Jeudi 28 octobre 2021

Politique

Pascal Niyonizigiye : « Le contraire serait qu’ils ne trouvent pas un terrain d’entente »

29/11/2020 Commentaires fermés sur Pascal Niyonizigiye : « Le contraire serait qu’ils ne trouvent pas un terrain d’entente »
Pascal Niyonizigiye : « Le contraire serait qu’ils ne trouvent pas un terrain d’entente »
M. Niyonizigiye : « Si Gitega a émis ce souhait, c'est que dans une certaine mesure, il a cette volonté d'en finir avec la brouille diplomatique »

Kigali sous certaines conditions, est disposée au dialogue avec Gitega. Depuis peu, des gestes entre ces deux pays laissant croire une envie d’en finir avec leur brouille diplomatique se multiplient. Pascal Niyonizigiye, expert en relations internationales, éclaire.

« Pour des pays dont le passé à toujours été émaillé  par des heurts, le contraire serait qu’ils ne trouvent pas un terrain d’entente », analyse-t-il. Pour lui, bien qu’il soit encore tôt pour le dire, la volonté de renouer leurs relations est palpable .En témoigne : les récentes rencontres des hauts responsables  des ministères de la Défense de ces deux pays. Récemment,  celle des ministres des Affaires Etrangères .Et prochainement  annoncée, celle des ministres de la Justice.

D’après cet expert, en faisant du rapatriement des présumés puschistes de mai 2015, un préalable pour la reprise de la coopération avec le Rwanda, c’est déjà un grand pas. « Si Gitega a émis ce souhait, c’est que dans une certaine mesure, il  a cette volonté d’en finir une fois pour toutes avec la brouille diplomatique ».Et de rappeler : «   Même au plus fort de la crise 2015, le Burundi  n’a jamais fermé la porte  au dialogue. Plutôt, il émettait des conditionnalités». Pour ce professeur d’Universités, une chose habituelle en diplomatie. « Il faut mettre la barre très haut, et voir si l’autre partie peut fléchir ».

Par rapport au rapatriement des présumés putschistes de 2015, il se demande : « Seraient-ils  extradés, remis dans un cadre d’éventuels échanges? Un tas d’interrogations qui doivent pris en compte pour le strict respect du  droit international ».

Et de conclure : « Quand bien même prisonniers, ils auraient besoin d’une protection, des avocats, de bonnes conditions carcérales … ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A défaut d’électricité, le Burundi veut la lumière sur Mpanda

« Honte, fiasco, etc. » L’opinion exprime sa profonde déception face au scandale du barrage hydro-électrique de Mpanda. Un gouffre financier de plus de 54 milliards francs burundais. Lors de sa descente sur lieux, le Chef d’Etat a qualifié de « honte » cette (…)

Online Users

Total 5 000 users online