Société

Mutanga Sud : le terrain de la discorde

26/08/2020 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Mutanga Sud : le terrain de la discorde
Mutanga Sud : le terrain de la discorde
L'espace vert dans lequel se trouve les 2 containers.

Un différend oppose tous les propriétaires et les locataires du bloc 6 avec Richard Kaderi, un des copropriétaires. La pomme de discorde : un espace vert se trouvant devant le rez-de-chaussée. Ces derniers accusent leur copropriétaire de vouloir l’exploiter à ses fins. Il parle de diabolisation.

« Les croquis des titres de propriété sont clairs. Noir sur blanc, ils montrent les dimensions de chaque appartement. L’espace restant est un bien commun », peste Armel Harabarishize, un locataire habitant le bloc.

Même son de cloche pour Félicité Uwizeye, propriétaire d’un appartement. « Quand bien même, il aurait le bras long, comment peut-il se rétrocéder une parcelle déjà attribuée. Businessman ou pas, il ne peut pas toujours être au-dessus de la loi ». C’est au quartier Mutanga Sud, zone Rohero en commune Mukaza.

Depuis qu’il a déposé ses deux containers dans ledit espace vert, les habitants du bloc jurent que cette fois-ci, ils ne se laisseront pas faire. « Trop, c’est trop. Il ne peut pas toujours faire ce que bon lui semble, se prévalant qu’il a ses entrées dans les milieux hauts placés », renchérit Aline, la cheffe de cellule.

Businessman accompli, M. Kaderi possède également deux appartements dans le bloc 6. Dans la soirée du jeudi 12 et 13 août, M. Kaderi dépose deux containers dans la cour collective du bloc 6.

Au petit matin, pour les autres habitants, c’est l’étonnement total. Personne n’a vu venir le coup. « On n’en revenait pas parce qu’une semaine avant, de commun accord avec les autres voisins, on s’était convenu qu’on allait exploiter l’espace pour le bien de tous les voisins. Une idée d’ailleurs que le concerné avait épousée ».

Malgré leurs protestations et leurs mises en garde, M. Harabasharize confie qu’il a commencé le déblaiement du terrain. « Une goutte qui fait déborder le vase. En faisant fi de nos demandes, nous avons compris que le règlement à l’amiable n’est plus possible ».

Mme Uwizeye explique qu’ils ont décidé de saisir l’administration compétente : « Présentement, nous avons écrit au chef de zone, nous attendons sa décision. Et si jamais, nous ne sommes pas rétablis dans nos droits, nous saisirons d’autres instances supérieures.»

Des allégations infondées

M. Kaderi: « Comment oserais-je construire sans autorisation? »

Reconnaissant le bien-fondé d’avoir des espaces verts, M. Kaderi indique qu’en aucune manière, il s’approprierait un terrain déjà attribué : « Pourquoi s’alarment-ils ? Comme eux, je suis attaché au respect de l’ordre public. En tant que copropriétaire, je reconnais qu’un espace où chacun s’épanouit est plus que nécessaire ».

Toutefois, il nuance : « Le moment venu, si l’administration juge nécessaire que je déplace les containers, volontiers, je le ferai. En attendant, j’attends la décision des autorités compétentes.» En homme d’affaires averti, il explique qu’il doit saisir chaque opportunité. « Sinon, ils peuvent continuer leur diabolisation».

Concernant le terrain jouxtant les bords de la rivière Rubanza qu’il se serait rétrocédé, il explique : « J’ai eu toutes les autorisations de l’administration en bonne et due forme. Comment oserais-je construire sans l’autorisation de l’Urbanisme ou du ministère de l’Environnement ? » Après avoir analysé son dossier, il confie qu’ils lui ont délivré une autorisation temporaire. « S’ils ont des doutes à ce sujet, ils n’ont qu’à demander à la mairie pour voir si je ne m’acquitte pas de mes taxes et impôts ».

D’après ses voisins, Kaderi se serait rétrocédé même les terrains se trouvant sur l’avenue Nyakijanda.

Par rapport aux craintes de ses voisins qui disent qu’il envahirait tout l’espace si rien n’est fait, il tranquillise : « Qu’ils dorment tranquilles. Je n’ai ni l’intention ni les prérogatives de le faire. C’est à l’administration de juger.»

Rénovat Sindayihebura, administrateur de la commune Mukaza, indique qu’une équipe d’ingénieurs en génie civile a été envoyée pour s’enquérir de la situation. « S’il s’avère que l’espace appartient aux propriétaires du bloc 6, M. Kaderi devra trouver un terrain d’entente avec ses voisins, s’il veut exploiter l’espace ».

Sinon, poursuit-il, il devra saisir l’administration pour une autorisation temporaire. Et de conclure : « En attendant les conclusions de l’équipe technique et au risque qu’il soit source de désordre, nous lui avons ordonné de cesser toute activité dans le périmètre concerné.»

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

L’arrestation puis l’emprisonnement de Fabien Banciryanino, un député indépendant sous la dernière législature, a créé un certain émoi et a« fait le buzz » surtout sur les réseaux sociaux. Officiellement, c’est pour « rébellion, dénonciations calomnieuses et atteinte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 063 users online