Société

Les drogues font rage, en grand silence

29/06/2020 Alain Majesté Barenga Commentaires fermés sur Les drogues font rage, en grand silence
Les drogues font rage, en grand silence
Eric Nsengiyumva : «C’est regrettable que le Burundi n’ait aucun centre de désintoxication alors que nouveaux types de stupéfiants ne cesse d’envahir le marché burundais»

La situation de la consommation des drogues au Burundi ne cesse de s’empirer, alerte l’association des anciens usagers des drogues (BAPUD). C’était à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre les drogues, ce vendredi 26juin.

«La courbe des drogués suit un mouvement ascendant au Burundi. On enregistre Chaque jour de nouveaux consommateurs des drogues de tout genre. Malheureusement, les drogués sont laissés à eux-mêmes», déplore Éric Nsengiyumva, chargé de communication dans la BAPUD.

D’après lui, ils n’ont aucune assistance, délaissés par leur famille et la société. La plupart sont terrassés par les maladies liées à la consommation des drogues comme le Sida, les hépatites virales, la tuberculose, les infections de tout genre et le cancer.

La plupart finit par mourir et le taux de mortalité pour les drogués dépasse les 50% suite au manque d’infrastructures adaptées. Notamment les centres de désintoxication spécialisés dans le traitement des drogues. «C’est regrettable que le Burundi n’ait aucun centre de désintoxication alors que nouveaux types de stupéfiants ne cesse d’envahir le marché burundais», regrette Eric M. Nsengiyumva.

Même sentiment chez les parents des enfants usagers des drogues. Ils dénoncent l’attitude de la police envers les drogués. «L’avenir du pays est en danger. De nouveaux types de drogues continuent d’inonder le Burundi. Et, au lieu de s’attaquer aux personnes qui vendent des drogues, la police burundaise s’en prend à nos enfants», dénonce Ncoro, un père de deux enfants accros à la drogue.

Au lieu de les rééduquer, dit-il, elle les emprisonne. Pour lui, la meilleure solution est la mise en place des centres de rééducation des drogués à défaut des centres de désintoxication. En outre, la police devrait lutter contre ce trafic des stupéfiants en neutralisant le circuit des vendeurs de drogues. «C’est la solution alternative adéquate dans la lutte contre les drogues», assure Ncoro.

Le Burundi est le seul pays dans de la communauté Est africaine qui ne dispose ni de centre de désintoxication ni de médecin spécialiste dans la désintoxication. Encore moins, aucun hôpital burundais ne dispose de services destinés aux usagers des drogues.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 430 users online