Editorial

Plaidoyer pour le « vivre ensemble »

18/07/2019 Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Plaidoyer pour le « vivre ensemble »

A chaque fois qu’Iwacu publie des articles sur l’intolérance politique, il reçoit des remontrances, des reproches, voire des avertissements  de la part de certaines autorités. Entre autres reproches : « Vous instrumentalisez le sentiment de violence, vous dramatisez la situation, vous mettez l’huile sur le feu. » Pour me taquiner ou m’attaquer, un dignitaire-ami- m’a lancé une  boutade lorsque nous avons dénoncé l’incendie de la permanence du parti CNL à Nyabiraba : « Vous les journalistes, vous  adorez les avions qui tombent, les tremblements de terre, les inondations, les crimes.» Pour ces responsables, la situation politico-sécuritaire est calme. Il n’y a pas de messages de haine, les politiques sont de plus en plus responsables…  J’ai dit à mon ami  que c’est aussi notre souhait !

Toutefois, Iwacu n’invente rien.  Il travaille sur des faits. Notre souci, en informant,  c’est pour éviter justement que la situation ne dégénère.  Faut-il se taire quand à Gashikanwa, sur la colline Gitanga ,un civil blesse à la tête avec une machette un policier? Faut-il justement ne pas interpeler nos dirigeants quand certains policiers obéissent aux ordres  des civils de les aider à traquer  leurs adversaires politiques ? Faut-il vraiment ne pas informer nos dirigeants sur cette  panique de la population de la colline Masasu à Kiremba où les hommes ne passent plus la nuit chez eux ?  Faut-il  passer sous silence ce qui se passe à Murungurira, commune Ntega où des jeunes vandalisent  les maisons de leurs voisins, adversaires politiques?

Le cas de Gitanga à Gashikanwa  est emblématique. Les Imbonerakure et les jeunes du parti CNL, Inyankamugayo, vivent à couteaux tirés,  s’affrontent, se blessent. Ce qui est nouveau, c’est le renfort des autres Inyankamugayo des collines voisines à leurs « amis de lutte » de Gitanga.  La situation risque de  dégénérer.

Ce n’est donc pas banal d’informer les autorités sur ce qui se passe dans le Burundi profond. Des cas d’excès de zèle existent, surtout chez les jeunes militants.  A quelques mois des élections, il faut les recadrer. J’exhorte aussi les responsables administratifs à rappeler leurs collaborateurs  à l’ordre.  La police, la justice, l’administration, doivent être au-dessus de ces chicaneries partisanes. Mais favoriser plutôt le « vivre ensemble » des citoyens.

Enfin, durant leur enquête sur terrain dans le nord du pays, à un moment  nos collègues ont été privés de leur matériel et interrogés par des autorités méfiantes. Ils ont été contraints de suspendre leur investigation, d’effacer les photos prises. Mais  ils n’ont subi aucune violence. Devrions-nous rappeler encore que les journalistes  n’enfreignent aucune loi en faisant leur travail ?

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 346 users online