Samedi 22 juin 2024

Politique

Le parti Parena réclame un monument pour feu président Jean Baptiste Bagaza

05/05/2023 6
Le parti Parena réclame un monument pour feu président Jean Baptiste Bagaza
Zénon Nimubona : « Vouloir isoler une tragédie par rapport aux autres tragédies, c’est être mal intentionnée, moins empathique pour les autres. »

A l’occasion de la commémoration du 7ème anniversaire de la mort de feu le président Jean Baptiste Bagaza, son parti Parena demande qu’un monument de ce grand bâtisseur de l’économie burundaise soit érigé. « On réclame un monument parce qu’il a laissé des traces indélébiles pour des générations », a plaidé Zénon Nimubona, président de ce parti.

Dans la foulée, Zénon Nimubona s’est exprimé sur le travail de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR). « La CVR est mal intentionnée » Selon lui, les travaux de la CVR risquent de déstabiliser complètement le pays. Il affirme que la CVR ne fait qu’inventer sa propre version de l’histoire. « La CVR est mal partie. Vouloir isoler une tragédie par rapport aux autres tragédies, c’est être mal intentionnée, moins empathique pour les autres », confie Zénon Nimubona, président du parti Parena.

Pour M. Nimubona, cette commission devrait considérer l’Histoire du Burundi comme une seule histoire. Le parti Parena s’insurge en particulier contre les travaux d’exhumation qui, selon lui, risquent de ne pas cicatriser les plaies du passé chez certains Burundais.  Et de rappeler qu’en principe, l’exhumation des corps facilite l’identification et un enterrement digne de ces derniers. « Ce n’est pas ce qui se fait, il ne faut pas déterrer un cadavre pour le laisser exposé à l’air. Si elle déterrait telle victime pour donner son corps aux siens pour qu’elle soit enterrée dignement mais maintenant la CVR laissent les corps exposés à l’air éternellement. C’est une honte pour le Burundi », regrette le Parti pour le redressement national, Parena.

Il appelle les Nations unies, partie prenante dans la création de la CVR, à dégager la vérité sur l’histoire du Burundi, même instaurer un Tribunal spécial pour toutes les parties concernées dans l’histoire du Burundi. Et de marteler que l’échec de la CVR à accomplir sa mission était prévisible dès sa création.  « On a accédé à l’indépendance par des élections rivalisant, cela devrait produire inévitablement des résultats du genre ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Prof FREDERIC NZEYIMANA

    Concerne: Plainte pour blessures infligées par Zenom Nimubona a la mémoire des survivants et victimes du génocide de 1972 au Burundi et demande de radiation du Parti PARENA,
    Excellence , Monsieur le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique,

    Excellence , Monsieur le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique,

    Au lendemain de la commémoration du 7eme anniversaire de la mort de feu Jean Baptiste Bagaza
    , d’abord et avant tout, nous, survivants et victimes, rendons grâce au Dieu Tout Puissant, lui qui
    défend et secourt la veuve et l’orphelin, et qui a guidé la Cour suprême siégeant en chambre de
    cassation à Bujumbura a, dans son audience publique du 28 avril 2023, à prononcer un arrêt qui
    casse et annule les jugements rendus par le Conseil de guerre de Gitega en dates du 6,7,9,10 et 11
    mai 1972 et le Conseil de guerre de Bujumbura en date 6 mai 1972 auquel siégeait entre autres un certain Jean Baptiste Bagaza pour qui le Parti PARENA réclame érection d’un monument national.

    Le jugement du Conseil de guerre de Bujumbura dont il est question, a été rendu en date du 6
    mai 1972 contre des condamnés dont les noms ne sont pas précisés dans le jugement comme
    suit :‘’condamne tous les prévenus dont la liste en annexe à la peine capitale, ordonne
    l’exécution immédiate, charge le ministère public de l’exécution du présent jugement, les
    condamne en outre au payement des dommages-intérêts dont le montant sera évalué
    ultérieurement

    Excellence , Monsieur le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique,

    Au nom du Collectif International j’ai l’honneur de vous exprimer la douleur profonde ressentie
    par les victimes et survivants du génocide des Bahutu commis en 1972, apres avoir appris la
    demande formulée aux instances gouvernementales du Burundi par le Président du Parti PARENA
    Zénon Nimubona d’ériger un monument en mémoire d’un « génocidaire présumé’ , en
    l’occurrence feu Président Jean Baptiste Bagaza. C’est comme si l’Allemagne construisait un
    monument en l’honneur de la mémoire d’Adolphe Hitler.

    Aussi, nous profitons de cette même occasion pour vous faire parvenir une requête particulière, en votre qualité de ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, pour vous demander d’appliquer la Loi et bien vouloir radier de la liste des Partis politiques agréés le Parti PARENA, présidé par Monsieur Zenon Nimubona

    Excellence , Monsieur le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique,

    Les génocides, partout où ils ont été commis, sont connus comme des crimes les plus meurtriers contre l’humanité, et sont devenus un symbole de deuil et de douleur contre la cruauté déchaînée et le mépris de la vie humaine. Ces crimes ne sont pas et ne devront jamais être ni graciés ni oubliés. Ils ne peuvent être ni pardonnés, ni oubliés. Toutes les tentatives pour faire taire ces événements, les déformer ou réécrire l’Histoire sont inacceptables et immorales.

  2. Gacece

    UPRONA? PARENA?
    N’est-ce pas quand il était Président du Burundi (et de l’UPRONA) qu’il a accompli ses réalisations? Imposture?

  3. George Kirombo

    Pourquoi pas? Mais combien de mausolées allons nous avoir si nous devons en construire un pour chaque défunt président? Bagaza fut certes un patriote mais il était très humble ne l’oubliez jamais. Il aimait beaucoup son pays et son peuple tout comme son excellence Evariste Ndayishimiye. C’est les burundais qui vont décider pour le mausolée mais à mon avis le Vrai mausolée pour un chef d’Etat c’est le COEUR de son peuple. Pas besoin de briques et ciment!

    • theogene de Rutana

      « le Vrai mausolée pour un chef d’Etat c’est le COEUR de son peuple. Pas besoin de briques et ciment »

      C’est bien dit et bien résumé.
      salutation patriotique

    • Kira

      @George Kirombo
      Tout à fait d’accord avec vous.

    • Chercheur

      Tu nous dis qu’il aimait bien son pays et son peuple, tout en instaurant la politique du i et du u; et une armée monoéthnique: drôle de façon d’aimer son peuple. Là tu me rappelles les gens qui adorent l’Afrique, mais qui disent qu’ils l’aimeraient encore plus sans les africains. Probablement qu’il aimait le Burundi mais pas tous les burundais.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 2 549 users online