Société

Malgré les avancées, des ajustements s’imposent

10/08/2020 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Malgré les avancées, des ajustements s’imposent
Malgré les avancées, des ajustements s’imposent
Désormais, tous les faits et gestes des policiers sont scrutés à la loupe.

Depuis que la campagne « tolérance zéro contre la corruption » a fait tomber quelques têtes dans le corps policier, la prudence est de mise. Ceci pour le plus grand bonheur des usagers de la route. Toutefois, ils déplorent le laxisme qui commence à se manifester.

Fini les intempestifs contrôles routiers et les interpellations en cascade de certains conducteurs. Avec le début de ladite campagne, désormais, tous les faits et gestes des policiers sont scrutés à la loupe. Chacun veille sur son image. Il est 10h. Nous sommes sur le parking de la RN1, à la station dit « des bus d’Ijenda ». Contrairement aux heures de pointe, le parking semble dégagé. Seuls les bus de transport, les motos, les conducteurs de Tuk-Tuk et quelques particuliers font des navettes sur la route.

Un fait inhabituel. Souvent grondeurs contre les rabatteurs, affairés, les chauffeurs affichent un air serein. «Aucune raison de s’en faire. En tout cas, nous n’avons plus à jouer au cache-cache avec les policiers en route », confie Gérard, conducteur de Hiace en partance vers Mwaro.

Il y a quelques semaines, un luxe qu’ils ne se seraient pas permis car ils devaient faire plusieurs allers-retours pour compenser le vide laissé par « les sous mains » qu’ils laissaient en route. « Ce sont les retombées du rappel à l’ordre du ministre Gervais Ndirakobuca », abonde dans le même sens Jean, chauffeur également. Avec cette mise en application, il laisse entendre que petit à petit, un climat de confiance s’installe. «Dorénavant, quand ils trouvent que tes feux de plaque ne fonctionnent pas, ils peuvent te laisser. Ce qui n’était pas le cas, il y a un mois. Facilement, ils pouvaient t’extorquer 5000 BIF ».

Un constat : la mise en application de la tolérance zéro s’observe sur tous les grands axes des routes de la capitale. L’attitude, des fois colérique, de certains policiers cède peu à peu à la compréhension. Si ce n’est pas du relâchement.

Toutefois, certains conducteurs, au risque de causer des dommages collatéraux, ils demandent au ministre de la Sécurité publique d’instaurer de mesures d’accompagnements. Allusion faite à cette fâcheuse tendance de certains policiers de laisser la route aux seuls usagers. « Relâchement ou pas, ils doivent rester à leurs postes d’attache, assurer l’ordre routier. Sinon, ce sont des accidents sans nom qui en découleront ».

Des améliorations à faire

Avec les derniers procès en flagrance des douze de leurs collègues pris les mains dans le sac, les craintes vont crescendo dans les rangs du corps de police. Bien que admiratifs de nouvelles mesures, tous les policiers approchés demandent qu’ils n’y aient pas de demi-mesures. «C’est vrai que cela contribue à redorer l’image de notre profession. Mais, il ne suffit pas seulement que le ministre balaye devant la porte, il faut même entrer dans la maison », insiste un d’entre eux. Pour lui, pour que la campagne ait l’effet escompté, le ministre doit faire de même au niveau de la hiérarchie supérieure. « Sinon, le ver restera toujours dans le fruit.» Avant de lâcher : « Aussi, faudra-t-il qu’il étudie de fond en comble, les raisons qui les poussent à se laisser soudoyer».

Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de la Sécurité publique, conseille à la population de ne pas se faire justice. « Quand bien même un policier se méconduirait, il ne faut pas que la population se rende justice. Préalablement, ils doivent alerter les autorités compétentes ».

Pour rappel, depuis le début de la tolérance zéro, plus d’une dizaine de policiers ont été appréhendés et jugés dans de procès en flagrance.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 225 users online