Jeudi 25 avril 2024

Société

Olucome plaide pour une loi sur l’accès à l’information

09/05/2023 Commentaires fermés sur Olucome plaide pour une loi sur l’accès à l’information
Olucome plaide pour une loi sur l’accès à l’information
Gabriel Rufyiri : « Cette loi, une fois promulguée, sera une avancée significative pour le Burundi et les Burundais. »

Pour l’Olucome, la mise en place d’une loi sur l’accès à l’information serait un grand pas vers le développement du Burundi. Pour l’observatoire, c’est extrêmement important que cette loi voie le jour.

« Tous les services publics, en plus des journalistes, ont besoin des informations », considèrent Gabriel Rufyiri, président de l’Observatoire nationale de lutte contre la Corruption et les malversations économiques (Olucome). Selon lui, même la société civile a besoin des informations en provenance des institutions publiques. « Mais, souvent, certains ne donnent pas d’informations. » Le président de l’Olucome affirme par exemple que la Cour des comptes peut chercher des informations au ministère des Finances et l’Office burundais des Recettes sans jamais les trouver. M. Rufyiri estime que c’est extrêmement important même capital que cette loi voie le jour. Il juge que c’est l’un des éléments qui accompagnera la vision du chef de l’Etat de faire du Burundi un pays émergeant en 2040 et un pays développé en 2060. « Quand il n’y a pas une information juste, équilibrée et équitable, c’est très difficile que l’on puisse avancer vers le développement. »

Gabriel Rufyiri pense que cette loi, une fois promulguée, sera une avancée significative pour le Burundi et les Burundais. « Il faut savoir que c’est une exigence internationale. » Il indique que la mise en place d’une sur loi sur l’accès à l’information reflètera une très bonne image du Burundi sur le plan international.

Alors Haziyo, directeur des médias, indique que les échanges en vue de préparer le processus de la mise en place de la loi sur la mise en place de la loi sur l’accès à l’information ont déjà commencé. « Les échanges viennent de se faire comme on l’a déjà fait avec les journalistes en 2022 ». Selon lui, le ministère qui a l’information dans ses attributions veut que tous les citoyens donnent leur contribution pour que, quand elle sera adoptée et promulguée, personne ne dise : je n’ai pas été consulté. « Au niveau du ministère en charge de l’information, nous voulons que tout le monde ait accès à l’information. »

Pour rappel, l’initiative de la mise en place d’une loi sur l’accès à l’information a été proposée pendant les états généraux de la communication et des médias de 2011.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 458 users online