Dimanche 03 mars 2024

Économie

Ministère de l’EAC, sa capacité d’action limitée est un frein majeur

17/01/2020 Commentaires fermés sur Ministère de l’EAC, sa capacité d’action limitée est un frein majeur
Ministère de l’EAC, sa capacité d’action limitée est un frein majeur
Isabelle Ndahayo : «Il y a une certaine lenteur dans l’harmonisation du cadre légal et institutionnel »

A l’occasion de la présentation de son bilan semestriel ce jeudi 16 janvier à Bujumbura, le ministère chargé des affaires de la Communauté Est africaine fait face à certains défis dans ses travaux.

La ministre à la présidence chargée des affaires de la communauté Est africaine se dit globalement satisfaite des résultats du premier semestre de l’année fiscale 2019-2020.Toutefois, elle révèle que son ministère est confronté à plusieurs obstacles.

Parmi ces défis, Mme Ndahayo parle de la mise en œuvre des engagements pris par le Burundi au niveau de la communauté qui revient aux différents institutions et ministères sectoriels. Un regret : son ministère n’assure que la coordination comme responsabilité.

La ministre s’indigne aussi de la lenteur observée dans l’harmonisation du cadre légal et institutionnel. Et d’évoquer les relations entre certains pays partenaires de la communauté qui ne sont pas au beau fixe.

Elle informe également que sur six textes législatifs et réglementaires nationaux régissant le secteur du commerce, du transport et des télécommunications examinés en vue de les conformer aux dispositions du protocole portant la création du marché commun de l’EAC, trois ont été jugés incompatibles et ont dû être reformulés et complétés.

Et au niveau de la coordination de la participation du Burundi aux différentes réunions de la sous-région, elle annonce que sur 188 conférences, le Burundi n’a pu prendre part que dans 27 d’entre elles.

EAC

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 408 users online