International

L’épée de Damoclès de la CPI toujours suspendue

02/07/2019 Agnès Ndirubusa Commentaires fermés sur L’épée de Damoclès de la CPI toujours suspendue
L’épée de Damoclès de la CPI toujours suspendue
«L’étape suivante sera de convaincre les juges pour qu’ils délivrent des mandats d’arrêt ou des citations à comparaître »

Le porte-parole de la cour pénale internationale a assuré que les enquêtes se poursuivent et pourraient déboucher sur des mandats d’arrêt et des citations à comparaître. Une force du mal pour déstabiliser le pays, selon Gitega.

On n’a pas encore fini d’en entendre parler des mandats. La Cour pénale internationale poursuit « discrètement » ses enquêtes sur les crimes commis au Burundi. C’est du moins ce qu’affirme Fad El Abdallah, porte-parole de la CPI. Dans une conférence de presse, il a indiqué qu’une équipe multidisciplinaire du bureau de la procureure réunit des éléments de preuve nécessaires. Elle essaie d’identifier dans le cadre de l’autorisation de chambre préliminaire, quels seraient les crimes les plus graves qui pourraient potentiellement relever de la CPI.

« Il y a concentration sur les potentiels crimes les plus graves et le bureau du procureur va réunir les preuves nécessaires pour aller devant les juges et demander l’ouverture de la procédure d’accusation contre les personnes suspectées et qui, du point de vue du procureur, porteraient la responsabilité la plus lourde».

L’étape suivante sera de convaincre les juges pour qu’ils délivrent des mandats d’arrêt ou des citations à comparaître, le moment échéant.

Une décision de poursuivre l’enquête qui a pris de court Gitega qui croyait s’être débarrassé définitivement de la CPI en claquant définitivement la porte du statut de Rome le 27 octobre 2017. A la date butoir du retrait définitif, le pouvoir en place avait poussé un ouf de soulagement. C’était sans compter sur la CPI qui a sorti une dizaine de jours plus tard un communiqué annonçant qu’en date du 25 octobre 2017, les juges de la cour s’étaient réunis, soit deux jours avant le retrait du Burundi.

La cour a donc autorisé la procureure de la CPI à « ouvrir une enquête sur des crimes relevant de la compétence de la Cour qui auraient été commis au Burundi ou par des ressortissants burundais à l’extérieur de leur pays depuis le 26 avril 2015 et jusqu’au 26 octobre 2017. »

De toute évidence, la CPI n’a pas encore dit son dernier mot. L’épée de Damoclès est toujours suspendue au-dessus de Gitega qui perçoit cette déclaration du porte-parole de la CPI comme une espèce de pression à la veille du prochain scrutin.

La CPI estime que plus de 1 200 personnes auraient été tuées. Elle chiffre les détentions illégales par « milliers » et les disparitions s’évalueraient par centaines. Les violences alléguées auraient entraîné le déplacement de 413 490 personnes entre avril 2015 et mai 2017.

La Commission d’enquête des N-U sur le Burundi avait dressé un tableau plutôt accablant de la situation des droits de l’Homme. Elle a évoqué des crimes contre l’humanité. Selon la commission, tout porterait à croire que le président de la République, Pierre Nkurunziza ainsi que plusieurs hautes autorités du pays seraient impliqués dans des violations graves des droits de l’homme, voire des crimes contre l’humanité. Elle a demandé à la CPI d’enquêter sur ces exactions.

Malgré le retrait du Burundi de la CPI, le porte-parole de la cour indique que ce pays a toujours l’obligation de coopérer. Il indique, toutefois, que rien n’empêche la progression des enquêtes.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Réactions 

Willy Nyamitwe : « La CPI est un des instruments dans les mains de ces forces du mal » Pour le Conseiller principal à la présidence de la République, les élections de 2020 approchent et les mêmes forces du mal qui ont déstabilisé le Burundi en 2015 ne désarment point. Selon l’ambassadeur Willy Nyamitwe, la Cour pénale internationale est un des instruments dans les mains de ces forces du mal qui asservissent l’Afrique et elle ne fait point peur au Burundi. Elle échouera et sera complètement défaite, car le Burundi n’est pas à vendre. Le patriotisme de ses filles et fils enverra la CPI dans les oubliettes de l’histoire. Pour lui, ce n’est qu’une question de temps. Lambert Nigarura, un des avocats des victimes jubile Le message du porte-parole de la CPI est bien clair. En qualité de représentant des victimes, c’est un bon signe et une lueur d'espoir que dans les jours à venir l'étape suivante sera franchie. Il encourage aujourd’hui, plus que jamais, les victimes qui hésitent encore. Il faut sortir du silence et entrer en contact avec les enquêteurs ou leurs intermédiaires. « Un clin d'œil aussi au gouvernement du Burundi de saisir la balle au bond en envoyant lui aussi les allégations contre les membres de l'opposition qu’il qualifie de terroristes, avec cette démarche le monde comprendra qu'il a la volonté de lutter contre l'impunité». Il avait déposé une plainte dans ce sens à la CPI avant de se rétracter en 2015. La lumière est enfin au bout du tunnel que le Burundi dépose plainte ou pas.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Confession

Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Confession

La énième mise en garde adressée à Iwacu par le Conseil National de la Communication pour non-respect du principe de l’équilibre de l’information est tombée comme un couperet. Je suis resté sans voix. L’équilibre de l’info, c’est notre ADN, fondamental, (…)

Online Users

Total 228 users online