Samedi 29 janvier 2022

Société

Maltraitance des enfants : « Il faut travailler de concert »

13/01/2022 0
Maltraitance des enfants : « Il faut travailler de concert »
L’enfant maltraité

L’Observatoire National pour la Lutte contre la Criminalité Transnationale (ONLCT) : ’’Ou est ton frère ?’’ demande aux acteurs engagés dans le secteur de la protection de l’enfance au Burundi, aux administratifs locaux, aux CDFC, aux Forces de l’ordre et à la population burundaise en général de travailler de concert en faisant le monitoring et dénoncer des cas de maltraitance des enfants.

« Cette criminalité souterraine qui porte souvent atteinte aux droits surtout à l’intégrité physique et morale de l’enfant burundais est à éradiquer à jamais », indique Me Prime Mbarubukeye, président et représentant légal de cette association.
Cette association se dit consternée par le cas d’Henri Ndayizeye, 9 ans, qui a été victime des violences domestiques, le 11 janvier 2022 vers 21h, car il a été brûlé à l’aide d’un sachet par sa belle-mère du nom de Bahati Ndayisaba l’accusant d’avoir volé un montant de 9.000 BIF à une voisine. Cela s’est passé au quartier Bukirasazi I, 2ème Avenue en zone de Kinama, commune de Ntahangwa de Mairie de Bujumbura.

Selon cette association, la présumée coupable vit sous le même toit avec la victime dont la mère est partie à destination des Pays du Golfe depuis longtemps après le lui avoir confié. « La victime a été sauvée de justesse par les voisins qui ont alerté les autorités administratives locales, les acteurs engagés dans la protection de l’enfance, notamment ‘’ONLCT : Ou est ton frère ?’’, qui se sont tous mobilisés pour appeler la police. Cette dernière a mis hors d’état de nuire la présumée auteure de ce crime en la conduisant devant l’OPJ instructeur qui a déjà ouvert un dossier pour de plus amples enquêtes », fait savoir Prime Mbarubukeye. Il indique que l’association a déposé une plainte en lieu et place de la victime.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Recrutement. Une épine dans le pied des entreprises publiques

Les défis soulevés par les directeurs généraux de la Régie nationale des postes (RNP) et de l’Office national des télécommunications (ONATEL) lors de la visite de la ministre en charge de la Communication sont énormes. D’aucuns se demandent si ces (…)

Online Users

Total 4 177 users online