Jeudi 25 avril 2024

Société

Les sociétés de dépulpage sommées de payer les caféiculteurs

04/10/2018 Commentaires fermés sur Les sociétés de dépulpage sommées de payer les caféiculteurs
Les sociétés de dépulpage sommées de payer les caféiculteurs
Emmanuel Niyungeko : «Des mesures seront prises pour les sociétés de dépulpage qui n’auront pas respecté le délai fixé»

Ces usines ont jusqu’au 15 octobre pour s’acquitter de leurs dettes envers les caféiculteurs. Des mesures seront prises pour celles qui ne respecteront pas ce délai. Cela ressort d’un communiqué du ministère en charge de l’Agriculture rendu public ce mercredi 3 octobre par Emmanuel Niyungeko, directeur général de l’Autorité de régulation de la filière café (Arfic). Pour rappel, le Conseil national de sécurité a recommandé que tous les caféiculteurs soient payés dans 2 semaines à partir du 1er octobre.

Pour faciliter ces sociétés de dépulpage à régulariser ces caféiculteurs, dit-il, les banques commerciales ont promis de donner des crédits aux exportateurs sur un taux de 7% au lieu de 9%. Soit une réduction de 2%. «Elles pourront donner des cautions bancaires relatives aux redevances payées normalement avant l’exportation».

M. Niyungeko soutient que son organe analysera les dossiers de chacune des usines pour vérifier si elles sont en ordre. «Les exportateurs malhonnêtes doivent payer la taxe communale et faire rentrer les devises pour payer les caféiculteurs».

D’après lui, les sociétés de dépulpage doivent présenter aux banques commerciales des contrats fixés ainsi que d’autres documents validés pour avoir des financements. Avant de souligner la promesse de la BRB de revoir à la hausse le taux de change sur les recettes d’exportation du café pour la campagne 2018-2019.   

Le directeur d’Arfic assure que tous les intervenants dans la filière café vont réduire les redevances retenues de 5,6% à 2,6%. Notamment CNAC Murima w’insangi, Intercafé et Arfic.

Il appelle les communes à faciliter le transfert du café des stations de lavage et de conditionnement vers les usines de déparchage. Cela facilitera à la fin de chaque campagne, l’évaluation de l’état d’avancement dans la perspective des mesures conséquentes.

Oscar Baranyizigiye, secrétaire exécutif d’Intercafé, organisation regroupant la plupart des intervenants dans le secteur du café, se dit satisfait de la décision du ministère en charge de l’Agriculture. «Elle vient faciliter le paiement des caféiculteurs, étant donné que le café cerise produit par les caféiculteurs est la matière première de l’industrie».

La mesure a été prise de commun accord avec tous les acteurs et les représentants des banques qui financent la campagne café.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 005 users online