pas à ses voisins de l’EAC en se conformant à la loi qui régit les contrefaçons et fabrications des autres produits illicites.

D’autres ont plaidé pour un allégement des impôts et taxes pour élargir l’assiette fiscale. « Une telle mesure permettrait aux petits entrepreneurs de sortir de l’informel pour contribuer comme tant d’autres », a expliqué Adelin Ntungumburanye, secrétaire exécutif de la chambre sectorielle de l’agro-business.

Signalons que la CFCIB compte chaque mois tenir ce genre de rencontre pour une compréhension commune des problèmes qui hantent le secteur des affaires.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 541 users online