Mercredi 22 mai 2024

Économie

Nouveaux tarifs de redevance des drones : la grogne chez les vidéastes

07/09/2023 2
Nouveaux tarifs de redevance des drones : la grogne chez les vidéastes
Les frais d’autorisation d’exploitation d’un drone sont fixés à 25 dollars par mois et 150 dollars pour une autorisation d’exploitation annuelle

C’est l’indignation pour les vidéastes et d’autres utilisateurs de drones, ils fustigent les frais d’exploitations fixés par l’Autorité d’aviation civile du Burundi, jugés exorbitants. Il est désormais interdit d’utiliser ces appareils sur le territoire burundais sans autorisation préalable.

“L’AACB, l’Autorité de l’Aviation civile du Burundi interdit toute utilisation de drones sur le territoire burundais sans autorisation préalable », a annoncé cet organe dans sa correspondance sur les redevances relatives aux aéronefs télépilotés (drones) sortie ce 5 septembre.

Dans cette même correspondance, cette autorité a souligné que tout utilisateur de cet appareil doit payer des frais d’autorisation d’exploitation mensuelle de 25 dollars, 50 dollars pour une exploitation trimestrielle et un montant variant entre 100 et 150 dollars pour une exploitation semestrielle ou annuelle. Ces sommes s’ajoutent aux frais d’enregistrement d’un drone de 5 dollars et 25 dollars pour faire une demande d’autorisation d’exploitation.

“Pour une exploitation commerciale internationale, les frais de traitements d’une demande d’autorisation ou sa modification sont fixés à 50 dollars et la licence d’exploitation pour moins de trois mois à 100 dollars et 150 dollars pour une licence d’exploitation de plus de 90 jours”, a-t-elle fait savoir l’Autorité de l’Aviation civile au Burundi.

Chez les vidéastes et autres utilisateurs des drones, c’est la grogne. « Notre travail est presque mis à l’arrêt. Combien de vidéastes sont capables de décrocher des marchés pouvant les aider à payer au moins des frais d’exploitation d’un seul mois », se lamente Marcel, vidéaste. Et de confier que pour louer un drone, il faut au moins un budget de deux cents mille ou trois cents mille BIF.

« On doit revoir à la hausse nos tarifs, on n’a pas d’autres choix », regrette Irakoze, vidéaste et producteur de clips vidéo. Des prix pouvant monter jusqu’à 500 mille BIF même, révèle-t-il. « Les drones sont moins sollicités. Et nous aussi, on ne peut pas travailler à perte ».

Les utilisateurs de drones demandent à l’Autorité de l’aviation civile du Burundi de revoir à la baisse voire même supprimer ces frais. « Exiger que nous payions en dollars, alors que nous sommes des nationaux. Cela aussi, c’est un problème », insistent les vidéastes.  

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Bite

    Je me demande comment les frais demandés sont estimés en dollars pourquoi en FBU alors qu’ils sont payés des Burundais ?

    On est au Burundi et aux USA. C’est auto-sous éstimation , auto colonisation.

  2. Photographe

    C’est incroyable de voir comment l’Afrique recopie bêtement les règles qui viennent d’ailleurs sans aucune réflexion.Ceux qui ont des drônes au Burundi le font pour manger contrairement à ceux qui ont ces drônes en Europe!Donc laissez nos jeunes travailler avec leurs drônes pour trouver de quoi manger.Le Burundi n’a aucune aide sociale à offrir aux plus pauvres contrairement aux pays riches.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 4 037 users online