Vendredi 15 octobre 2021

Politique

« Le discours métaphorique, dans un contexte particulier, peut véhiculer la haine »

14/12/2020 Commentaires fermés sur « Le discours métaphorique, dans un contexte particulier, peut véhiculer la haine »
« Le discours métaphorique, dans un contexte particulier, peut véhiculer la haine »
Pour Chartier Niyungeko, la société a besoin d’un message plein d’espoir.

Dans un contexte de tension, un discours métaphorique peut véhiculer une haine qui peut provoquer des violences. Eclairage de Chartier Niyungeko, expert en résolution et transformation des conflits.

Un discours métaphorique, souvent utilisé par des leaders dans la communication politique, est fondé sur une relation d’analogie ou de similarité. Il est notamment exploité par des leaders dans des situations particulières pour indexer les membres d’un groupe donné. « Ces discours suscitent des perceptions diverses négatives, du côté de l’audience. La peur dans les cœurs des gens, des tensions chez ceux qui se sentent visés», explique Chartier Niyungeko, expert en résolution et transformation des conflits.

Pour lui, en temps normal, sans conflit ni tension, un discours métaphorique ne cause pas de problème. Mais dans un contexte particulier, il peut véhiculer la haine. De tels discours peuvent être une attaque implicite contre les membres d’un groupe opposé. « Le message n’est pas facilement détectable. Les auteurs savent bien ce qu’ils veulent communiquer. Des gens avisés comprennent le message clé». Les auteurs poursuivent leurs intérêts et des objectifs à atteindre.

Chartier Niyungeko fait savoir que les conséquences peuvent être graves dans un pays déjà meurtri par des crises. Ceux qui sont du côté des auteurs adoptent des comportements de nature à inquiéter le groupe visé. Les membres du groupe indexé se sentent vexés, attaqués et menacés et ne se laissent pas faire. « Ils vont réagir par l’autodéfense et si rien n’est fait, ces discours peuvent conduire à des divisions voire des violences de masse».

Selon cet expert, la population peine à se remettre à cause des événements malheureux que le Burundi a connus. Elle est traumatisée et vit toujours sous le choc. Il préconise un langage rassurant, rassembleur et plein d’espoir pour éviter l’irréparable. « Les leaders doivent se mettre à la place de l’audience pour se poser une et mille questions pour savoir les éventuelles réactions».

Il appelle la population à rester sereine et à privilégier le vivre-ensemble et la cohésion sociale.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 056 users online