Dimanche 18 avril 2021

Politique

Le nouveau gouvernement ne fait pas l’unanimité

30/06/2020 Commentaires fermés sur Le nouveau gouvernement ne fait pas l’unanimité
Le nouveau gouvernement  ne fait pas l’unanimité
Térence Manirambona : « La désignation de ces nouveaux membres du gouvernement traduit la vision et l’image que le président se fait pour le pays »

Les avis divergent au sujet de la nouvelle équipe gouvernementale mise en place dimanche 28 juin proposé par le premier ministre Alain-Guillaume Bunyoni et approuvé par le chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye.

«Nous remercions le président de la République, car il a vu qu’il était temps de changer l’histoire du pays», indique Emmanuel Nengo, président de l’association Uniproba (Unissons-nous pour la promotion des Batwa). Il salue particulièrement la nomination d’une des membres de son groupe ethnique.

«C’est pour la première fois qu’un ministre de l’ethnie ’’Twa’’ se retrouve confié ce poste depuis la formation du premier gouvernement», confie le président de l’Uniproba, insinuant la nomination de Mme Imelde Sabushimike, au poste de ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre

Pour Emmanuel Nengo, la nomination de Mme Sabushimike vient prouver que les personnes de l’ethnie ’’Twa’’, sont aussi capables d’assumer de hautes fonctions.

Il se dit confiant : « Cette ministre atteindra avec succès les objectifs des institutions dont elle sera en charge.» Signalons les femmes sont au nombre de 5 dans ce nouveau gouvernement.

Pour sa part, le Congrès national pour la liberté (CNL) fustige cette équipe. « La désignation de ces nouveaux membres du gouvernement traduit la vision et l’image que le président se fait pour le pays », soutient Térence Manirambona, porte-parole de ce principal parti d’opposition, déplorant que « le nouveau gouvernement soit composé d’un seul parti politique alors que le Burundi compte plus de 36 partis politiques ».

Pour lui, compte tenu de ce que le président avait annoncé dans son discours d’investiture, cette nomination présente des lacunes. « Nous devrions contribuer au développement du pays si nous étions associés », fait-il savoir. Sur les 15 membres du gouvernement nommés, cette deuxième force politique ne compte aucun.

Autre point souligné par la plupart des observateurs, il y a eu compression des ministères, ils sont passés de 21 à 15. Et il y a des provinces qui n’ont pas eu de poste ministériel comme Bujumbura Mairie, Makamba, Rumonge et Bururi au moment où Karusi, qui vote massivement Cndd-Fdd, a raflé 2 ministères.

CNL

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La grande muette invitée à redorer son image écornée

Ce ne sont pas des « faits divers ». Quelle mouche a piqué la grande « muette » ? L’armée burundaise occupe rarement les colonnes d’Iwacu. Elle s’exprime peu d’ailleurs. Mais jusqu’ici, la grande muette burundaise était relativement reconnue et (…)

Online Users

Total 1 173 users online